Carmen Souza était à la Coupole

Carmen Souza Théâtre La Coupole Photo VB

Carmen Souza est la  relève joyeuse de Cesaria Evora

Carmen Souza Théâtre La Coupole   Photo VB
Carmen Souza Théâtre La Coupole ©VB

Carmen Souza pourrait être à Cesaria Evoria ce que Angelique Kidjo, vue il y a quelques jours à la Coupole, est à Miriam Makeba :  la relève des voix africaines  en considérant que  les chansons de Carmen sontt plus sentimentales qu’engagées comme celles d’Angelique .Physiquement , la comparaison  Carmen/ Cesaria s’arrête aux origines géographiques , d’ailleurs , Carmen , qui porte fort joliment la trentaine à peine dépassée, n’apparait pas pieds nus comme son illustre ainée capverdienne , ce qui ne l’empêche pas d’être tout à fait à l’aise dans ses sandales  tout comme son batteur venu du Mozambique et bien que nous ne soyons pas dans l’intimité confortable d’un club de jazz et chanter la Saudade ne lui enlèvera ni sourire , ni douceur , la tristesse n’est pas de mise chez Carmen Souza , seule l’émotion passe. Carmen Souza chante l’Afrique mais aussi les louanges du Cap Verde terre de ses ancêtres qu’elle porte dans son coeur :” qui est deja allé au Cap Verde ? ” Interroge-t-elle ; deux mains se lèvent timidement ; comment ? En 2014, seulement 2 personnes !!!”  :” Shame on you ! ”  crie -t-elle au public un peu honteux ,puis aussitôt , pour se faire pardonner dans un large sourire les paroles un peu dures , nous aurons droit à la recette du Katchupada , plat national capverdien à l’honneur dans la chanson Donna Lee , puis, pour faire plaisir aux français  de Saint-Louis et parce qu’elle aime la langue française , Carmen Souza nous offre une version de la chanson autrefois interprétée par Yves Montand ” Sous le ciel de Paris ” .

Née à Lisbonne en 1981 dans une famille chrétienne de Capverdiens,  Carmen a grandi au Portugal et habite aujourd’hui à Londres . Les musiciens tels que Luis Morais, Ella Fitzgerald, Billie Holiday, Nina Simone, Joe Zawinul, Herbie Hancock, Keith Jarret, Bill Evans, Miles Davis ou encore Horace Silver, sont ceux qui ont influencé sa musique et l’ont amenée à peaufiner un style unique entre jazz et rythmes d’Afrique  imprégné de gospel et de culture capverdienne.

C’est Theo Pas’cal,( l’homme aux red shoes ) compagnon de route depuis 13 ans , son producteur, mentor et un des meilleurs joueurs de basse au Portugal, découvre son talent et lui fait connaître le jazz contemporain, la fusion et autres musiques contemporaines. En 2003, Carmen Souza travaille avec Theo à son premier album ’Ess ê nha Cabo Verde’.Sur son deuxième album ’Verdade’ (2008), couvert d’éloges par la presse internationale, Carmen Souza chante en créole. Pour la première fois elle coproduit et joue aussi bien du Wurlitzer ( piano electrique à 64 touches ) que de la guitare ou du piano .Après ces deux albums, couronnés de succès, Carmen Souza revient, en 2010 avec ’Protegid’ (Protégé),ou elle mélange les rythmes africains et capverdiens traditionnels au jazz contemporain et aux sons afro-latins.“Kachupada” en 2012,sera  l’album  de sa consécration en France.

Le « Kachupada » est un plat traditionnel capverdien  / beaucoup de haricots ( les fayots , pas les haricots verts ! ) précise  Carmen,/ fait de savants mélanges d’épices et de saveurs, à l’image des compositions de la lumineuse Carmen Souza, qui est la révélation vocale du latin jazz.

Song for my father , dédiée à son père marin au long cours absent tout au long de sa jeunesse / Sodade : Cesaria Evoria/My favorite Things de Coltrane /Afrika ( aussi chantée par Angelique Kidjo )/ Donna Lee , fameuse confectionneuse du plat national capverdien ” le Kachupada ”  reprise de Charlie Parker/

Dernier album Carmen Souza Live at Lagny Jazz festival  sorti le 28 janvier 2014.

THEATRE LA COUPOLE : dernier concert du Festival Musiques du Monde ” Canticum Novum ” mardi 18/11/2014 à 201h30

[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton back to top