Jacques Weber jouait l ‘Avare à la Coupole

Jacques Weber en Harpagon , nous avons adoré le détester !

Le pitch : Valère et Marianne s’aiment  secrètement avec ferveur  – souliers et vêtements s’éparpillent gaiement sur le sol dès l’entrée en scène pour ceux qui n’auraient pas bien compris l’intensité de la relation humaine –  Cleante et Elise pas encore mais ça ne va pas tarder, c’est Cléante qui nous le braille dans les oreilles ou plutôt le confie avec forte conviction à sa frangine – yo , cette fille-là , j’lai dans la peau – .

Jacques Weber©VB
Jacques Weber©VB

Harpagon , le père de Cléante et de Marianne n’aime personne sauf son bel argent . Les domestiques  , La Fleche , Frosine  et le cuisinier/cocher Maître Jacques ,tout le monde a un interêt à plaire au vieux grigou et la valse des faux-culs peut commencer, tous sont prêts à vendre père et mère pour obtenir les faveurs de l’affreux : La Frosine , rousse pulpeuse entremetteuse de talent use de tous les arguments pour coller Elise dans les bras de l’infâme pathetique amoureux  pour obtenir quelque monnaie visant à payer un soi-disant procès ; Valère , l’intendant se range toujours du côté du patron haï  lorsque celui-ci lui vante les mérites d’ épousailles gratuites avec celle dont il est pourtant lui-même épris , par pure lâcheté ; Maître Jacques retourne sa veste en fonction du vent , des risques de coups de bâton ou de la fonction qui lui est attribuée , tantôt cocher , tantôt chef cuisinier du ladre.

Marion Harlez Citti Alban Guyon ©VB
Marion Harlez Citti Alban Guyon ©VB

Du coup , on développe une véritable affection pour le seul vrai courageux de l’affaire , Cleante , joli jeune gars ,en

J.Weber/ J.Verzier©VB
J.Weber/ J.Verzier©VB

baskets et jean déchiqueté genre ado fin de siècle , bien déterminé à avoir le dernier mot et garder sa belle . La Flêche est le plus rusé et même si le bougre de radin le met pratiquement à nu- pour si jamais il avait planqué une piécette en un lieu intime – il quitte la scène tête haute et …tout habillé.

La vraie surprise vient de vous Jacques Weber .On s’était tellement habitué à visionner un Harpagon malingre hurlant son désespoir d’avoir été volé dans les octaves suraiguës  , roquet énervant et énervé si bien interprété par le Grand de Funès , que vous réussissez l’exploit de nous être sympathique : il est petit , vous êtes grand , il est maigrichon , vous êtes , euh …replet , il est tout le temps en colère , vous trimbalez une tristesse désabusée  dès votre entrée en scène . Quand on vous voit tout voûté avec votre  pelle et votre sac poubelle -pourtant occupé à partir enterrer vos maudits écus- on est tenté de siffloter “  i’m a poor lonesome cowboy”  ou bien avec le coeur un peu plus léger , chantonner avec Vignault , j’men vais au marché avec mon p’tit panier.

Parce qu’il faut dire que cette pièce est drôle, et votre personnage de vieillard -vous le colosse raccourci de 40cm – enamouré ,chapeauté et lunetté , ayant quitté ses frusques de Bajou, persuadé d’avoir  séduit la discrète Elise, est carrément hilarant et même attendrissant . Soyons sèrieux : on a bien rigolé , sauf à la fin , si vous permettez , l’épilogue version grand guignol , tout le monde il est beau, tout le monde il gentil et tout le monde il danse bien -mention spéciale pour  Elise / Sophie Rodrigues- un peu too much à mon goût mais bon , tout le monde il est content !

L'Avare Théâtre La Coupole©VB
L’Avare Théâtre La Coupole©VB

PIECE A VENIR AU THEATRE LA COUPOLE :

Le Monte-Plats Cie Parfums de scènes

Print Friendly, PDF & Email
[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton back to top