Fokus sur Tanzfaktor 2016

Bufo Makmal Tanzfaktor 2016 Bâle Photo VB

Salle pleine au Roxy Theater : Tanzfaktor. Mais c’est quoi, au fait ? Article d’Anne Grussner-Weiss

Un mini-festival de danse contemporaine ? Un Contest de jeunes chorégraphes ? Une rencontre hors norme ?

Eh bien, c’est tout cela à la fois, et plus encore. En effet, c’est d’abord l’occasion pour un public curieux et varié de partager un moment privilégié avec des danseurs passionnés. Il y a là cette année encore 5 pièces représentant des troupes sélectionnées à travers toute la Suisse.

SOOM Project Die Jagd© Swanhild Kruckelmann
SOOM Project Die Jagd© Swanhild Kruckelmann

C’est qu’ils n’ont pas peur, les bougres, de littéralement s’attacher à vos yeux pour dessiner leur mouvements, de crier leur personnage à peau nue, de chanter, de boire en virevoltant, de se glisser dans la lumière comme au 1er jour de la création, ou d’onduler à cinq en si parfaite symbiose, à vous faire douter de la justesse de vos lunettes. Voilà pour le visuel. Et pour le cérébral ? Si, si, il y avait la pièce intitulée « à la chasse » de SOOM Project, présentée comme un duel entre deux danseuses aux allures nipponnes du XXIème siècle, mais qui m’a profondément secouée.

Deborah Gassmann et Hyun-Jin Kim nous conviaient à une lutte à mort, sur fond de lumière noire saturée de rouge, et de bande-son underground. Mais quel électrochoc ! Cet affrontement m’a plongée dans la réflexion sur le devenir de l’humanité, quand l’ultra-technologique prendra le pas sur la volonté humaine, quand il n’y aura plus d’espaces pour rêver, inventer, faiblir et se relever.

La finesse maîtrisée des deux danseuses, dont la palette d’expressions va de la cruauté crasse au plus léger flottement de vie, nous remue les tripes et le cerveau tout ensemble. Je ne suis pas prête d’oublier cette messe du temps futur. Et j’ai une profonde gratitude pour ces artistes qui, soit dit en passant, nous donnent une sacrée démonstration de prise de risque. Souhaitons longue route aux compagnies de Ioannis Mandafounis, SOOM Project, Bufo Makmal, Unplush, et Diane Gemsch.

Et puis, si nous, on « risquait un pas, une danse, pour justifier d’être vivant», selon le magistral poème de Charlotte Delbo, ou tout simplement d’appeler haut et fort autour de nous pour …courir au Tanzfaktor 2017 ? Amis danseurs, assurément, on sera là ! Texte Anne Grussner-Weiss

Tanzfaktor 2016©VB
Tanzfaktor 2016©VB

Tanzfaktor 2016 : 5 choregraphies courtes ou La Femme dans tous ses états

Unplush MY BOX
La pièce My Box est un solo pour une danseuse, c’est l’histoire d’un empire et de sa représentation iconographique, une statue. Des hauteurs de son piédestal la statue domine le monde, elle se réveille, son corps se délie. Entrainant son socle, elle part à la conquête de nouveaux territoires. Cette pièce est une réflexion sur l’acceptation inconditionnelle d’un modèle comme le plus juste. Elle raconte l’histoire de sa chute et ce que cela entraine: une simple redistribution des inégalités. Chorégraphie : Marion Zurbach  Dance : Maria Demandt

Bufo Makmal INTO PIECES
Dans INTO PIECES, Bufo Makmal explore par le mouvement les souvenirs et la nostalgie d’une unité perdue. Les membres de la troupe se rassemblent et, l’espace d’un instant, les différentes parties de leurs corps semblent appartenir à une seule et unique créature. La pratique chorégraphique définit le besoin de proximité physique. Bufo Makmal est une formation collective constituée de chorégraphes et de danseurs qui collaborent dans les domaines de la conception, de la production et de la performance. Stefanie Fischer, Zoe Gyssler, Margarita Kennedy et Clea Onori forment le noyau dur et sont responsables pour la chorégraphie et le concept.

SOOM project feat. Marygold DIE JAGD
DIE JAGD se transforme au cours des séquences en un laboratoire de recherche sur le mouvement voué à l’immobilité intellectuelle. Un laboratoire où l’on explore ce qui se passe lors d’un abrutissement émotionnel volontaire dans le but de supporter la brutalité des médias et le flot d’images diffusées sur la toile. DIE JAGD est la troisième production signée par le collectif de performance de Suisse centrale SOOM project. SOOM (jadis « Polymer DMT ») est un collectif d’artistes actifs dans les domaines de la danse, de la musique, de l’art dramatique et de la vidéo. Au cœur de la formation se trouvent Deborah Gassmann et Hyun Jin Kim.

Cie Ioannis Mandafounis ONE ONE ONE!
Avec One One One!, Ioannis Mandafounis développe un espace chorégraphique qui questionne l’existence de tensions entre l’image et le ressenti corporel. En découle pour le spectateur une expérience troublante, de questionnement et d’éveil. Chaque danseur se tient debout, face à une personne du public, fixant ses yeux afin d’attirer son attention. Son objectif: absorber les émotions du public, les traduire et les transformer, puis reproduire de manière chorégraphique ce qu’il a ressenti. La danse exprime alors une chaîne d’émotions profondes, passant par plusieurs états d’âme. Chorégraphie et danse : Ioannis Mandafounis, Aoife McAtamney

Diane Gemsch NANA
Voilà une femme qui sait ce qu’elle veut. Elle est poussée par la nostalgie d’une certaine joie de vivre, par le besoin ardent de grands sentiments (l’amour, la proximité, le désir), par une quête désespérée du bonheur individuel. Diane Gemsch se laisse inspirer par la chanson Warum soll eine Frau kein Verhältnis haben interprétée par Fritzi Massary dans les années 20 et explore les normes et conventions que la société impose en matière d’amour et de désir. Chorégraphie et danse : Diane Gemsch . Elle a dansé dans diverses productions en Europe, notamment avec Jan Martens, United-C, Armin Petras, Marina Abramovic, Constanza Macras/dorkypark, Andrea Boll et Company mafalda.

Rejoignez-nous !

www.facebook.com/tanzfaktor

www.tanzfaktor.ch

Tanzfaktor 2016 Bâle en Français

Roxy Theater

Print Friendly, PDF & Email
[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton back to top