Le Printemps du Zoo de Bâle

jeudi 6 avril 2017 par baleenfrancais

Zoo de Bâle 2017 ©VB

Avril 2017 : douceur estivale au  Zoo de Bâle

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dernières nouvelles :

 Recettes de protection de la nature, abonnements annuels et nocturne… une nouvelle année record

Zoo de Bâle 2017 ©VB

En 2016 , le zoo de Bâle a reçu  960 685 personnes . La nocturne, le nombre d’abonnements annuels vendus et les recettes dédiées aux projets de protection de la nature soutenus par le Zoo de Bâle constituent de véritables records. En 2016, et grâce au nouveau franc volontaire de protection de la nature, CHF 214 000.- ont été collectés à l’entrée entrées au bénéfice des projets de protection de la nature.

 Ainsi, le Zoo de Bâle a accueilli en moyenne 2 625 visiteurs par jour en 2016.  Un nouveau record a été enregistré le 2 juillet avec la nocturne et ses 12 150 visiteurs. Jamais une nocturne au Zoo de Bâle n’avait connu une telle fréquentation. Les précédentes éditions recevaient en moyenne quelque 3 500 visiteurs.

En 2016, le Zoo de Bâle a vendu 31 689 abonnements, contre 29 405 en 2015.  Olivier Pagan, le directeur du Zoo de Bâle, déclare: «La constante augmentation du nombre d’abonnements annuels démontre le profond attachement qu’éprouvent les Bâlois pour leur zoo. C’est pour moi évidemment une grande joie, mais c’est aussi d’excellent augure pour les nombreux défis, comme l’Ozeanium, que nous relèverons au cours des prochaines années.» L’année passée, les visiteurs se sont notamment passionnés pour l’okapi mâle Nuru et l’hippopotame femelle Nayuma, tous deux nés en octobre 2016. Nuru fut surtout l’objet de toutes les attentions, puisqu’il s’agissait de la première naissance en onze ans d’un okapi au Zoo de Bâle.

Olivier Pagan, directeur du zoo: «Je suis évidemment ravi qu’autant de visiteurs saluent nos efforts en faveur de la protection de la nature et nous soutiennent par le biais du franc de protection de la nature. Poursuivre de manière efficace et cohérente nos initiatives en faveur de la protection de la nature est autant un devoir qu’une motivation essentielle.» La protection de la nature et des espèces est, avec la détente, la formation et la recherche, l’un des piliers essentiels du Zoo de Bâle en tant qu’établissement dirigé à des fins scientifiques. Actuellement, le Zoo de Bâle soutient, sur site, dix projets de protection de la nature en plusieurs endroits du monde (voir www.zoobasel.ch). Certains de ces projets, comme le projet rhinocéros d’Assam en Inde, sont soutenus depuis des années. Le Zoo de Bâle contribue ainsi à la protection et à la préservation à long terme des habitats naturels, de leurs animaux et de leurs plantes. Depuis 2016, le Zoo de Bâle soutient deux autres projets dans la perspective de l’Ozeanium qui sera érigé dans le quartier de la Heuwaage, à Bâle. Le premier est un projet de recherche sur le saumon conduit par l’Université de Bâle et visant à décoder le génome des saumons aujourd’hui réintroduits en Suisse. Le second revêt la forme d’un partenariat entre le Zoo de Bâle et la Fondation Prince Albert II de Monaco, lequel se concentre sur la protection de l’environnement, et soutient plus particulièrement des projets de protection des océans.

NOUVEL ESPACE ‹TEMBEA› DÉDIÉ AUX ÉLÉPHANTS

Zoo de Bâle 2017 ©VB

Après plus de trois années de construction, le Zoo de Bâle a ouvert pour la première fois au public les portes de son nouvel espace Tembea (qui signifie mouvement) dédié aux éléphants. Les éléphantes «Rosy» (22 ans), «Maya» (23 ans), «Heri» (41 ans) et «Malayka» (46 ans) ont déjà testé leur nouvelle maison. «Dans le nouvel espace, les quatre éléphantes auront désormais accès à de 121 mangeoires de différentes natures» Les nouveaux espaces extérieurs plus vastes et le nouveau pavillon accueilleront des éléphants, mais aussi des xénopes, des rats bruns et des fourmis moissonneuses. Un éléphant mâle rejoindra le Zoo de Bâle, la date exacte étant encore indéfinie. En même temps qu’il ouvre Tembea, le Zoo de Bâle entame un plan de soutien au projet de protection de la nature «Anti-Poaching» de la «Big Life Foundation» (BLF) au Kenya à hauteur de 50 000 francs par an.

Un projet possible grâce aux donateurs .Le coût total du projet s’élève à 27 millions de francs, exclusivement financés par des dons. Les visiteurs du zoo ont en outre pu soutenir la construction de cet espace par un «parrainage record à l’échelle mondiale». Fin 2016, le compteur dénombrait 23 460 parrains pour l’espace des éléphants Tembea. Le don individuel le plus important a été un don anonyme de CHF 5 000 000. Les nombreux dons, petits et grands, ont notamment été réunis grâce au comité de patronage présidé par François Labhardt, du conseil d’administration.

le 29 mars, le vivarium du Zoo de Bâle a fêté ses 45 ans.

Dans la perspective de la prochaine ouverture de l’Ozeanium, le Vivarium occupe un nouveau rôle essentiel: il devient le laboratoire d’essai des toutes nouvelles techniques aquariophiles, idées et tentatives d’élevage.

De nombreux élevages  ont très tôt enregistré enregistrent de grands succès, chez les discus, les poissons clowns et les blennies par exemple, mais aussi chez les hippocampes, les poissons-chats ou encore les apogonidés. Les tortues léopards, les pogonas et les lézards crocodiles élevés dans le vivarium suscitent un vif intérêt même au-delà de l’univers du Zoo. Grâce au vivarium, le public a accès à de nombreuses espèces d’animaux rares et étranges. Avant d’aller au Zoo, qui avait déjà entendu parler des concombres de mer, des anguilles tubicoles ou des hippocampes feuilles? Les élevages de piranhas et de poissons à quatre yeux sont devenus mondialement célèbres, de même que celui des fabuleux poissons-phares.

Modèle à l’échelle réduite pour l’Ozeanium

Depuis les années 1990, les connaissances relatives aux animaux d’aquariums se développent extrêmement vite. De nouvelles formules d’eau de mer, des technologies d’éclairage innovantes et des systèmes spéciaux de filtration permettent désormais l’élevage et la reproduction de coraux, de méduses et d’autres espèces invertébrées. Le vivarium accueille aujourd’hui 5 000 animaux provenant de 450 espèces différentes, de six continents et des écosystèmes les plus variés. La visite guidée (un voyage autour du monde) reste un incontournable classique depuis l’ouverture du vivarium. Le pavillon dans son ensemble n’a jamais changé non plus: inutile car aujourd’hui encore, le concept continue de faire ses preuves et restera d’actualité pendant des dizaines d’années.

Lorsque l’Ozeanium de la Heuwaage ouvrira ses portes dans quelques années, l’équipe du vivarium entend être prête à investir les nouveaux locaux. Avec d’innombrables méduses et jardins de coraux de son propre élevage. Mais pour l’heure, les recherches et travaux vont encore bon train, afin que l’Ozeanium ne devienne pas un deuxième «vivarium casse-tête».

Zoo de Bâle 2017 ©VB

Zoo de Bâle
Binningerstrasse 40
CH – 4054 Bâle Téléfon ++41 61 295 35 35
Fax ++41 61 281 00 05

Remonter