Tarek Moussali : die Blaggedde Fasnacht 2015

Rencontre avec Tarek Moussali, créateur de la “Plakette” Fasnacht 2015

Pour Tarek Moussali , bâlois ( son nom lui vient de son père Syrien) tout juste quarantenaire , le slogan ” la Fasnacht  ou les 3 plus beaux jours de l’année ” , n’a certainement jamais  revêtu un caractère aussi fort en cette année 2015.

Tarek Moussali©VB
Tarek Moussali©VB

VB : bonjour Tarek , alors ça fait quel effet d’être devenu la star de la Fasnacht 2015 ?

TM : je suis très fier et très heureux car j’ai réalisé un rêve d’enfant et mon projet a été retenu parmi 88  en tout; il faut dire que j’en suis à mon troisième essai . C’est important pour moi car je participe à la Fasnacht depuis très longtemps,  je suis membre actif de la clique «Alti Steinlemer» ( créée en 1912 ) dont je peins la lanterne d’ailleurs depuis des années ( ce n’est pas encore tout à fait terminé ! ) , nous sommes une centaine et le nom de la clique provient de celui du quartier ou les membres se retrouvaient au début , le Steinenvorstadt.

VB : à quoi référez-vous le thème ” je ne me laisse pas enfermer dans un tiroir “?

Ne pas se laisser coller d’ étiquettes , rester libre. Fasnacht est l’occasion pour les bâlois de se libérer des contraintes du quotidien, c’est ce que j’ai voulu montrer avec  mes personnages traditionnels qui s’éjectent des tiroirs , Ueli, Alti Dante , Dummpeter et un  Waggis; et en même temps , l’idée est de montrer que chacun a un caractère particulier , chacun est unique  et tout le monde doit trouver sa place au sein de la Fasnacht, il faut préserver la diversité . Comme dans l’art , j’aime beaucoup des artistes comme Lüginbühl ou Tinguely , ou Beuys qui ont toujours été libres et impertinents.

(NDA : le projet de Tarek a eu d’autres interprétations liées aux thèmes préférentiellement choisis en 2014 : les hautes constructions bâloises, ainsi  certains y ont vu une allusion à la construction Roche  178 m qui sera la plus haute de Suisse, pas si absurde quand on sait que la réalisation de l’édifice était en gestation depuis …2012 ! De quoi en faire un projet récurrent)

Pas d’étiquette !

VB : Vous exercez vos compétences professionnelles dans plusieurs directions . A l’instar des figures de la Plakette , on ne peut pas vous ranger sous une étiquette unique ?

TM : non, je n’aime pas dire que je suis graphiste ou concepteur de projets en communication ou autre chose de réductuer. J’ai  débuté ma formation par l’architecture puis je suis allé vers d’autres centres d’interêt ,  le graphisme, spécialité dans laquelle j’ai obtenu mon diplôme en 2002 pour monter ma propre société  en 2006, la conception , le design et la production de moyens de communication pour les entreprises.

VB : la musique occupe aussi une place importante dans votre vie

TM : oui , j’ai commencé le tambour  à l’âge de 7 ans au sein d’une association, je continue encore aujourd’hui à jouer entre 1 et 3 fois par semaine. Au-delà du plaisir de jouer, il y a aussi celui de se retrouver au sien d’un groupe , c’est un peu comme une famille  et cela a son importance car une grande partie de la mienne se trouvant au Canada , ce n’est pas très facile de se voir régulièrement.

VB : les plaquettes Moussali sont en vente depuis début janvier mais vous avez aussi imaginé d’autres objets autour de la Fasnacht ?

TM : oui , je fabrique de petites poupées à l’effigie des figures du Fasnacht et aussi un Fasnachtspuzzle qui sont vendus au magasin Spielegge sur Rümelinsplatz; ça me fait vraiment plaisir parce que lorsque j’étais enfant , je rêvais de pouvoir acheter tous les animaux en bois  et les petites marionnettes de la boutique . A présent , mes puzzles y sont vendus en un nombre limité et signé ( 250 exemplaires )

VB : merci beaucoup Tarek et bon Fasnacht !

NDA : La plaquette est en quelque sorte  le  billet d’entrée de la Fasnacht .Le produit de la vente  réinvesti dans le financement du nouveau thème et du nouveau sujet de l’année suivante  ; attention ! Si tu ne l’achètes pas , tu risques de te retrouver avec le contenu d’un sac de confettis ( oui , un gros sac ) en guise de doublure de manteau !

Combien ça coute ? Cuivré :CHF 8/ argenté:CHF16/Doré : CHF 45 / Bijou : CHF100

Tarek Moussali

2 ou 3 petites infos picorées de ci-de là

Levez les yeux pour admirer pour la 40ème édition  les 3 Waggis Kaschper Melch et Balz au fronton du Grand Hôtel  des Trois Rois qui ont remplacé leurs prédécesseurs les Rois Mages Gaspard , Melchior et Baltazar  traditionnellement en vedette 1754 en ce lieu.

Cette année , 10% des thèmes choisis par les carnavaleux concernent les réseaux sociaux , la folie des selfies;  viennent ensuite , le sujet de la fusion des cantons de Bâle, l’Eglise , le Pape et la BAZ. La question des caricatures de Mahomet  et de l’Islam ne fait pas l’objet d’une censure du Comité  du Fasnacht qui se contente de conseiller d’éviter la provocation.

473 participants actifs aux cortèges   ( 466 en 2014 ) sous 46 titres; environ 300 cliques et 200 lanternes peintes à la main.

Le cortège du mercredi démarre à 13h30 pile ( beaucoup d’embouteillages les années précédentes contrairement à celui du lundi qui fonctionne bien ).

L’exposition des Lanternes ne sera visitable sur Münsterplatz que par les possesseurs de la fameuse Blaggede (dont les vendeurs sont annoncés grâce à l’ insigne„Comité-Blaggedde  . Les chars seront exposés comme d’habitude à la Kaserne le mardi.

Toutes les infos pratiques de la Fasnacht 2015 se trouvent dans le petit livret Rädäbäng en vente  ( dans les kiosques )à CHF8 ou 8€.

La Fasnacht bâloise est inscrite sur la liste des demandes de candidature suisses  au Patrimoine immatèriel de l’UNESCO ; celle-ci sera traîtée courant 2015.

Le Museum der Kulturen présente avec  l’association Basler Fasnachts-Welt l’exposition Basler Fasnacht

Morgenstreich  pour la petite histoire : cette entrée fort solennelle en Carnaval  a été inaugurée par le  boucher Samuel Bell , le célèbre inventeur des petites saucisses chaudes il y a 180 ans -1835- qui avait mobilisé alors 150 tambourineurs, et les bouchers se lèvent tôt, c’est connu ! Voilà l’histoire et nous remercions la NZZ de nous l’avoir  gentiment rappelée .

Cliques

Les premières cliques, issues de différentes associations et sociétés bâloises, ont vu le jour dès le milieu du XIXe siècle. Vers 1870, les premières sociétés dont le seul but était de participer au carnaval ont été fondées. Il s’agissait souvent d’associations de quartiers ou de faubourgs, ce que rappellent aujourd’hui encore certains noms de cliques tels que Stainlemer, Spale ou Glaibasler. Durant les trois plus beaux jours, elles se déplacent au son des tambours et fifres et enrichissent l’animation carnavalesque de marches traditionnelles et nouveaux sons.

Un évènement : la clique Olympia  -fondée en 1908 -a accepté cette année les femmes au sein de son groupe , elles sont 4, ça nous fait 2 dates importantes pour les femmes en Suisse avec l’introduction du  suffrage féminin  au niveau fédéral après la votation du 7 février 1971 ( 27 novembre 1990 pour le canton Appenzell, non pas 1890, vous avez bien lu ! )

Guggenmusiken

Au milieu du XIXe siècle déjà, des groupes de cuivres agrémentaient les cortèges; par ailleurs, durant les premières décennies du siècle dernier, le carnaval était également animé par des groupes d’harmonicas et de mandolines. Les ensembles de cuivres se sont ensuite transformés en groupes de Guggenmusik. Environ 70 formations de ce type – plus de 2000 musiciens – prennent part au cortège et donnent leurs concerts, essentiellement le mardi soir sur les grandes places, mais également dans les cafés bondés du centre-ville.

Schnitzelbänkler

Les Schnitzelbänkler passent l’actualité au peigne fin. Chaque couplet traite d’un autre sujet: des événements liés à la politique, au sport ou à la société et qui ont marqué l’année écoulée. Ces pamphlets sont rédigés en rimes, pleins d’humour, cinglants ou satiriques. Ils tiennent les auditeurs en haleine jusqu’à l’éclat de rire libérateur que déclenche une chute piquante. La plupart du temps, ces déclamations sont accompagnées de musique. Les mélodies sont parfois transmises de Bänkler en Bänkler ou reprennent parfois des chansons populaires et des succès connus, qu’elles détournent. Les Schnitzelbänkler se produisent essentiellement le soir, dans divers locaux et caves des cliques. Si vous ne maîtrisez pas le Bâlois,  inutile de ramasser les petits papiers!

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Facebook
Google+
Google+
https://www.baleenfrancais.ch/2015/02/tarek-moussali-die-blaggedde-fasnacht-2015">
LinkedIn
Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton back to top