Lorenzo Mattotti au Cartoonmuseum de Bâle

dimanche 12 novembre 2017 par baleenfrancais

Cartoonmuseum Basel ©VB

Lorenzo Mattotti  » Imago » du 11 novembre 2017 au 12 mars 2018 au Cartoonmuseum Basel

Visite guidée proposée par l’Alliance Française de Bâle le jeudi 30 novembre à 15h

Les récits puissants à la conception picturale du dessinateur, illustrateur et peintre Lorenzo Mattotti ont ouvert de nouvelles voies à la bande dessinée. Le Cartoonmuseum de Bâle rend hommage au célèbre pionnier de la BD en lui consacrant l’exposition «Lorenzo Mattotti. Imago», sa première rétrospective en Suisse. Aux éditions Christoph Merian paraît un ouvrage complémentaire présentant des dessins en majorité inédits et qui se dédie à la «Ligne fragile», le style spontané de Mattotti et l’expression artistique prenant le contre-pied de sa peinture.

Lorenzo Mattotti. Imago

Né en 1954 à Brescia et vivant actuellement à Paris, l’artiste Lorenzo Mattotti est l’un des plus éminents dessinateurs de bandes dessinées sur le plan international. Pendant ses études d’architecture à Venise, il dessine déjà des BD. Par la suite, il se consacre entièrement au dessin, à la peinture et à l’illustration. Dès la fin des années 1970, en tant que cofondateur du collectif Valvoline, Mattotti défend une conception large de l’art, de l’architecture, du cinéma et du design. Après des débuts réalisés en majorité en noir et blanc, il crée les bandes dessinées quasiment sans paroles et les images dynamiques et expressives aux couleurs vives qui l’ont rendu célèbre.

Incendie volontaire

Son roman graphique «Feux» publié en 1986, remarquable par ses contenus surréalistes, oniriques et ludiques traduits par une technique au pastel parti- culière, constitue un jalon de l’histoire de la BD. «Feux» provoque un choc esthétique. Dans ce récit autour d’une île mystérieuse où le lieutenant Ab- sinthe débarque pour éclaircir un mystère, Lorenzo Mattotti mêle avant- garde et aventure, bande dessinée et peinture, figuration et abstraction, et traduit la réalité, la magie et la mythologie par des métaphores qui permettent de visualiser états d’âme et processus intérieurs.

Après ses grands succès aux couleurs opulentes, Lorenzo Mattotti se lance dans une nouvelle création en 1992 : «L’Homme à la fenêtre». Des dessins à l’encre noire sur fond blanc, aux traits légers mais expressifs font le récit très personnel d’une séparation, rédigé avec son ex-femme Lilia Ambrosi.

Ligne Fragile

Une autre facette de l’œuvre de Mattotti est révélée par ses dessins intimes et fragiles qui sont comme une écriture pour ses émotions et ses pensées. Ce n’est pas un hasard si Mattotti appelle «ligne fragile» le style de ces dessins à la plume. Ces dessins sont aussi personnels qu’un journal intime. Ils constituent une source d’inspiration secrète, une carrière d’où il extrait la matière brute dans laquelle il taille ses autres œuvres.

Des images qui durent

Dans «Hänsel et Gretel», Mattotti associe avec habileté de nombreux éléments de ce qui sous-tend sa création depuis 40 ans : la narration en images et le geste généreux du peintre, le contrôle et l’improvisation, la figuration et l’abstraction, l’ombre et la lumière, et bien sûr les émotions comme la solitude, l’égarement, la recherche, la peur et l’exclusion de la société.

Grâce à ses splendides dessins de mode, Mattotti devint en très peu de temps un illustrateur convoité. Depuis, ses illustrations exceptionnelles réalisées au pastel gras et au crayon dans des couleurs éclatantes sont diffusées dans le monde entier par des magazines et des journaux réputés, notamment «The New Yorker», «Le Monde», «Télérama», «Libération», «Cosmopolitan», «Süddeutsche Zeitung» et «Vogue». Ses illustrations réalisées sur commande sont si puissantes et originales qu’elles s’inscrivent dans la mémoire et deviennent des chefs d’œuvres autonomes hors de leur contexte de BD. Mattotti a créé des affiches pour des festivals de cinéma tels que Cannes ainsi que pour d’autres événements culturels, mais aussi pour des campagnes publicitaires de sociétés comme McDonald’s. Il a illustré des ouvrages de Dante, Poe, Stevenson, Collodi et Freud et mis en image la réflexion musicale de Lou Reed sur «Le Corbeau» d’Edgar Allan Poe.

L’exposition est le fruit d’une étroite collaboration avec l’artiste et retrace toutes les étapes importantes de son œuvre immense, depuis ses débuts dans les années 1980 jusqu’à aujourd’hui. Une publication complémentaire sur la « Ligne fragile » paraîtra aux éditions Christoph Merian.

Publication

Lorenzo Mattotti s’est forgé une réputation internationale grâce à ses albums de BD expressifs réalisés au pastel et au crayon de couleur. Il crée depuis plus de 40 ans une série de dessins à l’encre de Chine, libres et esquissés: la «Ligne fragile». Le présent ouvrage réunit une sélection de l’œuvre sans doute la plus personnelle de l’artiste italien. Editions Christoph Merian

Informations pratiques

Durée de l‘exposition : 11.11.2017–11.3.2018

Horaires d‘ouverture : Mardi à dimanche : 11 – 17 heures

Conservatrice Anette Gehrig, Bâle

Médiation / Relations publiques Gabriele Giallombardo

Visites en Français  : 17.12.2017 et 25.2.2018, 14 Uhr

Mercredi 22 novembre : le Dr. Josef Helfenstein, Directeur du Kunstmuseum Basel, et Anette Gehrig, Directrice du Cartoonmuseum Basel, présentent conjointement l’exposition en explorant les similitudes des concepts picturaux et narratifs dans la bande dessinée et la peinture.

CARTOONMUSEUM BASEL 

Anette Gehrig, conservatrice et directrice, Tél: 061 226 33 63 ou 079 550 16 72 ou a.gehrig@cartoonmuseum.ch

Cartoonmuseum Basel St. Alban−Vorstadt 28 CH−4052 Basel

Fon +41 (0)61 226 33 60

Fax +41 (0)61 226 33 61

info@cartoonmuseum.ch

www.cartoonmuseum.ch

Laisser un commentaire

Remonter
%d blogueurs aiment cette page :