Katharina Fritsch Alexej Koschkarow au Schaulager

Zita-Щapa  Kammerstück de Katharina Fritsch & Alexej Koschkarow

Schaulager jusqu’au 2 octobre 2016

Schaulager Katharina Fritsch Puppen © VB
Schaulager Katharina Fritsch Puppen © VB

Katharina Fritsch( née en 1956 à Essen Allemagne ) et Alexej Koschkarow( né en 1972 à Minsk, Biélorussie) ont créé en étroite collaboration Zita-Щapa , une installation dense dont la première représentation sera donnée au Schaulager. Avec  des sculptures et dessins nouvellement créés, les deux artistes ont conçu un espace, comme une scène à l’ambiance particulière, riche en images et histoires.

Depuis la fin des années 1980. Katharina Fritsch jouit grâce à ses sculptures icôniques et monochromes d’une reconnaissance internationale qui font d’elle l’une des artistes les plus remarquées de sa génération. Ses motifs relèvent surtout d’éléments quotidiens, de stereotypes, dont elle soumet l’aspect familier et la teneur sémentique à des manipulations , déformant ainsi leurs proportions, matèrialité ou couleur pour ouvrir sur de nouveaux champs d’interprétation. Célèbre parmi d’autres , le Rattenkönig ( 1993), est exposé en permanence au Schaulager : il s’agit d’une installation de 16 énormes rats noirs dont les queues sont nouées les unes avec les autres.

Pour Alexej Koschkarow également , qui a fait ses études aux Beaux-Arts à Minsk et à Düsseldorf, décalages de sens et lecture polysémiques constituent des

Aleyej Koshkarow ©VB
Aleyej Koshkarow ©VB

aspects cruciaux de son travail artistique. Matèriaux historiques , mythes et motifs de la culture contemporaine tous confondus amènent dans ses oeuvres à des thématiques telles que l’altérité ou le merveilleux. Il a suscité l’émoi avec son arrangement sculptural Befruchtung von Hecken ( 1999) ou Beutekunst ( 2006) – autant d’oeuvres pleines d’humour et de profondeur qui évoluent entre narration feinte et aspect pseudo-documentaire . Les deux artistes partagent un processus de création tout en nuances qui frappe par des techniques artistiques élaborées avec précision.

Après deux expositions communes dans le passé, c’est la première fois que Fritsch et Koschkarow réalisent ensemble un projet destiné au Schaulager. Très expérimentés dans la création scénographique, ils ont conjointement conçu pour Zita-Щapa un lieu où les oeuvres individuelles font partie intégrante d’une vaste realisation scénique. Pour les spectateurs , la présentation revient ainsi à une expèrience esthétique multiforme.

La pièce de chambre mise en scène dans trois espaces différents – l’installation emprunte au théâtre l’effet interactif des pièces individuelles- est composée de sept sculptures et oeuvres murales qui , pour la plupart, ont été créées pour cette occasion-même.

L’ensemble des trois figures féminines de Katharina Fritsch ( Puppen, 2016 ) fait face , dans la pièce du milieu , à un assemblage d’Alexej Koschkarow qui peut être perçu à la fois comme un poêle domestique ou un cocktail Molotov  sur le point d’exploser ( Kalter Ofen 2016 ) . Dans la pièce attenante , le Sarg ( 2016 ) de Fritsch présente un objet symbole  qui, dans ses couleurs complémentaires fortes, se dresse devant le spectateur, l’oppressant dans cet espace exigu non seulement par sa présence physique, mais aussi par l’effet troublant que dégage sa morphologie.

Alexej Koshkarow Das was keinen Namen hat © VB
Alexej Koshkarow Das was keinen Namen hat © VB

Dans la pièce à côté , signée Koschkarow,la sculpture à la Janus Das was keinen Namen hat (2016) qui évoque aussi bien les monuments aux morts soviétiques qu’un arc de triomphe , jouxte Schtetl (2012) , une oeuvre que l’artiste a créée à partir du bois du plancher de son atelier à Brooklyn. Il s’agit là de la maquette d’une colonne juive méticuleusement organisée autour d’une place ronde. Il n’est pourtant pas question de communauté idyllique, mais d’un lieu vidé de ses habitants. En plein milieu , une hâche métallique plantée dans une souche d’arbre est supposée indiquer la place de grève, le centre du village. Toujours de Koschkarow, les ” smearings ” Bellevue (2014) et Höllentor ( 2012) présentent des signes et ornements que l’on trouve sur des immeubles ainsi que des sculptures provenant de l’espace public. Par abrasion manuelle, l’artiste transpose une sculpture 3D sur un support à 2 dimensions. En l’isolant de son contexte architectural, il modifie la signification et l’impact du motif.

La confrontation des oeuvres génère une image d’ensemble regorgeant de références culturelles et historiques aux thèmes de l’exode, de la terre natale , de l’exil, de la répression , du pouvoir , de l’angoisse, de la violence ou de la mort. Les deux noms du titre, ” Zita” et ” Щapa” ( Chtchara en français ) , ouvrent sur les grands thèmes de l’Histoire européenne, et toutes les complexités politiques et sociales comme causes et conséquences des deux guerres mondiales . Après la chute de la monarchie des Habsbourg en 1918, la dernière impératrice d’Autriche Zita de Bourbon-Parme, épouse de l’empereur Charles 1er, a vécu de longes années en exil. Le fleuve Щapa en Biélorussie fait quant à lui référence à une ligne de défense militaire importante pendant les premières et seconde Guerres mondiales.

Pour Fritsch et Koschkarow, les champs thématiques évoqués par l’installation- qui s’inspirent de récits historiques et de souvenirs épars aussi bien d’expèriences et d’histoires personnelles des deux artistes- sont autant de stimuli pour ” Zita -Щapa”. Cette pièce de chambre mise en scène avec brio suscite une véritable interaction entre les oeuvres et les thèmes abordés qui permet d’envisager plusieurs conclusions à la fois.

Le projet a été élaboré  sous la direction de Heidi Naef, senior Curator.

PUBLICATION :

conçu en étroite collaboration avec les artistes et publié par la Fondation Laurenz Schaulager, un catalogue consacré à ” Zita -Щapa” avec environ 160 illustrations couleur, édition bilingue allemand/anglais, 164 pages , CHF28.

Auteurs: Jacqueline Burckardt, Robert Fleck, Julian Heymen et Michael Rooks . Fritsch et Koschkarow liés par une longue amitié , ont également en commun un sens aigu de la minutie dans le processus de creation artistique. Préface de Maya Oeri.

SCHAULAGER

Horaires : jeudi 13h-19h / Ven Sam Dim 11h à 17h

Pendant Art Basel : du lundi 13 au samedi 18 juin 2016 , 10h à 20h / dimanche 19 juin 10h à 18h

Visites guidées gratuites  : Anglais / Français en alternance dimanche 16h et Vendredi 12h30 ( une semaine sur deux ); insciption tours@schaulager.org

Schaulager Katharina Fritsch © VB
Schaulager Katharina Fritsch © VB
Print Friendly, PDF & Email
[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton back to top