Ballet de Bâle Blaubarts Geheimnis Le secret de Barbe bleue

Ballet de Bâle Andrea Tortora Vidal Stephan Thoss 2014 Barbe Bleue ©VB

Blaubarts Geheimnis  , le secret de Barbe-Bleue : une allégorie de la difficulté d’aimer

Le Barbe bleue du  conte populaire de Charles Perrault paru en 1697, n’est ici  qu’un pretexte pour valoriser le thème de la confiance , de la perenité , de la difficulté de construction et de consolidation du couple amoureux : les secrets ,même lourds et douloureux doivent être partagés pour être mieux supportés.

Chez Perrault, Barbe-Bleue est un roturier très riche , mais fort laid  à l’allure terrifiante  . Il dégoûte les femmes mais a déjà eu plusieurs épouses  attirées par sa richesse , toutes disparues comme par (des)enchantement . La dernière jeune fille qu’il reussit à séduire découvrira le pot aux roses derrière la porte close du maudit château et finira par se debarrasser du vilain grâce à ses frères .

C’est un conte qui se termine bien donc fatalement, et c’est bien tout  ce que le conte originel a de commun avec la réinterprétation du chorégraphe Stephan Thoss.

Stephane Thoss chorégraphe polyvalent décortique le couple amoureux

Cet homme sait tout faire : pour Blaubarts Geheimnis , Stephane Thoss ( un petit air entre Federer et Stefan Eicher ) a mis en scène, choisi les costumes , les décors  ,  le tout pour un résultat parfait et une chorégraphie menée à un rythme échevelé proche du film tourné en accéléré. Aucune chance de s’ennuyer!

Stephan Thoss  est né à Leipzig , il  a complété sa formation de danseur à l’école Palucca à Dresde, dans l’ex-Allemagne de l’Est.En 1983, après un engagement à l’Opéra national de Dresde, Thoss entame une carrière de soliste à l’Opéra comique de Berlin et au Théâtre de Kassel, avant de revenir à l’Opéra de Dresde .

En 1994, à l’invitation de Macia Haydée, il est chorégraphe invité au Ballet de Stuttgart où il crée un nouveau ballet sur Les Noces de Stravinski. Il est, par la suite, sollicité par quelques-unes des compagnies de danse les plus renommées du monde, parmi lesquelles le Ballet national de Bavière, le Ballet de Hambourg, le Ballet de Toscane à Florence et le NDT2.

De 1998 à 2001, Thoss assure sa première direction de ballet au Théâtre de Kiel. À ce stade de sa carrière, il a déjà créé une cinquantaine de chorégraphies, qui vont de courts solos à des ballets intégraux, ainsi que des ballets d’inspiration surréaliste, des comédies burlesques, des ballets d’action et une réinterprétation du classique Giselle.

En 2001, il quitte Kiel pour devenir directeur du ballet de l’Opéra de Hanovre, qui regroupe alors une trentaine de danseurs. Il y conçoit 20 nouvelles chorégraphies. En plus d’y revisiter des classiques comme Le Lac des cygnes (version qui sera reprise par l’Aalto Ballet Essen) et Le Sacre du printemps, il y crée un grand nombre de nouveaux ballets, notamment Obscurus, Nach Moskau et Incantation.

Thoss accepte, en août 2007, la direction artistique du ballet de l’Opéra de Wiesbaden. Sous son impulsion, cette compagnie classique prend un virage plus moderne et aborde le répertoire contemporain. . Thoss a, en outre, des affinités avec la comédie et le burlesque, comme en témoigne les productions Boléro, No Cha-Cha-Cha et Carmencita.

Au cours des dernières années, en plus de concevoir la chorégraphie, il a aussi choisi la musique et créé les décors, les costumes et les éclairages de ses œuvres.

En mai 2011, Les Grands Ballets Canadiens de Montréal présentaient la première nord-américaine de Searching for Home, un ballet de Stephan Thoss.

Tableau 1: hommes femmes mode d’emploi, la rencontre , le jeu , la légèreté

Ballet de Bâle Javier Rodriguez Cobos2014 ©VB
Ballet de Bâle Javier Rodriguez Cobos/ Barbe Bleue©VB

Au début , tout va bien :  le chorégraphe allemand Stephan Thoss  présente dans la première partie du ballet les différents modes de jeu entre les hommes et les femmes sur la scène, d’où émergeront les deux protagonistes Barbe-Bleue et Judith , Andrea Tortosa Vidal  . L’horrible Barbe-Bleue – un vrai rôle de composition donc pour Javier Rodriguez Cobos , à qui l’on donnerait le Bon  Dieu sans confession-emmène sa belle au château où celle-ci doit composer avec une belle-mère omniprésente- comme toujours dans les contes – Debora Marques Marin. Les décors , particulièrement ingénieux et esthétiques , tracent pour le public et pour Judith , les étapes du passé chargé de Barbe-Bleue à chaque passage de porte -7 en tout sauf une-, le château et ses méandres étant représentés très artistiquement( quelque chose rappelant la poésie mélancolique d’ Edward Hopper bien vue pour décrire l’homme serial killer certes mais  définitivement solitaire  ) en une perspective moderne laissant sur leur droite le maître des lieux semblant faire un tour d’inspection de son fief ; et sur la gauche , une femme à l’envers en robe pourpre dont il est facile d’imaginer le funeste destin.

Tableau 2:  le secret de Barbe-Bleue : vivre ensemble   ? La belle affaire !

Mais , contre toute attente , Judith et son Landru s’apprivoisent jusqu’à partager le fameux  secret  presque  dans la sereinité. Les portes claquent , s’ouvrent et se referment pour révéler le  noir spectacle ( on est pas dans un Vaudeville ). La surprise vient de l’interprétation du chorégraphe . Dans cette seconde partie, Stephan Thoss   pose des questions sur la dynamique de la relation entre l’homme d’expérience et sa jeune épouse, sur l’importance du déplacement des rapports de forces au sein de ce couple comme  cela se passerait pour n’importe lequel dans la vraie vie : très provocateur n’est-ce pas ?  Contrairement à la version originale de Charles Perrault, Barbe Bleue n’est  donc pas ici le sinistre  boucher  qui cache les corps de ses femmes assassinées dans une pièce de son château, il essaie de travailler vers un avenir commun avec Judith , et c’est celle-la même qui ramène son épouvantable époux à la vie ,le sort de sa solitude L’idée dominante de ce Blaubarts Geheimnis est une allégorie : le couple  doit fonctionner dans la confiance sans se laisser encombrer par les actions  passées qui ne peuvent que polluer les relations car chacun de nous  garde un cadavre dans le placard , qui peut se manifester comme un fantôme dont l’unique destin sera de faire échouer la relation amoureuse. Les secrets  ne doivent pas être des obstacles mais doivent être partagés pour être supportés et disparaître . La dissimulation est un poison dans toute relation .

Stephan Thoss , mettant en scène la mère de Barbe Bleue , personnage froid , noir , sévère ,nous  ouvre la dernière porte du château : toute

notre enfance est motivée par la confiance et l’amour déployés par une mère , ce dont n’a pas bénéficié Blaubarts ; ainsi , toute sa vie , avant sa rencontre salutaire avec Judith , sera occupée à assouvir une sorte de vengeance systématique et lasse .

Une interprétation chorégraphique bouleversante et  brillante  :   qu’aurait été la vie de Barbe-Bleue s’il avait eu une mère digne de ce nom ? Que faire de nos misères d’enfant ? comment préserver l’amour ?

Prochaines représentations de Blaubarts Geheimnis

Direction musicale:

Giuliano Betta

Thomas Herzog

 Choréographique, scène, costumes:

Stephan Thoss

 Solo-Piano:

Christina Bauer

 Dramaturgie:

Bettina Fischer

 Barbe-Bleue:

Javier Rodriguez Cobos

 Judith:

Andrea Tortosa Vidal

Mère de Barbe-Bleue:

Debora Maiques Marín

Theatre de Bâle


Print Friendly, PDF & Email
[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton back to top