Art Basel 2013 Impressions

Art Basel 2013 ©VB

Art Basel 2013, la foire des superlatifs  : 70000 visiteurs , 304 galeries , 4000 artistes , 70 représentants des musées du monde, 2 milliards de transactions potentielles 

En marge : Ce que vous avez( surement ) loupé

Allez , soyons futiles ! Parce que s’intéresser à l’art , c’est s’intéresser à ceux qui s’intéressent à l’art , l’âme de midinette qui squatte effrontément   mon cerveau  vous l’annonce  tristement : pas plus que je n’avais croisé Brad Pitt l’an passé, mes pas n’ont suivi ceux de Leonardo di Caprio  , misère ! Aussi raté :  Kanye West  arrivé vers minuit et demi le mercredi  dans la nouvelle salle accueillant l’exposition Design Miami/Basel 2013 ( création sombre des Herzog /De Meuron  connection ). Le rappeur  rince du HipHop américain  a gratifié ses fans de 20 minutes de prestation destinées à la promotion de son  dernier   album, «Yeezus», sorti le 18 juin. Il a aussi interprété son nouveau single, «New Slaves», à cappella.Pas vue non plus Solange Knowles -oui la soeur de Beyoncé- qui s’est produite discrètement devant un parterre de 75 personnes au Volkshaus.

En outre , je suis toujours étonnée  de ne pas compter  parmi les nombreux collectionneurs en goguette à la Art  ,François Pinault  ou Bernard Arnaud  qui , semble-t-il n’ont pas le goût , le temps ou l’envie de se déplacer  chez les bons helvètes , mais peut-être ont-ils des représentants discrets qui auraient pu se trouver dans l’un des  50 jets privés attendus dès  le premier jour  à l’aéroport de Bâle-Mulhouse .

Auberge espagnole©VB
Auberge espagnole©VB

Freestore : Une idée de génie si vous n’aviez , comme moi , pas vraiment les moyens d’acquérir un Poliakoff ou un Joan Mitchell  : devant la section Art Unlimited , on pouvait trouver son bonheur sur l’esplanade où Le Free Store Basel avait installé son stand . L’idée : tu apporte un truc , tu repars avec un autre truc ; bien sur , si tu viens à la fin , il n’y plus grand chose à glâner , mais si tu es rapide , ce sont les galéristes qui débutent l’approvisionnement et tu peux avoir de bonnes surprises ; j’ai quant à moi  acquis le catalogue de la 44ème édition de la  Art présenté en nombre le dernier jour et parti en 45 secondes , un souvenir indispensable à mon sens ;

Alors , qui organise ce Flohmarkt anti- snob finalement ? L’idée originelle est initiée par l’artiste  américain Jonathan Horowitz. Situé en plein air, à côté des halls d’exposition, le projet “Free Store”est un espace désigné  à  la libre circulation des marchandises ; celles-ci sont exposées dans des structures de plastique modulables  issues de recyclage ouvert  24 heures par jour.

L’idée derrière “Free Store” est de générer organiquement une économie alternative parallèle à celle de la foire d’art. Aucun argent n’est impliqué dans la gestion du magasin, il n’y a pas de règles ou de règlements. Le projet vise à faire participer un large éventail de visiteurs, des résidents locaux qui ne viendraient pas à la foire ou même à Bâle autrement.

Alors , voici quelques indications des organisateurs pour la prochaine session d’Art Basel si vous êtes :

A) Un visiteur de Bâle à l’étranger, vous pouvez emballer quelque chose de plus dans votre valise à déposer pour échange au Freestore

B) Un exposant  à Bâle, vous pouvez  inclure  quelque chose de plus grand (meubles?) dans votre livraison pour le freestore spécialement.

C) Une compagnie maritime  à Bâle, vous pouvez apporter quelques éléments supplémentaires dans vos camions.

D) Un résident de Bâle,  vous pouvez remettre directement  au Freestore des objets dont vous ne voulez plus.

Tout ce que vous pensez  pouvoir être utile pour quelqu’un serait la bienvenue: vêtements, livres, articles de maison, mobilier, art – absolument tout. Et vous repartez avec ce que vous voulez . Prépares-toi pour l’an prochain !

Mais combien ça coûte ?

 Damien Hearst©VB
Damien Hirst©VB

Selon la journaliste Katherine Boyle du Washington Post , Art Basel , la plus grande Foire Internationale du monde génèrerait  autour de 2 milliards  de transactions . Des exemples ?Pour  “L’homme à la pipe” de Pablo Picasso, il vous en couterait  environ 3,4 millions d’euros ; attention pour l’allemand  Gerhard Richter , sa superbe Abstraktes Bild de   a été proposée sur le stand de Dominique Levy pour environ 20 millions de $ après avoir été acquis puis vendu par Eric Clapton à Sotheby pour 34millions de $, la tête nous tourne un peu , redescendons dans des sphères plus accessibles avec le galériste  Thaddaeus Ropac qui a vendu  à un collectionneur français un  Baselitz, à  seulement 950.000 € (Not yet titled, Kleine Marokkanerin, 2013) ; la famille Nahmad quant à elle , dont le fils Helly est pour l’heure en délicatesse avec  la justice américaine détenait dans son escarcelle des trésors comme   ces deux Miro historiques, proposés à 22 et 17 millions de $, un mobile de Calder de 1961 à 12 M$ qu’aurait pu s’offrir le milliardaire russe Abramovich , fidèle d’Art Basel ,et un ensemble de toiles blanches de Fontana entre 2 et 6 M$ .

Parmi les  jeunes artistes en vogue: Joe Bradley s’est vendu  pour 150 000 dollars, chez Gavin Brown de New York. L’Américain avait été la vedette à 682 500 dollars de la vente «11th Hour» organisée en mai par Christie’s au profit de la fondation de l’acteur Leonardo DiCaprio(Créée en  1998,  pour soutenir les organisations et les initiatives dédiées à assurer un avenir durable pour notre planète).

 L’art , c’est quoi au fait ?

Marc Spiegler , directeur d’Art Basel  a déclaré: «l’ idée dominante est que les artistes sont de moins en moins disposés à être définis dans un cadre pré-déterminé . Les jeunes artistes ne disent pas  : «Je suis un photographe, je suis un sculpteur”, vous savez. Ils développent leur oeuvre autour d’une idée ; si la sculpture , la peinture , la photo ou la video leur permettent d’exprimer au mieux leur concept artistique , alors , ce moyen sera choisi  seul ou en combinaison avec d’autres “. La Fondation Beyeler a eu la bonne idée d’éditer et de distribuer gratuitement un opuscule signé  conjointement par Sam Keller , directeur actuel de la Fondation Beyeler  après avoir été celui de  la Art , et Lukas Gähwiler , CEO UBS Suisse ; je vous livre quelques unes de leurs réflexions qui nous aideront indéniablement à percevoir l’art des 20ème et 21 ème siècle avec  moins d’effarement :

Art Basel 2013 Unlimited  Chiharu-Shiota-Templon  Photo VB
Art Basel 2013 Unlimited Chiharu-Shiota-Templon ©VB

Avant tout : non , l’art contemporain n’est pas notre ennemi : ” Aucune instance , aucune autorité  ne peut décréter une fois pour toutes :” ça c’est de l’art ! Il n’y a pas de définition qui aurait force de loi” …” C’est le public qui décide si une chose est de l’art ou pas ” .Personne ne peut donc davantage déclarer , ceci n’est pas de l’art ! Les choses étant ainsi fixées  ,  plus de complexes à avoir , nous sommes tous des experts en puissance et faisons  tous de la critique d’art sans le savoir!

En réalité l’argent complique un peu les choses à défaut de les légitimer . On nous signale tout de même que ” les milieux artistiques jouent un rôle essentiel, car les oeuvres doivent être exposées , commentées dans des revues d’art, achetées par des musées et des collectionneurs ” afin d’être adoubées et échangées sur le marché contre monnaie trébuchante . Bon , tout s’éclaire !Notons que  l’amour du public et la reconnaissance des experts peuvent être décalés dans le temps ; ainsi , longtemps , la photo et le cinéma n’ont pas pénétré l’antre sacrée du monde  officiel de l’art .

La qualité d’une oeuvre n’est plus une question de matériau , de temps passé au travail , de précision du coup de pinceau, de  portrait fidèle …fut-ce la chose déroutante . Aujourd’hui, l’artiste traduit l’émotion , le sentiment , la sensation , toute chose impalpable et interprétable de multiples manières ; le seul élément d’importance est l’émotion que suscite l’oeuvre , parfois même le simple questionnement suffit à justifier le travail de l’artiste .

” Grâce à l’art , je rends visible l’invisible qui est en moi.Pour moi , l’art définit la beauté, car la beauté se trouve toujours dans l’oeil de celui ou de celle qui regarde ” Leah Borer. On vous le dit , la star , c’est vous , le spectateur sans qui   l’artiste n’est rien( simple déduction logique ) .

Comment les artistes se font-ils connaître ? Souvent , les artistes ont une formation , Ecole des Beaux-Arts ou autre Etablissement  d’Enseignement Artistique,.Les galeries, les foires , les critiques d’art, les commissaires d’expositions , les collectionneurs …Voilà l’arsenal nécessaire pour faire le buzz autour d’un artiste ; et puis aussi , la chance de se trouver au bon endroit au bon moment.

Vous trouverez surement l’ouvrage d’où sont extraites ces réflexions à la Fondation Beyeler 

 Art Basel , c’est chic et choc

Art Basel 2013 Favela café Tadeshi Kawamata café Photo VB
Art Basel 2013 Favela café Tadeshi Kawamata café©VB

Tandis que la Art brille de tous ses feux, panneaux scintillants du rose à l’orangé   et cône métallique ouvert au ciel – une vision pure et parfaite totalement fascinante voire hypnotisante révisée par les stars Herzog et de Meuron – , l’arrivée sur l’esplanade réserve une  surprise de taille : comme pour rappeler au visiteur que le monde reste toujours divisé en deux parties inégales ,l’ artiste japonais Tadashi Kawamata  a installé une série de baraquements faits de bois et de tôle qui provoque un  choc visuel immédiat ; l’artiste -poète n’en est pas à ses premières frasques , il est  mondialement célèbre depuis des années pour ses interventions architecturales éphémères .Pour la Art 2013 , il a installé un complexe qu’il intitule ”   Favela Café “ qu’on croirait directement importé de Sao Paulo tant le réalisme saute aux yeux et le contraste avec le luxe propre à l’évènement -phare des étés bâlois est énorme . Il a fallu pas moins de 3 semaines à  Kawamata pour assembler la construction , avec  l’assistance logistique de l’architecte bâlois Christophe Scheidegger . Tout le matériel provient de la zone portuaire de Bâle où le ” Favela Café ” retournera pour 5 années sous forme de Bar-Restaurant à l’identique de l’installation éphémère pour Art Basel.

L’idée de Kawamata est de mettre en lumière ces constructions misérables auxquelles l’oeil est habitué comme si elles étaient naturelles , or , elles sont le plus souvent réalisées de façon anarchique et occupent des emplacements laissés vides en plein coeur des villes.On comprend que l’œuvre de Tadashi Kawamata contient une réflexion sur l’environnement social et sur les relations humaines qui le définissent.

Tadashi Kawamata est un plasticien japonais né en 1953 sur l’île de Hokkaido. Il vit et travaille à Tokyo et à Paris.Professeur à l’Université des beaux-arts de Tokyo jusqu’en 2005, il enseigne actuellement à l’ENSBA de Paris. Pour visionner ses installations éphémères , RV sur le site de la Galerie Kamel Mennour

Art Basel continents:  et de trois ! après l’Europe et les Etats-Unis , l’Asie 

Art Basel a ouvert  sa première édition asiatique à Hong Kong du 23  au 26 mai 2013 à 60ooo visiteurs.

Marc Spiegler , directeur de Art Basel  déclare que bien que 75% des galeries choisies proviennent d’Orient , il ne faut pas s’y fier : «Dans le monde de l’art contemporain, on parle de moins en moins de pays, de passeports, mais d’artistes et d’idées». Art Basel Hong Kong a présenté cette année inaugurale les oeuvres de 3000 artistes.  Parmi les 245 galeries de premier plan venus de 35 pays présents à Art Basel Hong Kong (contre 300 à Art Basel en Suisse), plus de la moitié étaient originaires d’Asie. la Chine représente à elle seule 25 pour cent du marché de l’art mondial.

Des artistes chinois représentés à la Art : Champ de purification est une pièce que l’artiste chinois Chen Zhen avait réalisé en 2000, peu de temps avant de mourir. Des objets disposés comme sur une scène de théâtre, ou dans un grenier, sont recouverts de boue séchée et composent un tableau monochrome apaisant. In silence, réalisé en 2002-2013 par Chiharu Shiota est sans doute l’œuvre la plus photogénique de l’exposition. Elle est composée d’un piano décati installé devant des rangées de chaises elles aussi usagées – un souvenir d’incendie traumatisant. Les objets sont saisis dans un entrelacement de fils noir épais, tissés de sorte à former une masse semi opaque. Les spectateurs se distinguent à travers l’œuvre et forment des ombres de couleur qui se meuvent, modifiant constamment l’aspect de la pièce.

Voir l’excellent reportage de Valérie Sasportas du Figaro 

Prochaine Art Basel Hongkong  du 15 au 18 mai 2014.

Prochaine Art Basel Bâle : 19 au 22 juin 2014

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Facebook
Google+
Google+
https://www.baleenfrancais.ch/2013/06/art-basel-2013-impressions">
LinkedIn
Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton back to top