Thomas Keller directeur administratif de la Kaserne

Thomas Keller Kaserne Bâle

A l’approche du spectacle Basel Tattoo qui sera donné à a Kaserne de Bâle dès le 18 juillet, quelle meilleure opportunité que de vous raconter l’histoire de ce lieu ouvert aux amoureux de

toutes les formes de culture ? Thomas Keller , directeur administratif de la Kaserne depuis 2008 , a bien voulu nous en  dresser un portrait chronologique .

Kaserne 2014 ©VB
Kaserne 2014 ©VB

Conversation avec Thomas Keller , directeur de la kaserne de Bâle

VB : bonjour Thomas, tu diriges la Kaserne de Bâle depuis 2008  avec Carena Schlewitt. Quelles  sont les caractéristiques essentielles de ce lieu multiculturel ?

TK : avant tout , il faut dire que la Kaserne de Bâle est devenue au fil des années le plus grand centre de théâtre , danse et  performance contemporaines ainsi que de musique populaire innovante de la Suisse du Nord-Ouest. Nous y présentons 270 spectacles par an et comptons environ 60000 visiteurs. La Kaserne est à l’avant-garde artistique et c’est ce qui plaît à notre clientèle plutôt jeune , toujours avide de découvertes inédites.

VB : quelle a été ta formation ?

TK : je viens de St Gall et  j’ai étudié à Bern la dramaturgie  théâtrale et la littérature allemande puis ,à partir de 2000, à la fin de mes études , j’ai travaillé comme producteur pendant plus de 10 ans dans le cadre de la scène indépendante du théâtre et de la danse; j’ai organisé durant ces années de nombreuses tournées avec des troupes du théâtre indépendantes comme öff öff Productions, GO Productions , Cie Morespace, Roten Fabrik , en Allemagne et ailleurs.

Les spectacles que j’ai produits ont été présentés lors des journées de la danse à Bern et les spectacles de théâtre de Zürich.Je suis assez focalisé sur l’Allemagne et l’Autriche , pays pour lesquels je coiffe souvent la casquette de coproducteur . Avec la France , c’est un peu plus compliqué , peut-être une question de culture et de préférence linguistique. Ceci dit , parfois , ça fonctionne bien, nous avons invité en janvier  la chorégraphe française Gisèle Vienne dans le cadre d’un échange avec le Haut-Rhin; en Décembre 2013 , la Filature de Mulhouse a organisé le déplacement du public à la Kaserne pour le spectacle ” Enfants ” de Boris Charmatz ; pour notre TheaterFestival estival cette année( 27 aout au 7 septembre ) , nous proposons un spectacle du chorégraphe français Christian Rizzo ” D’après une histoire vraie “.

VB : oui , et puis , en ce qui concerne les concerts , les artistes français trouvent  aussi leur place à la Kaserne

TK : en effet, nous  recevons régulièrement des artistes francophones  – comme leur nom ne l’indique pas- Lilly Wood ,The Dô, Maahlouf reçu dans le cadre du Festival de Jazz de Bâle, Liane La Havas,Nneka etc .D’ailleurs , le 15 octobre , nous comptons sur le public francophone pour venir applaudir Yann Tiersen qui a , entre autre écrit la musique d’Amélie Poulain.

VB : Actuellement , es-tu  satisfait de la fréquentation du public?

TK : notre partenariat grandissant  avec les théâtres locaux, nationaux et internationaux  et nos collaborations multiples  avec les acteurs de la scène danse et les divers festivals de performances, nous ont permis d’augmenter notablement la programmation avec de nombreux petits spectacles et concerts qui remplissent nos salles .

La ville de Bâle nous impose par contrat une juste répartition entre musique , danse et théâtre issus aussi bien de la scène bâloise , nationale ou internationale.Nous proposons aussi depuis quelques temps des discussions populaires autour des artistes et des spectacles , pour lesquels nous avons pas mal de succès notamment auprès de la jeune génération.

La Kaserne tient aussi le rôle de producteur pour le théâtre libre et encourage les jeunes talents.D’un point de vue pratique, nous mettons à disposition des groupes et des troupes théâtrales nos 3 salles , la Reithalle et les 2 Rossstälien.qui sont totalement modulables et nous permettent d’accueillir 1700 spectateurs.De plus ,le bâtiment principal sera bientôt également utilisable ,c’est le bureau d’architecture Focketyn del Rio qui a remporté le concours pour la réalisation de cette nouvelle annexe culturelle.

VB : tu tiens les manettes de la Kaserne avec Carena Schlewitt depuis 2008; quelle est votre mission ?

TK :  Carena , qui vient de Berlin a été élue comme directrice artistique ;  je suis à la direction administrative de la Kaserne pour un contrat à durée déterminée.Nous avons été missionnés pour redynamiser ,  mieux rentabiliser la Kaserne et accroître la clientèle. Pour reussir le challenge , nous sommes une équipe  de 22 personnes .

En 78 , 15 personnes travaillaient  deja au développement du concept d’atelier culturel  intégré à la Kaserne pour une ouverture officielle en 1980.Les premières subventions de la ville de Bâle sont arrivées l’année suivante. En 2000 , Eric Bart a pris  seul la direction artistique de la Kaserne , il a même produit Ariane Mnouchkine mais le résultat final a été un véritable gouffre financier( 1 million de déficit) .

En 2003 , la Kaserne a produit pour la première fois une pièce de renommée internationale , ” Jours heureux ” de Samuel Beckett mise en scène par Peter Brook. Les subventions des 2 cantons de Bâle ont été alloués pour une année.Mais le  leit-motiv actuel est de donner la primeur à la scène libre qui nous amène un public nombreux. Depuis 2010, nous avons créé l’Open Air Festival et avons beaucoup développé les projets avec les universités , les écoles et d’autres institutions publiques.En 2012 , Carena Schlewitt a refondé  avec succès le TheaterFestival Basel , une collaboration reussie entre la Kaserne et leT heater  Roxy Birsfelden.Par ailleurs , nous nous déplaçons dans la cité avec certains spectacles chorégraphiques ; travailler avec l’espace public est très interessant  par exemple , un acteur a présenté une performance à Mariastein le WE et cela a beaucoup plu;

VB : est-ce que tu voyages beaucoup pour amener les artistes à Bâle ?

TK : c’est plutôt Carena  Schlewitt et Tobias Brenk- dramaturgie et production danse et théâtre- qui partent à la pêche aux artistes

VB : pas de place à la Kaserne pour le spectacle disons plus classique ?

TK : c’est plutôt difficile de réintégrer la scène classique après  avoir travaillé longtemps avec les artistes de la scène libre et puis , c’est aussi mon goût;  pour le théâtre classique , nous disposons du théâtre de Bâle.

VB : quel bilan tires-tu des dernières années ?

TK : positif ,parmi nos satisfactions , la fréquentation du TheaterFestival  qui en est à sa 3ème édition ,ne fait qu’augmenter( le prochain débute le 27 aout ); à présent , nous nous engageons dans une pèriode axée sur 3 thèmes  : une phase de stabilisation financière , une phase de réorganisation , puis  une phase de développement de projets futurs  comme la rénovation des bâtiments entre  2015 et 2020, et le développement des collaborations avec les écoles ( de mode par exemple)

VB : y-a-t-il des artistes que tu rêves de voir à la Kaserne ?

TK : ce ne sont pas obligatoirement des noms qui me motivent , plutôt des artistes établis ou non , mais qui présentent des spectacles innovants , étonnants , inhabituels, et ça , c’est souvent le hasard.

VB : merci Thomas et Rendez-vous le 27 aout donc pour le TheaterFestival ou bien le 30 aout pour les francophones qui pourront voir la chorégraphie du français Christian Rizzo “D’après une histoire vraie”

EQUIPE DE LA KASERNE DE BALE

Direction artistique : Sandro Lunin

Thomas Keller : directeur administratif

Sandro Bernasconi : direction musicale

Hannah Pfurtscheller : dramaturgie/ production Théâtre , danse.

Karsten Mayer : direction technique

Nicole Konstantinou : direction communication

Nico Grüninger . relations publiques , médiation

Kaserne Basel

 Klybeckstrasse 1b

 CH-4057 Basel

RESERVATION (nur Theater/Tanz)

T. +41 61 6666 000

buero@kaserne-basel.ch

Print Friendly, PDF & Email
[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton back to top