Yves Saint-Laurent le film de Jalil Lespert

Yves St Laurent Jalil Lespert Affiche du film détail

Yves Saint-laurent par Jalil  Lespert : so chic !

Jalil Lespert Film Yves Saint-Laurent Rencontre Zurich ©VB
Jalil Lespert Film Yves Saint-Laurent ©VB

Nous avons beaucoup de chance , Yves Saint-Laurent  le film de Jalil  Lespert est parvenu jusqu’à nous en Suisse alémanique , il sera diffusé au Kultkino Atelier à Bâle dès le 10 avril ( distribution Pathé Films  Zürich également le 10 avril )

Pour ceux qui vivent sur mars , le film raconte , à partir de 1957  à Oran, et durant une vingtaine d’années, le partenariat amoureux et professionnel d’Yves Saint Laurent et Pierre Bergé jusqu’à la collection «Opéra- Ballets Russes » de 1976 Collection , présentée pour la première fois dans l’histoire des défilés comme un spectacle.

Entretien avec le realisateur  Jalil Lespert ( mercredi 2 avril 2014 Zürich Hôtel Baur au Lac)

VB : bonjour Jalil Lespert, vous êtes à Zürich , tout près de la Bahnhofstrasse , les Champs-Elysées locales , vous avez eu le temps de faire des emplettes pour votre épouse ?

JL: euh , non , et puis , Sonia ( Rolland épouse de  Jalil Lespert ) est en ce moment au Rwanda , elle a fondé l‘ association« Maïsha Africa » pour venir en aide aux enfants orphelins  là-bas et elle inaugure une nouvelle école cette semaine ; ma femme est une personne d’une grande générosité , le contraire de moi qui suis terriblement égoïste.

VB : difficile de vous croire lorsqu’on sait que l’amour fou est le cœur de votre film ; comment l’aventure a-t-elle commencé ?

JL: c’est vrai , j’avais envie d’écrire une grande histoire d’amour , une histoire typiquement  française , je voulais aussi filmer Paris , quand même la plus belle ville du monde . L’histoire d’Yves Saint-Laurent et de Pierre Bergé m’a fasciné; j’avais vu ” l’amour fou ” de Pierre Thoretton et je trouvais que cette concordance entre fusion charnelle , sentimentale et creation artistique dans un contexte de Rise and fall , cette volonté commune de tout consacrer à l’art et la beauté en dépit des obstacles et de la maladie , complètement extraordinaire , un truc qui ne peut que forcer l’admiration .

VB : grandeur et misère d’un génie torturé; les histoires d’amour finissent mal en général ! Vous n’avez pas été trop tristes pendant le tournage ?

JL : non , pas du tout , c’était parfois difficile de filmer la chute de cet homme exceptionnel mais nous sommes une bande de joyeux , Guillaume et moi avons la culture de la comédie , ça aide.

VB : Jalil Lespert , Guillaume Gallienne de la Comédie Française , l’homme aux 5 Césars, Pierre Niney de la Comédie Française ! Vous allez avoir du mal à garder le niveau !

JL : oui , bon c’était une obligation de notifier les statuts  des comédiens sur l’affiche ,  et puis  je souhaitais retenir des acteurs de formation classique parce que les dialogues sont plutôt en langage soutenu vue l’époque  , ça m’a paru plus cohérent; Pierre joue en ce moment Phèdre au théâtre ,Guillaume a joué Tchekov , Racine , Molière ….

VB : du coup , le casting de tête d’affiche était évident pour vous ?

JL : pour Pierre Niney , absolument , je l’avais repéré un an et demi avant le début du tournage , je l’ai écouté jouer , regardé des photos ; évidemment , la ressemblance avec YSL était frappante mais aussi , son jeu d’acteur m’a enthousiasmé , c’était tout de suite clair  en l’écoutant lire Hamlet dans le texte qu’il se situait à un niveau déjà bien supérieur à la moyenne.Pour Yves Saint-Laurent mon film , Pierre a fait un énorme travail de performeur bien au-delà du simple mimétisme .

VB : et pour Guillaume Gallienne ?

JL : ça a été un peu plus difficile ; d’abord , physiquement , on avait pas trop de référence concernant Pierre Bergé jeune; ensuite , il y a eu une période un peu compliquée pendant laquelle Guillaume a beaucoup surjoué et ça a été un problème; j’ai du lui indiquer -diplomatiquement- que le naturel devait être la règle , l’idée étant de se plonger dans le personnage sans emphase, en faisant le plus simple possible ; j’ai demandé à Guillaume d’être sincère , ce qui l’a beaucoup fâché dans un premier temps , j’ai alors formulé les choses autrement en lui certifiant qu’il était un grand acteur , qu’il n’avait aucune nécessité de le prouver . Alors , tout a fonctionné, je lui ai conseillé comme béquille de songer à Sallieri face au Mozart d’Amadeus  pour  visualiser la violence des sentiments incarnés par son personnage de Pierre Bergé , celui qui reste derrière le génie .

VB : et les scènes d’amour , pas de réticences de la part des acteurs ?La scène dans la boite gay est plutôt glauque .

JL : non , pas de souci particulier ; ah bon ? J’avais l’impression d’avoir été plutôt soft !

VB : Niney , Gallienne , Lespert , le triplé gagnant donc ?

JL : oui , exactement , nous trois , ça a très bien marché , nous avons eu une réelle complicité et le tournage , bien qu’ assez éprouvant car les scènes ont réclamé une  très forte concentration , nous a laissé des plages de rigolade et ça , c’est vraiment important ; c’est aussi le fait que je sois  acteur  moi-même qui a permis de réussir cette collaboration sans un stress maximum puisque je sais à peu près ce qui se passe dans la tête des comédiens , nous devions éviter d’ être  totalement paralysés par la stature immense de nos personnages, il fallait désacraliser les” monstres” pour jouer juste  .

VB:.vous avez délibérément choisi de caler le film  sur une pèriode  de 20 ans ; après 1976 , il ne se passe rien qui vous ait interessé ?

JL : j’avais plusieurs raisons , d’abord , je n’ai pas eu envie de montrer la  decheance de cet homme brillant mais définitivement malade , j’ai préféré me concentrer sur la pèriode des 30 glorieuses , ou tout était léger , permis , les soirées de fêtes interminables , insouciantes , bien arrosées au minimum , ça m’a permis de bien placer l’aréopage entourant les deux amants : Loulou de La Falaise ,Zizi Jeanmaire, Karl Lagerfeld , Andy Warhol, Victoire bien sur et Betty, sans oublier Bernard Buffet , qui a précédé YSL dans le coeur de Pierre Bergé  ; seulement , la présence marquée de Pierre et Guillaume a laissé surement peu de visibilité aux autres acteurs , mais c’est ce  sont eux les héros.Et puis ,terminer sur la collection des  Ballets russes de 76  est une forme d’apotheose.

VB : pour parler des personnages secondaires , la mère jouée par Mariane Basler passe un peu  pour une ravissante idiote ; c’est voulu ?

JL: pas exactement , elle évolue dans un cercle de bourgeois , les français d’Algérie (avant la guerre d’indépendance  ) , plutôt oisifs , peu cultivés ;  elle occupe son temps libre en virevoletant dans  de jolies robes à fleurs et en buvant le thé avec ses copines à qui elle présente  fièrement son fils ,  ce gentil garçon tout doux dessinateur de talent  , tout cela est plutôt aimable et YSL est à ce moment plutôt heureux ; Mariane Basler joue à la perfection cette légèreté apparente, c’est une excellente actrice.

VB : enfin , YSL déclare tout de même très tôt à son mentor comme il a souffert et a été martyrisé jeune à Oran pour son homosexualité sans que sa mère n’intervienne jamais pour le protéger ; on pourrait penser que c’est cette forme d’abandon qui l’a fait s’enfoncer dans une mélancolie irrémédiable.

JL: peut-être ; c’est une mère qui peut paraître superficielle , mais pas méchante , elle ne realise pas vraiment la profondeur du désarroi de son fils .Elle cherche ce qui pourrait  lui plaire , par exemple en lui offrant un livre sur Mondrian ( YSL a consacré une collection à cet artiste comme on le voit dans le film ) ,mais rien ne dit qu’elle soit au courant de qui est cet artiste ni même que ça en soit un !

VB :YSL a dit “Je déteste les bourgeoises. Elles ne s’habillent pas, elles sont très ennuyeuses” Aucun ennui au cours des  3 défilés montrés dans votre film ; les robes sont des copies ?

JL : surement pas ! avant de mettre en route mon film ,j’ai rencontré Pierre Bergé et je lui ai demandé de pouvoir utiliser les modèles originaux et de disposer aussi des croquis originaux , ce qu’il a accepté; les collections de Pierre Bergé et Yves Saint-Laurent ont été rassemblées dès 66 , environ 5000 robes  et 15 000 accessoires, dessins, patrons papier et objets divers ; c’est pour perpétuer tout le travail du createur qu’a été YSL que Pierre Bergé a ouvert la Fondation Pierre Bergé Yves Saint-Laurent en 2002.

VB: ça  a du être vraiment magique pour vos actrices de revêtir ces robes merveilleuses ?

JL: oui bien sur  , sauf que nous avons eu des problèmes pour trouver les mannequins car les tailles requises étaient 34 , alors on a orienté nos recherches vers les danseuses !

VB : Catherine Deneuve a été à YSL ce qu’ Audrey Hepburn était à Givenchy , c’est un peu étonnant de ne pas voir  d’elle une petite apparition .

JL: justement , je n’avais pas vraiment envie de faire seulement un cameo , un petit clin d’oeil  laissant paraître Catherine Deneuve, alors c’était compliqué.

VB : la BO du film est partagée entre Ibrahim Maahlouf et Brisa Roché ; décidément , vous donnez dans l’excellence ! Ce choix est le vôtre ?

JL : oui , j’aime beaucoup Ibrahim Maahlouf

VB : alors , si vous étiez resté un peu plus en Suisse , vous auriez pu l’entendre au festival de jazz de Bâle

JL : ah bon ? pas de chance , je repars demain !

VB : alors Jalil , le mot  de la fin est pour vous

JL : j’ai fait ce film à cause de l’admiration que je porte à ce couple qui , pendant 50 années , s’est tenu debout , ensemble , a continué à créér et  présenter des collections contre vents et marées inspirées de leurs voyages et portées par une immense curiosité ,des gens qui se sont toujours battu   pour leur rêve . L‘amour fou comme l’a titré Pierre Thoretton m’a inspiré , mais surtout les lettres d’Yves confiées par Pierre Bergé ont été ma source émotionnelle , il fallait de l’émotion sur le film , car décrire le travail d’un génie peut devenir quelque chose d’ennuyeux .

Merci à vous et bon vent à ” Yves Saint-Laurent “!

Notes :

Il y a eu Elmosnino et Gainsbourg époque héroïque , il y aura Pierre Niney et YSL  , amour héroïque .  Cinquante  ans d’amour , c’est l’amour fou , non ?

Les prises de vue du film à Marrakech sont absolument magnifiques , notamment ,l’escapade de Pierre Bergé et YSL à moto au Maroc est un bijou ; la pause piscine nous rappelle Ozon et Ludiwinne Sagnier , un moment d’un érotisme torride .

L’émotion est omniprésente et enfle tout le long du film en même temps que la détresse  du prodige , décadence en fond d’écran , une ambiance rock n’roll voulue  par Jalil Lespert fidèle à ce qu’aimait aussi Yves Saint-Laurent  : la drogue ,les  boites,l’alcool .

La première image est celle d’un homme seul , YSL , dans une atmosphère de grande douceur , la dernière est la même, Pierre Bergé pose sa main sur l’épaule de celui qui n’est plus .Le coeur se serre.

Yves Saint-Laurent le film a été présenté à la 64ème berlinale , il est sorti en France le 8 janvier, sera sur les écrans bâlois ce mois-ci.

Kultkino Bâle

Pathé Film

Yves Saint-Laurent le Film

Fondation  Pierre Bergé Yves Saint-Laurent

[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton back to top