Alain Platel Serge Kakudji étaient à la Filature de Mulhouse

Association de bienfaiteurs : Coup fatal  le chorégraphe Alain Platel et le congolais Serge Kakudji font danser l’Afrique

Coup Fatal La Filature©VB
Coup Fatal La Filature©VB

Oui , je n’ai pas eu l’outrecuidance de parler de la France qui danse , eut-elle les meilleurs coach du monde : ami occidental , qui que tu sois , tu seras en-dessous , laisses tomber ! Coup fatal ,   tu regardes, ou plutôt , tu observes beatement  les 12 danseurs  musiciens reunis autour de Serge Kakudji le contre-ténor de Kinshasa  , et tu t’en vas pleurer sur ton incompétence crasse et éternelle . Amis congolais , on veut danser comme vous ! mais , bon , deux  trois leçons seraient necessaires peut-être, ou bien deux ou trois milles  !

Passée la première minute , tu trépignes sur ton siège avec une seule idée en tête  – mais heureusement , il te reste une once de dignité –  partager l’hymne à la joie que la bande d’athlètes foutraques a décidé d’offrir au public de la Filature de Mulhouse après le triomphe d’ Avignon en 2014. Il te faut bien reconnaître l’immense supèriorité du niveau des  danseurs  sur le tien , les bougres  allant parfois jusqu’à se hisser sur les chaises de plastique bleu , surement pour mettre un peu de piment dans le jeu , installées là par le scénographe Freddy Tsimba qu’ils se refilent en un  ballet belliqueux étourdissant tout en accélérations à l’unisson du Balafon du Likembé -piano congolais à touches geantes – du xylophone ou de la double-guitare de Rodriguez Vangama surement empruntée à Jimmy Page . Sur scène , ça chaloupe sec , humour et sensualité cohabitent parfaitement et ce n’est pas la seule association qui fonctionne.

Coup Fatal ©VB
Coup Fatal ©VB

Le chorégraphe flamand Alain Platel, le  compositeur et saxophoniste de jazz bruxellois Fabrizio Cassol et le guitariste Rodriguez Vangama ( guitare double à la Jimmy Page )ont concretisé l’idée du contre-ténor   la musique africaine traditionnelle et populaire au baroque européen. Et là , le résultat est juste parfait . Aux premières notes de Kakudji , on fait silence à l’écoute de la voix si haut perchée du chanteur lyrique entamant des arias de Bach ou Haendle, une interprétation de  l’Ave Maria aussi bien qu’une reprise de Nina simone To Be Young, Gifted and Black pour laquelle deux des chanteurs emmènent carrément deux spectatrices pour un tour de rumba congolaise. La synchronisation des danseurs , ils sont treize tout de même , est fascinante et l’on n’avait pas encore imaginé un contre-ténor pratiquer un trémoussage côté pile- dos au public-  à faire pâlir les meilleures danseuses du ventre du monde .

Fantaisie est le maître-mot de cette chorégraphie si bien orchestrée et si réjouissante . Pourtant , à l’arrière-plan de la scène , le rideau d’or qui

Les Sapeurs©VB
Les Sapeurs©VB

bruisse à chaque passage des danseurs est fait de munitions et de douilles de balles : oui , nous sommes en République Démocratique du Congo , théâtre d’incessants combats depuis des decennies et l’entrée en scène de la troupe de danseurs  façon marche militaire est là pour nous rappeler la terrible realité du pays . La musique , la danse , toutes les formes d’art aident à lutter contre la tristesse. Staff Benda Bilili , orchestre également originaire de Kinshasa composé principalement de personnes handicapées, nous avait déja passé ce message .

Serge Kakudji  chante , danse et se fringue !  Kakudji a mis en place un atelier chez lui à Kinshasa pour confronter le repertoire de la musique baroque contemporaine à la culture musicale du Congo. Aux chants baroques qui évoquent la cruauté du monde, comme Lascia ch’io pianga mia cruda sorte (Laissez-moi pleurer mon sort cruel), ou Stille amare, già vi sento (Gouttes amères, je vous sens déjà) répond l’univers des Sapeurs : le spectacle est féerique . Il a fallu  quatre ans de travail pour mettre au point Coup Fatal,  un ballet volcanique à la gloire de la culture congolaise, qui a pondu l’extraordinaire   Société des Ambianceurs et des Personnes Élégantes (SAPE ).

“Je me presse de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer “Beaumarchais

Serge Kakudji©VB
Serge Kakudji©VB

 LA FILATURE DE MULHOUSE

[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton back to top