Daniele di Bonaventura au Jazzfestival de Bâle

dimanche 7 mai 2017 par baleenfrancais

Daniele di Bonaventura.Quartett Jazzfestival Basel 2017 photo VBDaniele di Bonaventura.Quartett Jazzfestival Basel 2017©VB

Daniele di Bonaventura ou la douceur du bandoneon

Daniele di Bonaventura Quartett Jazz Festival de Bâle 2017 photo VBDaniele di Bonaventura Quartett Jazz Festival de Bâle 2017©VB

Bonaventura et son bandoneon  égrennent les notes  avec l’agilité du poete distillant ses mots à la façon de gouttes d’eau légères . Le bandoneon appelle quelque chose qui a à voir avec l’enfance , peut-être une langueur qui aurait à faire avec l’innocence , une notion d’immortalité . Le bandoneon est un instrument émouvant  .  Bonaventura , pour la première fois à Bâle avec son Quartett , annonce au public de Gare du Nord des compositions personnelles , dans un anglais aproximatif qu’on lui pardonne bien vite. Il était temps de recevoir le compositeur et bandonéoniste italien  virtuose , qui, à 50 ans ,  a deja édité une cinquantaine d’albums sous de multiples labels dont le prestigieux label allemand ECM ( « Universal Syncopation II » (2003) avec le musicien thèque Miroslav Vitous , sacré album de l’année 2007 ou« Mistico Mediterraneo » avec son compatriote Paolo Fresu et A Filetta).

La culture musicale de Daniele di Bonaventura est un mix entre le folk et le tango . Il est bandoneoniste mais aussi pianiste et arrangeur-compositeur , formation  issue du conservatoire . Ce sont ses improvisations version  jazz qui lui ont donné l’occasion de rejoindre sur scène des pointures comme le trompettiste Enrico Rava, le saxophoniste David Liebman ou l’harmoniciste Toots Thieleman . Dès l’âge de 8 ans , il a étudié le piano , le violoncelle et la composition . C’est la rencontre avec  Astor Piazzola qui décide de son mariage d’amour avec  le bandoneon , instrument phare du tango argentin dont il exploite une large palette associant musique ethnique et musique du monde. Parmi ses complices , on retrouve souvent le trompettiste Paolo Fresu , avec lequel il a commis plusieurs musiques de films et que nous avons deja vu  au Jazzfestival de Bâle  l’an passé pour son Mare Nostrum .

En 2013, di Bonaventura sort son  premier double album intitulé « Nadir » . En 2015 , il publie en duo avec Paolo Fresu pour ECM le CD « Dans Major ». En Avril 2017 , le nouveau CD « Obsesion » (IRD). Daniele di Bonaventura a fondé son Quartett  il y a 15 ans – mention spéciale au guitariste Marcello Peghin , formidable ! – et édité 3 disques au nom du Quartett – Band Union- 80 minutes de joie ! Merci !

Daniele di Buonaventura.Quartett Jazz Festival de Bâle 2017 photo VBDaniele di Buonaventura.Quartett  Marcello Peghin Felice Dela Gaudio Alfredo Lavignano Jazz Festival de Bâle 2017©VB

 Daniele di Bonaventura

Seconde partie : Guitar Night avec Jakob Bro accompagné de Joey baron

Jakob Bro Thomas Morgan Joey Baron photo VBJakob Bro Thomas Morgan Joey Baron©VB

Deja un an après son album multi-récompensé  » Gefion  » , le guitariste et compositeur danois Jakob Bro né il y a 39 ans à Copenhague,  revient avec un nouvel opus :  » Streams «  publié à l’automne 2016 et très bien reçu par la critiqueJakob Bro dirige actuellement un trio avec le percussionniste Joey Baron et le  bassiste Thomas Morgan  .Il a sorti deja 13 disques en tant que leader .

En 2016 et 2013, Jakob Bro a reçu The Carl Prize Jazz Composer de l’année (pour les albums Gefion et Bro / Knak ). De 2003 à 2016, il a reçu six Prix de musique danois; Trois pour l’album de jazz danois de l’année ( Gefion , Balladeering et Sidetracked ), deux for’Danish Crossover Album of the Year ‘( Bro / Knak et Sidetracked  ) et un Pour New Danish Jazz Artist of the Year (pour l’album Beautiful Day ).

En 2009 et 2013, il a reçu The Jazz Special Prize pour l’album de danse du jazz danois (pour les albums Balladeering et Décembre Song ) et en 2013, il a également reçu The Jazznyt Prize fondé par Niels Overgaard  (pour Décembre Song ). En 2012, il a reçu le prix honoraire DJBFA et en 2006 et 2012, la Danish Arts Foundation a récompensé Bro pour ses enregistrements Pearl River et Bro / Knak .

En 2014, il a été nommé pour le Prix ​​de musique du Conseil nordique  pour sa trilogie Balladeering / Time / December Song .

JAKOB BRO

Joey Baron Jazzfestival de Bâle 2017 photo VBJoey Baron Jazzfestival de Bâle 2017©VB

Joey Baron, né le 26 juin 1955 à Richmond (Virginie), est un batteur et clavieriste américain de jazz et de musique expérimentale, surtout connu pour ses collaborations avec Bill Frisell, Stan Getz et John Zorn. Il apprend la batterie dès l’âge de neuf ans; il joue très tôt dans des registres musicaux très variés, allant du jazz au rhythm and blues, en passant par la country et la musique latine.

Plus tard il part vivre à Boston, où il intègre la scène blues et jazz locale, au côté de musiciens importants comme Tony Bennett, Jim Hall, Jay McShann, Big Joe Turner, Hampton Hawes ou Red Mitchell. Au cours des années 1980, il collabore régulièrement avec Marc Johnson, Enrico Pieranunzi, Toots Thielemans et Fred Hersch. Par l’intermédiaire de Bill Frisell, il fait plus tard la connaissance de John Zorn1, avec qui il commence une collaboration qui se poursuit encore à ce jour.

Parmi les nombreux autres musiciens avec qui il a collaboré tout au long de sa carrière, on peut citer Laurie Anderson, John Scofield, Al Jarreau, Jim Hall, Eric Vloeimans, Dizzy Gillespie, Eliane Elias, Art Pepper, John Abercrombie et Tim Berne. Il a également joué dans l’Orchestre philharmonique de Los Angeles et apparaît dans le documentaire de Nicolas Humbert et Werner Penzel Step Across the Border, consacré à Fred Frith.

new.jazzfestivalbasel.ch

Remonter