Zoo de Bâle Aout 2017

mercredi 30 août 2017 par baleenfrancais

Zoo Bâle Photo VBZoo Bâle ©VB

Le Zoo de Bâle fête les 40 ans du zoo des enfants

Zoo des enfants Bâle  Photo ZooZoo des enfants Bâle ©Zoo

Depuis son inauguration le 25 août 1977, le zoo des enfants permet aux plus jeunes d’aider à prendre soin des animaux. Les soigneurs en herbe retirent de ces rencontres une relation empreinte de respect et de confiance. Le zoo des enfants est l’une des composantes clés de l’offre de formation très fournie du Zoo de Bâle.

Les bases du zoo des enfants ont été posées en 1961 avec la construction du vivarium, du pavillon des ânes sauvages de Somalie et du bâtiment administratif avec les caisses, tout en laissant suffisamment de place pour l’installation du zoo des enfants qui abrite exclusivement des animaux domestiques. Il rassemble à l’heure actuelle 13 races de 9 espèces différentes.

365 jours par an, enfants et adolescents dès 8 ans peuvent participer aux soins des animaux du zoo des enfants sous la direction d’une soigneuse ou d’un soigneur, ils s’occupent de nettoyer les enclos et les installations, de préparer des lits de paille fraîche, de remplir les abreuvoirs d’eau et de préparer la nourriture. Une fois les besoins de base des animaux satisfaits, les enfants peuvent s’offrir une promenade à dos de poney ou prendre le temps de brosser un âne par exemple.

En 2016, enfants et adolescents ont fourni près de 3 800 journées ou demi-journées d’intervention. Si certains enfants ne viennent que sporadiquement, d’autres passent presque tout leur temps libre au zoo des enfants. Chaque année, le Zoo de Bâle organise par ailleurs 8 semaines de projet au zoo des enfants pour les classes de 4e et 5e années des écoles primaires de la région

CARNET ROSE CHEZ LES BERNACHES À COU ROUX

Le Zoo de Bâle n’avait plus accueilli de bernaches à cou roux pendant près de 25 ans. Un couple arrivé d’Angleterre il y a deux ans vient désormais de se reproduire au Zoo de Bâle. Les parents et leurs deux petits se sont confortablement installés près des flamants.

Comme dans la nature, les quatre bernaches à cou roux ont choisi de construire leur nid en juin, alors que la plupart des oiseaux commencent la couvaison plus tôt dans l’année. Le 27 juin dernier, le soigneur a eu la surprise de trouver deux petits dans le nid de l’un des couples. Les frêles oisillons sont désormais devenus de vigoureux adolescents qui s’ébrouent au milieu des flamants.

 

UNE NAISSANCE RARE CHEZ LES GUIT-GUITS SAÏ

Depuis des dizaines d’années, le Zoo de Bâle abrite des guit-guits saï. Deux d’entre eux viennent de se reproduire. C’est une première depuis 4 ans. Avant cela, la seule autre naissance au sein de cette espèce remontait à 1980, portant à trois le nombre de naissances depuis le début de l’élevage de guit-guits saï au Zoo de Bâle. Le petit guit-guit saï a quitté le nid à la découverte du pavillon des oiseaux le 8 août dernier. Depuis, il est nourri et protégé par ses parents.

CARNET ROSE CHEZ LES SAÏMIRIS

Saïmiri Singe-Ecureuil Zoo de Bâle  Photo VBSaïmiri Singe-Ecureuil Zoo de Bâle ©VB

Cinq singes-écureuils (également appelés saïmiris) jouent les équilibristes à travers les branchages du Zoo de Bâle avec leurs petits sur le dos. Venus au monde entre le 19 juin et le 12 juillet, il est encore trop tôt pour dire s’il s’agit de jeunes mâles ou de femelles.

La naissance des cinq jeunes saïmiris du Zoo de Bâle est survenue en l’espace d’un mois. Et cela n’est pas le fruit du hasard. Contrairement à la plupart des autres singes, les femelles ne sont fécondes que pendant un court laps de temps d’environ deux mois. Au Zoo de Bâle, c’est habituellement le cas entre la mi-novembre et la mi-janvier, comme déjà lors de l’hiver précédent. Cet été, le mâle, Duende (11 ans), est devenu père plusieurs fois.

 

DE NOUVEAUX COLOCATAIRES POUR LES ÉLÉPHANTS: DES PINTADES

On ne peut pas les manquer: une nouvelle espèce a pris ses quartiers dans le nouvel espace dédié aux éléphants «Tembea», ouvert en mars au Zoo de Bâle. Les turbulentes pintades donnent régulièrement de la voix, mais les éléphants ne semblent pas y prêter la moindre attention. Leur réaction face à ces nouveaux venus a tout simplement été inexistante.

Les cinq oiseaux mâles et quatre oiseaux femelles sont arrivés au Zoo de Bâle mi-avril, passant les deux premières semaines en quarantaine dans le cabinet vétérinaire. Ils se sont ensuite installés dans leur pavillon, sur l’espace dédié aux éléphants où ils ont pu s’habituer à leur nouvelle maison pendant quatre semaines. Depuis, ils ont investi l’espace et se sont très bien acclimatés. Un éléphant femelle a certes déjà chassé les gallinacées en leur courant après pour s’amuser, mais la plupart du temps, les éléphants n’accordent que peu d’attention aux pintades évoluant en liberté dans l’enceinte.

Le groupe de pintades est originaire d’un élevage suisse. Dans l’espace dédié aux éléphants, elles possèdent leur propre pavillon et l’espace extérieur des éléphants est à leur entière disposition. Chaque nuit, elles se replient à l’intérieur. Des portes coulissantes automatiques se ferment au crépuscule et s’ouvrent à l’aube, une routine à laquelle les pintades se sont parfaitement adaptées.

CARNET ROSE CHEZ L’ESPÈCE RARE DES GIRAFES DE KORDOFAN

Une girafe de Kordofan Zoo de Bâle Photo VBUne girafe de Kordofan Zoo de Bâle©VB

Deux mètres de haut, 80 kg: le vaillant petit dernier de la famille des girafes du Zoo de Bâle est né le 14 juillet et s’appelle Osei («noble»). En plus d’être remarquablement grand et lourd, le bébé de Kianga (8 ans) est également particulièrement actif pour un petit girafon.

L’accouchement a duré près de trois heures, et le vétérinaire du zoo commençait à se faire du souci. Mais tout s’est finalement bien terminé. Seul le cou d’Osei coincé entre les longues jambes de sa mère a suscité une brève excitation. On a vite compris pourquoi: Osei pèse presque 20 kg de plus et mesure 20 cm de plus que les autres girafons. À peine 20 minutes après la naissance, il essayait déjà de se lever et au bout de deux heures, il tétait sa mère pour la première fois.

ZOO de Bâle

Remonter