Théâtre de Bâle saison 2017 / 2018

dimanche 3 septembre 2017 par baleenfrancais

Théâtre Bâle Une Photo VBThéâtre Bâle Une©VB

SAISON 2017/2018 du Théâtre de Bâle

Théâtre de Bâle Photo VBThéâtre de Bâle ©VB

Theaterfest théâtre de Bâle samedi 9 septembre 2017 de 10h à 17h

S’offrir les costumes d’Alcina ( payables en liquide seulement ) , jeter un coup d’oeil dans les coulisses, participer à des séances de maquillage, assister au training du Ballet de Bâle et aux répétitions en cours, apprendre à chanter avec les choristes… Attention : premier arrivé , premier servi , le nombre de places étant limité.

Pour la saison 2017/2018, la troisième sous la direction artistique d’Andreas Beck au Theater Basel, le plus grand théâtre pluridisciplinaire de Suisse , il faudra compter plus de 40 premières et projets dans les départements opéra / musique,  ballet,  théâtre et jeunesse dont neuf productions originelles et deux premières suisses. Après dix ans, Hans Neuenfels se produira à nouveau au Theater Basel. avec  Mozart et«Lucio Silla» sur la grande scène dans une version condensée sous la direction de Erik Nielsen directeur musical du Théâtre de Bâle .

Ulrich Rasche, qui est considéré comme l’un des réalisateurs les plus extraordinaires de sa génération en raison de ses étonnantes mises en scène, a été invité aux rencontres théâtrales  de Berlin en 2017 avec sa production Munichoise « Räuber ». Il a aussi monté le « Woyzeck » de Büchner au théâtre. Tilmann Köhler travaillera pour le théâtre de Bâle pour la première fois et discutera du roman de Jeremiah Gotthelf « The Black Spider ». L’opérette de Paul Abraham « The Flower of Hawaii » avec ses Evergreens inoubliables comme « Un paradis sur la plage » et « Voulez-vous mettre le monde à vos pieds » combine magistralement des mélodies d’opérette avec des éléments de jazz.

D’après « Violet Kid » présentée durant la saison 2015/2016, le ballet propose pour la  deuxième  fois une chorégraphie de l’étoile isralienne Hofesh Schechter . Il répétera son morceau de danse «The Fools» avec les danseurs du Ballet Theatre Basel pour le théâtre. Le nouveau venu Bryan Arias, avec sa chorégraphie «This is everything», est l’antipode énergétique de la soirée consacrée à la danse( 29 septembre 2017 ). L’artiste, qui vit à Porto Rico et à New York, et qui travaille dans le monde entier, se présente pour la première fois à Bâle. Le réalisateur américain Daniel Kramer, directeur artistique de l’Opera National de Londres depuis 2016, s’investit au  théâtre de Bâle pour la première fois. Avec la « la Traviata » de Verdi, nous continuons notre série d’opéras Verdiopiens exceptionnels.

Le metteur en scène  Thom Luz, qui avait déjà été invité aux rencontres théâtrales de Berlin en 2015 et en 2017, organise la pièce de théâtre musicale «Leonce und Lena» de Georg Büchner pour le théâtre de Bâle et trace son propre chemin à travers le cosmos désespéré et joyeux de Büchner. The Monkey Bar devient le  » Club Octobre Rouge « , ouvert aux  artistes en discussion autour du  centenaire de la Révolution d’Octobre. Avec des textes spécialement écrits et des dessins  par Schorsch Cameroun, Joël László, Kevin Rittberger et Ivan Wyrypaev… L’auteur suisse Lukas Linder, vivant à Bâle, écrit une comédie d’après Gogol « The Revisor ou The Book of Sins »  pour le théâtre de Bâle; Cilli Drexel met en scène à Bâle pour la première fois. Le belge Stijn Celis apportera sa chorégraphie «Schwanensee» dans une nouvelle version au Grand Théâtre.

Le metteur en scène Ewald Palmetshofer, propose  le drame pour lequel il a reçu le Mülheim Playwriting Prize 2015 ,  « The Unmarried One »,  une pièce de théâtre pour sept actrices où le  langage hautement rythmique ( voir la prestation de Christopher Marlowe ) sert la narration sur le thème de l’enchevêtrement de la culpabilité et de l’amour et l’intervention du passé dans le présent. Nora Schlocker , régisseure résidente ,met en scène une autre pièce de Ewald Palmetshofer,  » Vor Sonnenaufgang » d’après Gerhart Hauptmann.

Le Musicaltheater « Die drei Raüber » d’après Tomi Ungerer (enfants dès 4 ans )sera présenté aux familles pour préparer les fêtes de Noël  avec le groupe  suisse « The bianca Story » de Bâle,un spectacle  organisé par Daniela Kranz  Le réalisateur italien Antonio Latella, directeur de théâtre de la Biennale de Venise, propose l’un des classiques d’opéra italiens par excellence: La Cenerentola de Rossini – avec la célèbre mezzosopraniste russe Vasilisa Berzhanskaya . La direction musicale est réalisée par le chef d’orchestre italien Daniele Squeo, qui a été le premier Kapellmeister au Staatstheater Karlsruhe cette saison.  Julia Hölscher présente la pièce « Amphitryon » d’Heinrich von Kleist dans le théâtre .

David Bösch répétera pour le Théâtre de Bâle, son «Elektra» donné à l’Opéra Vlaanderen et au Théâtre Aalto Essen sous la direction musicale d’ Erik Nielsen. Felicitas Brucker met en scène le  texte de l’auteur résident, Dominik Busch « da Recth des Stärkeren », commandé par le Théâtre de Bâle dans le cadre du  » Stück Labor Basel «  2016/2017. Dans sa pièce, Dominik Busch s’est basé sur l’histoire de la vie du Néerlandais Tanja Nijmeijer, qui a rejoint les rebelles des FARC à l’âge de 24 ans et est maintenant l’un des visages les plus célèbres de la guérilla. Il imagine le retour d’un rebelle à la patrie et une histoire familiale suisse . Le réalisateur et scénariste Dani Levy, qui a connu un grand succès avec des films tels que « Alles auf Zucker » et « Die Welt der Wunderlichs », revient avec Brecht et Die Dreigroschenoper de Weill  sous la direction musicale du compositeur et chef d’orchestre Johannes Kalitzke.

Le compositeur japonais Dai Fujikura, primé au Festival de Lucerne, présente: «The Gold Beetle». Fujikura crée des paysages sonores atmosphériques d’une grande puissance sensuelle. Le libretto de l’auteur primé Hannah Dübgen est basé sur une histoire d’Edgar Allan Poe sous la direction musicale de Stephen Delaney, directeur artistique des Opernstudios du Théâtre Bâle OperAvenir.

Vasily Barkhatov, revient à Bâle avec l’opéra Der Spieler de Prokofiev , roman autobiographique de Dostoïevski sous la direction musicale  du chef d’orchestre lituanien Modestas Pitrėnas, chef de l’Opéra National à Riga.  Polina est jouée par la soprano lituanienne, Asmik Grigorian, qui a remporté un London Opera Award en 2016 . Avec la première suisse de « Eine Frau » de Tracy Letts, la réalisatrice danoise Elisa Kragerup, directrice du Théâtre Royal de Copenhague est présente  pour la première fois à Bâle.

Richard Wherlock présente en avril 2018  «Mort à Venise» , d’après le roman autobiographique de Thomas Mann . Comme dans «Snow White», il a chorégraphié la première mondiale de la musique de Chostakovitch sous la direction musicale est avec Thomas Herzog. En Suisse, les travaux importants de Federico García Lorcas ont été diffusés en allemand dans les années 1940. Sa tragédie « Yerma » sera créée sur la petite scène. La pièce Romulus der Grosse de Friedrich Dürrenmatt mise en scène par le jeune réalisateur Franz-Xaver Mayer  est un plaidoyer contre l’autocratisme de toute orientation.

Après LICHT (performance de l’année 2016) de  Stockhausen ,   la réalisatrice américaine Lydia Steier franchit une étape supplémentaire du théâtre musical du 20ème siècle avec The Rake’s Progress d’Igor Stravinsky sous la direction musicale du chef d’orchestre estonien et le premier Kapellmeisterin au Komische Oper Berlin Kristiina Poska.

«DanceLab 9» offre une autre plate-forme pour les chorégraphies par les danseurs de l’ensemble de ballet de Bâle, qui se déroulera sur la petite scène . Avec la série de théâtre « Polarrot » d’après le roman de Patrick Tschan, le Stadtraum sera encore occupé par les citoyens de Bâle participants, le tout organisé par Daniela Kranz. La « Junge Haus » propose des ateliers théâtraux-éducatifs et plus de 20 jeux pour enfants, jeunes et adultes.

THEATRE DE BALE

 

Remonter