Bruno Podalydes était à Bâle au Kultkinoatelier

jeudi 14 janvier 2016 par baleenfrancais

Comme un avion Bruno Podalydes
Bruno Podalydes Bâle ©VBBruno Podalydes Bâle ©VB

 » Comme un avion  » de et avec Bruno Podalydes :  film onirique et néanmoins pédagogique

Avec aussi Bruno Podalydès, Denis Podalydes , Sandrine Kiberlain, Angès Jaoui, Pierre Arditi, Vimala Pons , Jean-Noel Brouté

Le film sera projeté au Kultkino atelier en janvier 2016

Les rêves d’enfant ne devraient pas mourir . Celui de Choumi ( Bruno Podalydes alias Michel )  s’est envolé le jour où il a reçu pour son anniversaire un bon pour un  baptême de l’air de 3 heures de la part de ses bien-intentionnés amis et sa femme , Sandrine  Kiberlain -la magnifique – . Qu’importe , Choumi , va vite se trouver un autre rêve , un peu par hasard grâce à l’intellectuelle pêche au palindrome , jeu proposé par son bon faux- ami  qui profite qu’il ait le dos tourné pour fricoter avec sa blonde,  vrai frère dans la vie,  Denis Podalydes.

Bruno Podalydes nous apprend plein de choses : par exemple , que l’on peut se faire livrer un Kayak en kit , et reussir à le monter dans l’ordre et seul donc sans  risque de divorce à la clé, oui , on est pas chez Ikea . Il nous apprend aussi ce qu’est la bienveillance : quelque chose qui rend heureux ; par exemple , celle de Rachelle , sa femme , jamais dans le jugement , toujours dans la complicité , du velours dans le regard même lorsqu’elle doit émettre une opinion sur l’accoutrement de Choumi assez risible . Une autre chose : inutile de se déplacer à l’autre bout de la terre pour faire des rencontres qui te donnent envie de  rester  . Choumi et son Kayak croisent ainsi la route de 2 originaux , Michel Vuillermoz et Jean-Noel Brouté ,qui repeignent la vie ( et les poules )  en bleu en se torchant à l’absynthe  , Agnès Jaoui , sensuelle  et sentimentale tenancière de guinguette au bord de l’eau et Vimala  Pons– délicieuse- qui pleure chaque fois qu’il pleut .

Rachelle aime Choumi et Choumi aime Rachelle mais ça se voit un peu moins car monsieur expérimente beaucoup . A propos d’expèrience , au début , les premiers coups de pagaie ont tellement l’air approximatifs que j’ai pensé tout de suite à Jean Rochefort galopant à l’envers  et tout de guingois sur son cheval dans une tentative attendrissante de séduction de la belle dame en rouge (Un éléphant ça trompe énormément) juste parce que les 2 acteurs ont en commun d’être des bons dans leur spécialité et jouent les mauvais parfaitement bien  : Rochefort sait aussi bien galoper que Podalydes  sait pagayer .

Bruno Podalydes nous interesse au matos ( le realisateur raconte comme le public germanophone est concentré sur cette question ) : notamment , le kayakiste pas du dimanche  nous montre à l’image avec une décontraction qui agace comment monter sa tente Quechua en la balançant nonchalamment dans les airs . Bon , après , on se venge un peu nous public incompétent et jaloux en l’observant transpirer au repliage de la chose rebelle. Oui , on rit beaucoup avec vous cher Choumi , aussi lorsque vous faites la démonstration de l’efficacité du truc sifflant anti-moustiques ( ça existe vraiment dite-vous ) qui pourrit toute l’atmosphère bucolique de la petite auberge à la patronne accueillante . Et on ricane aussi bêtement quand vous butez contre le machin que vous appelez GLAVIOLE , là ça ressemble vaguement à un piège à lapin mais , si j’ai bien compris , on pourrait retrouver la chose à Versailles où sont entreposés vos accessoires filmiques , peut-être à côté du Manuel des Castors Juniors .

COMME UN AVION_70x100.indd Tant de douceur dans ce monde de brute impressionne .  » Comme un avion  » serait un éloge de la lenteur  et du lâcher – prise dont le clapotis de l’eau rythmant votre pagaie serait l’illustration parfaite. Voudriez-vous nous dire qu’à l’observation de ce gars si bien organisé, vous Bruno Podalydes, dont le périple , si court soit-il , tourne en aventures parsemées de rencontres imprévisibles , ( même celle avec Arditi irresistible dingo  qui semble victime du syndrôme de La Tourette , est jouissive ) montre simplement que le hasard fait bien – ou mal – les choses mais qu’il est bon parfois de laisser faire ?

A propos de vos acteurs et de Sandrine Kiberlain en particulier , vous dites bien aimer qu’elle joue son personnage et elle-même tout à la fois et vous référez à Nani Moretti et son excellent  » Mia Madre  » ; seulement chez Moretti , la realisatrice ne parvient pas à se faire comprendre; on a l’impression que ce concept chez vous a été bien appliqué et c’est plutôt agreable .

Eh bien puisque votre Kayak vole , bon vent Peter Pan !

KULTKINO 

Voir Critique Les Inrocks 

Interview Jaoui , Kiberlain , Pons canal+

Remonter