LOrchestre National de Jazz était à la Filature

L’Orchestre National de Jazz et Olivier Benoît

12 musiciens pour rendre hommage à l’énergie creatrice de Berlin

Olivier Benoît est habitué à diriger de grandes formations :   le nouveau directeur de l’ONJ, qui  est  à la fois  guitariste, chef d’orchestre et compositeur , a été durant quatorze ans à la tête de deux ensembles musicaux, la Pieuvre et Circum Grand Orchestra, 32 musiciens  rassemblés au sein de la structure Muzzix.

Sur la scène de la Filature , seulement 12 musiciens dont l’énergie puissante n’a rien à envier aux orchestres symphoniques. Au début , tout est violent , les sons paraissent déstructurés , les rythmes se chevauchent, on sent la catastrophe imminente même sans être au cinéma, il est ardu de distinguer  les instruments des 12 musiciens présents,  la guitare d’Olivier Benoît  , les saxophones , le piano de Sophie Agnel … on imagine alors que l’agression faite aux berlinois lors de la construction du mur a inspiré le chef d’orchestre , mais tel n’est pas le cas  insiste-t-il, l’idée étant plutôt d’interpréter le bouillonnement artistique de cette ville .

Olivier Benoit sait de quoi il parle , lui qui a  passé une partie de son été dans la capitale allemande  ou il s’est laissé emporter par  une atmosphère musicale  mixant electro/ Jazz avant-gardiste et rock alternatif . Il confie d’ailleurs : “Berlin m’inspire , j’adore Berlin , c’est une ville calme , tranquille , malgré que les allemands doivent composer avec une histoire très lourde ,  Paris  est une ville pressée au contraire à mon sens.”Pour le chef d’orchestre ,les habitants d’une ville sont une inspiration essentielle mais l’architecture tient une place très importante dans la construction de sa musique à laquelle elle insuffle l’esprit , la spiritualité pourrait-on dire , comme c’est le cas pour Berlin et ses vastes espaces urbains .

Le calme après la tempête : dès le second morceau , le piano de Sophie Agnel et ses notes aigues distillées  minutieusement comme des gouttelettes metalliques  font  oublier la cavalcade de l’ouverture ,puis la serenité revient tout à fait au 3ème  morceau par la  grâce des glissements mélancoliques de l’archet du violoniste  Theo Ceccaldi. Le sentiment d’harmonie instrumentale ressenti ensuite  tout au long du concert n’est pas le fait du hasard : Olivier Benoît raconte que pour constituer son orchestre , il a lancé un appel à candidatures qui a motivé 300 professionnels  de haut niveau parmi lesquels  il a du faire une sélection drastique  pour ne garder que 11 musiciens et obtenir ce résultat d’une parfaite fusion , une composition musicale cohérente , diversifiée et unie au sein de l’Orchestre National de Jazz qu’il dirigera jusqu’en 2017 .

La Filature de Mulhouse qui  a été élue pour la représentation d’Europa Berlin en avant-Première a su répondre aux attentes d’Olivier Benoît qui souligne que le jeu de lumière accompagnant l’orchestre  y a été inauguré avec une parfaite maîtrise. Les prochaines villes de son quadriptyque européen sont Rome et Oslo ( une 5ème était prévue mais le temps manquera ) .Avant cela , Europa Berlin sera donné  pour sa première parisienne  au Carreau du Temple le 22 novembre 2014  un lieu ideal  pour les répétitions selon Olivier Benoît , compositeur heureux qui , depuis sa nomination et  l’acquisition de son statut de salarié , peut enfin payer ses musiciens et travailler avec l’esprit plus libre . C’est la musique contemporaine , jazz, musique electronique , expérimentale ou improvisée , dans laquelle Olivier Benoît s’investit mais il aurait pu aussi bien se tourner vers la musique classique  suivant l’influence familiale -sa mère est violoniste professionnelle-: ” j’ai commencé par  apprendre le hautbois , oui , bien sur que la culture musicale chez moi a été d’une grande influence, c’est ce qui m’a permis de savoir très vite que la musique était ce qui m’intéressait  le plus  , jouer mais aussi écrire .”

La France est le seul pays au monde à posséder un Orchestre National de Jazz.. L’idée remonte à 1986, elle est signée Jack Lang. Il voulait créer une structure permettant à de jeunes professionnels sortant de l’école de pratiquer le jazz, à la fois en format big band et en version plus petites (trio ou quartet). Dix musiciens se sont succédés à la tête de cette institution. Olivier Benoît a pris la succession de Daniel Yvinec, resté six ans en poste.

LA FILATURE DE MULHOUSE

Orchestre national de jazz

Print Friendly, PDF & Email
[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton back to top