Fondation Fernet-Branca Damien Cabanes Rachel Lumsden Martine Martine

dimanche 19 mars 2017 par baleenfrancais

fernet-branca-mars-2017-©VB

La FONDATION FERNET‐BRANCA présente :  

Damien Cabanes /Rachel Lumsden  / Martine Martine du 19 mars au 14 mai 2017

Pierre-Jean Sugier , directeur de la Fondation Fernet-Branca inaugure trois expositions  pour célébrer l’arrivée du Printemps :Damien Cabanes /Rachel Lumsden  / Martine Martine  , 3 artistes qui ont en commun l’amour des grands formats en parfaite concordance avec les murs immaculés de la Fondation Fernet-Branca  à tel point que Damien Cabanes imagine que ces murs sont exactement faits pour ses toiles , si idéalement calés entre deux sobres colonnes .

Rachel Lumsden , la couleur des rêves

Rachel Lumsden©VBRachel Lumsden©VB

Rachel Lumsden  promène son large sourire et ses couleurs éclatantes au gré de ses rêves et de son inspiration . Cette jeune artiste , qui porte bravement une insoupçonnable petite cinquantaine  , est née en Grande-Bretagne à New-Castle . Depuis 2002 , elle  partage sa vie entre Saint-Gall  en Suisse et Londres ,  aux côtés de Stefan ,  son époux écrivain . Côté formation ,  Rachel Lumsden a bouclé en 1998  un 3ème cycle en peinture validé par Master en Arts de la  Royal Academy of Arts Schools à Londres . Parallèlement à ses activités artistiques , elle enseigne depuis 2007 en tant que chargée de cours à l’Université de Lucerne . Pour l’heure , l’artiste suisso-britannique dévoile ses souvenirs en images en une succession d’oeuvres récentes qui nous semblent familières même si l’intensité chromatique que l’on retrouve de façon presque systématique renvoie à un univers plus onirique qu’il n’y paraît . Rachel avoue une certaine frénésie jouissive à recueillir des sujets , tout est bon pour nourrir son pinceau  : les photos de presse ( Trump en motif chaussettes ) , la publicité , les compétitions sportives ( hippiques , automobiles ) , des décors intèrieurs et une petite lampe qui revient comme une sentinelle, et  toute une série de scènes du quotidien et de portraîts aux couleurs saturées qui semblent  rompre avec la realité en convoquant un monde rêvé .

Cette exposition personnelle , qui donne à voir le travail des 10 dernières années de Rachel Lumdsen, constitue la présentation la plus complète de ses peintures à ce jour.Elle résulte également d’une collaboration fructueuse  entre trois institutions : la Fondation Fernet-Branca de Saint-Louis , le Centre d’Art Pasquart à Bienne et le Kunst(Zeug)haus à Rapperswil.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rachel Lumsden

Damien Cabanes , le peintre des petits riens

Damien Cabanes Pont Vert La Villette 2012 ©VBDamien Cabanes Pont Vert La Villette 2012 ©VB
Damien Cabanes Intèrieur atelier ©VBDamien Cabanes Intèrieur atelier ©VB

Pour Damien Cabanes, inutile de franchir l’Himalaya pour y puiser quelque inspiration et y débusquer quelque mystère : la vie est là , tout près , dans son atelier-même . C’est ainsi que cet ancien des Beaux-Arts de Paris aborde sa pratique, de la manière la plus pragmatique possible . Pour lui , tout est sujet et trouve place sur de grandes toiles de jute râpeuses de 2 mètres sur 3 , même les sacs en plastiques de Bricorama ou Casino qui trônent lascivement dans son atelier d’Ivry – La Fabrique où sont installés une soixantaine d’artistes-. Damien Cabanes aime le concret , la terre , les vaches , les oies , celles de la Capelle-Balaguier en Aveyron , là où il passe ses vacances depuis de nombreuses années . Si l’on devait ranger Damien le parisien dans une case , disons qu’il est un peintre coloriste expressionniste , plutôt figuratif , quoique … A ses débuts , il fut plutôt sculpteur et plutôt versé dans l’abstraction dont il s’est lassé au fil des ans . Damien Cabanes est un artiste organisé : ses quinze années de sculptures sont entreposées dans son atelier de Montreuil devenu trop étroit pour recevoir son oeuvre peint . Accrochés aux murs de la Fondation Fernet-Branca , on trouve successivement le bric-à-brac chatoyant de l’atelier dont il reproduit à sa façon fidèlement ( la série comporte une bonne centaine d’épreuves)  l’assortiment chromatique explosif et brutal , rappelant parfois les coups de spatule d’un Nicolas de Staël ou les flaques superposées d’un Rothko ( Intèrieur d’atelier 2016). L’artiste travaille vite,  ne retouche rien , tout est réalisé en une seule prise , pour ne pas laisser  les tubes sécher , ou ne pas lasser ses modèles lorsqu’il fait poser des enfants qu’il installe dans une atmosphère surchauffée jusqu’à ce qu’ils sombrent dans une torpeur propice à la pose immobile. Parfois, lorsque les objets l’ennuient, il convoque des amis ou des connaissances pour leur tirer le portraît , un face-à-face tendu dans lequel la lumière joue au métronome pour produire finalement ce petit miracle de la toile réussie.

Un tableau dont on est content pourrait être celui qui reunit les 3 clés d’une leçon d’art appliqué :

« Traduire ce que l’on voit ; tenir compte de la réalité du matèriel ; impliquer la realité du geste » . DC

 » Pour moi , la sculpture et la peinture s’entrechoquent , les deux me rendent aussi heureux » DC

Une biographie de Damien Cabanes

Martine Martine Balzac à l’infini

Martine Martine ©VBMartine Martine ©VB

 » Je peins Balzac . Depuis 10 ans , cette passion ne m’a pas lâchée . Je n’arrive pas à passer à autre chose » MM

Martine Martine ©VBMartine Martine ©VB

La prouesse de Martine Levy en est d’autant plus relevante : impossible de croiser la même expression parmi ces centaines de visages reproduits de ce Balzac paparazzité avec acharnement au cours d’une décennie de passion dévorante . Martine Martine alias Martine Levy , pimpante et grâcieuse dame de 85 ans , est née à Troyes en 1932 . Elle est sculptrice , peintre et graveuse et travaille à Paris. Au commencement , le géant de la Comédie Humaine entre dans la vie de Martine par la porte dérobée d’une vulgaire commande du musée Balzac de Saché en Touraine . C’était en 1951 , juste après que l’artiste en ait terminé avec sa série de Sumotoris – 6 années tout de même  , chez Martine , Martine , quand on aime on ne compte pas -Mais , qui dit commande , dit creativité bridée et menace de stérilité artistique. Martine met donc quelques temps à accepter le deal , celui de s’imprégner jusqu’à la vampirisation . C’est ainsi qu’en 2006 démarre la série des Balzac ,tantôt grimaçant , tantôt ricanant , agressif ou rigolard …Mais si vous voulez en capter toutes les expressions , fiez-vous à Nicolas Deman , galériste attitré de Martine Levy depuis 15 ans qui  a commis l’irréparable : déconstruire les carnets de croquis de l’artiste balzacienne pour en afficher les portraits un à un , un peu à la façon d’une suite de polaroïds ( voir la salle du premier étage qui contient aussi des prêts du musée de Saché) .

Une seule question sans réponse dans l’immédiat : qui , pour supplanter l’ogre tourangeau dans le coeur de Martine Martine ? A ce jour , Balzac est portraîtisé plus de 600 fois parmi un ensemble de 4000 oeuvres.

Distinctions:

Chevalier de l’ordre national du Mérite Commandeur des Arts et des Lettres

Chevalier de la Légion d’honneur

Commissariat de l’exposition : Pierre Jean Sugier

La Fondation Fernet‐Branca remercie la Galerie Bernard Jordan, Paris, Zurich Et la Galerie Eric Dupont, Paris

L’exposition Rachel Lumsden, est une coproduction avec le Centre d’Art PasquArt, Bienne, Suisse, et le Kunst(Zeug) Haus à Rapperswil, Suisse.

Pierre‐Jean Sugier : Directeur de la Fondation Fernet‐Branca +33 3 89 69 10 77

Fondation Fernet-Branca

Horaires : du mercredi au dimanche 13h‐18h

Remonter
%d blogueurs aiment cette page :