Escapade au Luxembourg

Le Mudam de Luxembourg oeuvre de l’architecte Ieoh Ming Pei

Mudam : le petit dernier de la trilogie de Ieoh Ming Pei après la Pyramide du Louvre et le deutsches Historisches Museum de Berlin

Mudam Luxemboutg ©VB

Ieoh Ming Pei a imaginé un musée prenant appui sur les murs d’enceinte qui entouraient la forteresse intérieure conçue en forme de flèche. La forme asymétrique en V s’élève sur les ruines du Fort Thüngen. La géométrie du musée est ainsi une sorte de continuation de la forteresse.

Le bâtiment, d’une superficie nette de 10.000 m2, dispose d’environ 4.800 m2 de surfaces publiques et d’exposition réparties sur trois niveaux. A l’entrée du Grand Hall  , le regard , déstabilisé par l’immense espace quasi-vide , se porte aussitôt vers  la verrière  perchée à plus de 33 m . Pour l’heure , deux oeuvres de verre de l’artiste américaine Sarah Oppenheimer trônent de part et d’autre du Grand Hall . Heureusement, pour rompre avec l’aspect quelque peu glacial de cette entrée monumentale , Ieoh Ming Pei a prévu un balcon surplombant le Grand Hall ouvrant une vue  plus humaine sur le centre historique de la ville, ponctuée en avant-plan par les « Trois Glands » de Luxembourg – les « Dräi Eechelen » – du Fort Thüngen.  Dans

Mudam Luxembourg ©VB

un espace situé à droite du grand hall se trouve une autre verrière tout aussi impressionnante sous laquelle se trouve le café, aménagé par les designers Erwan et Ronan Bouroullec. Il faut tout de même souligner que les sols d’exposition en bois de chêne et la couleur miel de la pierre calcaire , le Magny doré qui recouvre l’ensemble du Musée , adoucissent le gigantisme intimidant de ce lieu , habillé de béton architectonique pour certains plafonds et pour les escaliers et où rien ne vient heurter l’oeil du visiteur  , aucun câble , aucune ampoule , tout cela se passe à l’intèrieur des épais murs , une autre prouesse de l’architecte Ieoh Ming Pei .

Pour Ieoh Ming Pei , la construction d’un musée est toujours une tâche passionnante : “…Depuis mon premier projet dans l’atelier de Gropius à Harvard jusqu’à mon travail le plus récent, le musée n’a cessé de me rappeler en permanence que l’art ,l’histoire et l’architecture ne font vraiment qu’un.”

Exposition Damien Deroubaix PICASSO ET MOI jusqu’au 29/05/2016: ami au petit moral , passe ton chemin !

Sinon , Picasso comme nous ne l’avons pas encore vu par Damien Deroubaix ( sauf ceux qui ont visité la  Fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence en 2014-2015 ) , ça vaut son pesant d’étonnement, reveillons-nous !

« Il faut réveiller les gens. Bouleverser leur façon d’identifier les choses. Il faudrait créer des images inacceptables. Que les gens écument. Les forcer à comprendre qu’ils vivent dans un drôle de monde. Un monde pas rassurant. Un monde pas comme ils croient… » Pablo Picass0

Damien Deroubaix est né en 1972 à Lille. Il vit et travaille à Meisenthal. Sa pratique artistique de Damien Deroubaix est multiple : peinture à l’huile, aquarelle, gravure, tapisserie, panneaux de bois gravés, mais aussi sculpture et installation. À cette variété formelle répondent des sources et des références des plus éclectiques rappelant souvent des montages Dada. Des motifs empruntés aux danses macabres médiévales s’y mêlent à des évocations de chapitres tragiques de l’histoire contemporaine ; des images d’actualité y côtoient la mythologie ou le folklore ; l’histoire de l’art et la scène musicale metal s’y télescopent. Ouvertement expressionnistes, ses peintures convoquent bien souvent des thèmes apocalyptiques.

Pourquoi Picasso ? Damien Deroubaix tombe à 19 ans à peine sur la tapisserie de Guernica : naissance de sa vocation d’artiste . Il n’a cessé, depuis, de « dialoguer » avec le maître espagnol. L’exposition au Mudam Luxembourg réunit quinze œuvres de Picasso issues des collections du Musée national Picasso-Paris, de la Bibliothèque nationale de France et du ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles et une quarantaine d’œuvres de Damien Deroubaix, dans un accrochage qui met en lumière la convergence de deux regards portés sur le monde.

L’exposition Damien Deroubaix, Picasso et moi a lieu en même temps que l’exposition El Sueño au Musée National Pablo Picasso « La Guerre et la Paix » de Vallauris du 19 mars au 6 juin 2016.

Mudam Luxembourg Damien Deroubaix World Downfall©VB

 

World Downfall, 2014 Tapisserie en 3 panneaux assemblés : fils de laine, broderie, cuir, dentelle 268 x 410 cm Courtesy l‘artiste et galerie Nosbaum & Reding

Damien Deroubaix réunit ici plusieurs de ses influences les plus importantes : l’œuvre est une interprétation contemporaine de Guernica de Picasso, transposé aux thèmes de la Shoah et des catastrophes de l’époque actuelle, tandis que son titre est emprunté à l’un des albums grindcore les plus influents du groupe américain Terrorizer, dont certains motifs de la pochette sont aussi cités visuellement.

 

Mudam Luxembourg Damien Deroubaix Garage Days Re-visited 2016 détail © VB
Mudam Luxembourg Damien Deroubaix Garage Days Re-visited 2016 détail © VB

Garage Days Re-visited, 2016 Bois gravé et encre 349 x 776 cm Courtesy l’artiste et galerie Nosbaum Reding, Luxembourg

Guernica, peint en 1937 en réaction à la destruction par la Luftwaffe allemande de la ville basque du même nom pendant la guerre civile espagnole, représente de manière métaphorique les horreurs de la guerre, constituant ainsi l’un des premiers travaux politiquement engagés de Picasso. En 1955, Picasso fit réaliser trois tapisseries d’après Guernica. C’est en découvrant l’une d’entre elles, à l’occasion d’une exposition à Arles, en 1991, que Damien Deroubaix a décidé de devenir artiste : « À ce moment-là, affirme-t-il, j’ai su ce que je voulais faire de ma vie ». Garage Days Re-visited reprend un procédé qui découle du travail de Damien Deroubaix sur la technique de la gravure . Plus qu’un hommage, cette production magistrale procède du désir de l’artiste de se confronter physiquement à Guernica, mais aussi d’interroger l’actualité de cette œuvre majeure de l’histoire de l’art.

Mudam Luxembourg Homo Bulla 2011 Damien Deroubaix Photo VB
Mudam Luxembourg Homo Bulla 2011 Damien Deroubaix ©VB

Homo Bulla, 2011 Sculpture en verre sur socle en bois 230 x 131 x 131 cm

Courtesy l‘artiste et galerie Nosbaum Reding « Homo bulla (est) » – « L’homme est une bulle » : Deroubaix intitule cette importante installation sculpturale, fabriquée en collaboration avec les maîtres verriers du Centre International d’Art Verrier (CIAV) du village lorrain de Meisenthal, avec ce proverbe latin rappelant à tout être humain sa condition mortelle. Sur le verre soufflé, d’apparence si fragile, l’artiste a gravé des motifs empruntés à la Danse macabre d’Heidelberg de 1488. L’ouroboros – un serpent qui se mord la queue – est quant à lui un symbole du processus de transformation et du déroulement cyclique de toute matière, un symbole de vie, de mort et de renaissance.

Damien Deroubaix The Mermaid 2010 Mudam Luxembourg photo VB
Mudam Luxembourg Damien Deroubaix The Mermaid 2010©VB

The Mermaid 2010 Bois et résine 66 x 135 x 40 cm Collection Ramus del Rondeaux, Paris

Intégrées dans les écrits romantiques avec le conte La Petite Sirène de Hans Christian Andersen (1837), les sirènes étaient, dans la mythologie grecque, considérées comme des démons de la mort et craints à cause de leur chant. Damien Deroubaix invoque également ici la version japonaise du Ningyo (« poisson humain »), qui peut provoquer des tempêtes et des malheurs, mais dont la consommation promet toutefois l’immortalité.

 

Mudam Luxembourg

3, Park Dräi Eechelen, L-1499 Luxembourg-Kirchberg

+352 45 37 85 1, info@mudam.lu, www.mudam.lu

Heures d’ouverture Mercredi-vendredi : 11h-20h Samedi-lundi : 11h-18h Jours fériés : 11h-18h

Fermé le mardi et le 25 décembre

Prix d’entrée

Adultes       7 €

Jeunes < 26, groupes       5 €

Carte Mudami (valable 1 an pour 2 pers.)       50 € Jeunes < 21       gratuit

Etudiants avec carte < 26       gratuit

Mercredis, 18h-20h       gratuit

[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton back to top