Narcisse était présenté au Théâtre la Coupole

Narcisse ou l’amant de lui-même  : Ô mon bon miroir suis-je toujours le plus beau?

R.Bartolini O.Breda ©VB
R.Bartolini O.Breda ©VB

Narcisse a été créée  en 2012 dans le cadre du tricentenaire de la mort de JJ Rousseau  . En 1752 , Le promeneur solitaire  avait  imaginé une version personnelle  des Métamorphoses d’Ovide dans un registre cependant  radicalement opposé  au traitement dramatique . Le Pitch  de la pièce mise en scène par Jean-Luc Revol est le suivant  : Valère est coquet et vaniteux. Sa fiancée Angélique et sa soeur  Lucinde lui  préparent une grosse blague  en maquillant un de ses portrait en fille et en l’installant en toute visibilité sur la coiffeuse de l’élégant , à priori pour le guérir de son travers égocentrique , intention louable , surtout qu’elle est pratiquée sur le mode du jeu.Les deux jeunes femmes encouragées par la troisième , Marton ,  virevoltent et sautillent  en jacassant à qui mieux mieux dans tous les coins comme dans un  Colin maillard organisé dans les  jardins du Roi Soleil , toute à l ‘excitation enfantine du résultat que donnera leur video-gag à l’ancienne.

Et là , rien ne se passe comme prévu car le joli garçon , un peu benêt il faut bien le dire , au lieu de se reconnaître , rire du tour qu’on lui joue et en tirer les conséquences  , tombe aussitôt  en pâmoison devant sa propre image. C’est la comédie dans la comédie , on se délecte d’observer ce grand dadais partir à la chasse  aux chimères , son autre moi , qu’il veut à tout prix être la nouvelle élue de son cœur, au risque de mettre en péril son mariage avec Angélique, annoncé pour le jour même…

De la  confusion des apparences et  effets collatéraux

“Valère est, par sa délicatesse et par l’affectation de sa parure, une espèce de femme cachée sous des habits d’homme, et ce

J.Rousset V.Thoumire©VB
J.Rousset V.Thoumire©VB

portrait, ainsi travesti, semble moins le déguiser que le rendre à son état naturel”déclare  Lucinde , sa sœur , elle-même incapable de déceler le Léandre  sous le Cléonte ( ou le contraire ) , on pense  fortement à Molière et ses précieuses ridicules ( 1659 ) piégées par leurs soupirants éconduits et Valère pourrait être  le négatif actuel du travesti à barbe Conchita Wurst (alias Tom Neuwirth). Finalement , qui  Valère aime-t-il le plus ? Les hommes , les femmes , lui-même ?  Chez Revol ,la confusion règne dès  la distribution des rôles  , le père Lisimon , n’est -il pas devenu  Lisimon la duegne ,sorte de matador en jupons ,forte en voix et en volume mais finalement tolérante et affectueuse de la scène finale ?  La fin tombe ou plutôt plonge à pieds joints dans le  burlesque, on s’attend à être invités à danser sur la scène ; alors que le malheureux Narcisse d’Ovide se conclut par le suicide de celui-ci , celui de   Revol  finit dans un menuet endiablé , sa belle au bras , sa soeur à celui de l’amoureux – le vrai – Tout le monde il est content ! Un peu too much la fin tout de même ! Mais de bons comédiens avec lesquels on ne s’ennuie pas .

 La morale de l’histoire ?

Narcisse La Coupole ©VB
Narcisse La Coupole ©VB

“Il vaut encore mieux n’aimer rien que d’être amoureux de soi-même.”( Angélique );  variante contemporaine : mieux vaut être seul que mal accompagné ( ou le contraire ) Bon , drôle de morale où finalement , l’idiot ridiculisé gagne à la fin et où tout le monde se tombe dans les bras au cours d’un menuet risible. Prends garde , de t’intéresser trop à toi-même , il ne t’en coutera … rien ! Mais tout de même , cela n’empêche pas Valère de déclarer en toute bonne foi à sa dulcinée : vous m’avez guéri d’un ridicule qui faisait la honte de ma jeunesse ; et je vais désormais éprouver près de vous que quand on aime bien, on ne songe plus à soi-même.Gardons cela pour la chute .

Echange comique extraîts :
LUCINDE. Frontin, où est ton maître ?
FRONTIN. Mais, je crois qu’il se cherche actuellement.
LUCINDE. Comment, il se cherche ?
FRONTIN.Oui, il se cherche pour s’épouse
FRONTIN. Il n’y a que mon maître qui n’y comprenne rien. Car il est devenu amoureux de sa ressemblance.
LUCINDE. Quoi ! Sans se reconnaître ?
FRONTIN. Oui, et c’est bien ce qu’il y a d’extraordinaire
ANGÉLIQUE ( allusion au portrait  ou plutôt à son original ).Oui, Valère ; c’était une femme jusqu’ici : mais j’espère que ce sera désormais un homme supérieur à ces petites faiblesses qui dégradaient son sexe son caractère
LISIMON dans une volonté passagère de montrer qui commande  : voici les nouveaux arrangements que j’y substitue. Angélique m’épousera ; Lucinde ira dans un couvent ; Valère sera déshérité, et quant à vous, Léandre, vous prendrez patience, s’il vous plaît.
Narcisse La Coupole ©VB
Narcisse La Coupole ©VB
Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Facebook
Google+
Google+
https://www.baleenfrancais.ch/2015/04/narcisse-etait-presente-au-theatre-la-coupole">
LinkedIn
Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton back to top