Zappa plays Zappa aux Stimmen 2016

Zappa plays Papa en communion avec le public

Dweezil Zappa & Co aux Stimmen de Lörrach ce mardi 19 juillet

Dweezil Zappa Festival Stimmen  Photo VB
Dweezil Zappa ©VB

Dweezil , prénom fortuitement puis officiellement inscrit à l’Etat Civil , a pas mal de choses en commun avec son illustre père , notamment la dextérité guitaristique , ça va de soi , mais aussi le nez surmontant un sourire de gentil qu’on trouvait un peu moins présent chez le papa. A part ces considérations peu musicales  , apparemment Dweezil Zappa & band avait rassemblé ce soir-là aux Stimmen son Fan-club et la communion fut totale avec un public reprenant avec ferveur et exactitude les Hits historiques du grand Zappa . Il faut dire que le ” Tour de Frank ”  a débuté il y a tout juste 10 ans , de quoi parfaire le projet ” Zappa plays Zappa ” , hommage filial en forme de retour panoramique sur les compositions Rock de 1960 à 1980,  2 bonnes heures de généreux concert -une goutte dans l’ocean comparée aux 97 albums et live officiels sortis sur toute la carrière du guitariste américain . En 2009 , Dweezil Zappa a reçu le Grammy du meilleur groupe de rock instrumental pour son interprétation de Peaches en Regalia.

Dweezil , (né le 5 septembre 1969 à Los Angeles en Californie) est l’aîné d’une fratrie presque entièrement vouée à la musique , c’est dire l’influence du père. Dweezil a sorti 6 albums d’inspiration clairement Zappaïste , comprendre le contraire d’une musique easy-listenning  car , bien que basée sur un fond rock-jazz , la musique de Frank Zappa , maître  de la six-cordes soit le produit d’une discographie complexe tant en matière de références que de technique musicale. et dont l’éventail des genres est ouvert sur un quasi-infini – voir The Yellow Shark pour la musique classique, Orchestral Favorites pour la musique expérimentale, Boulez Conducts Zappa pour la musique contemporaine et Freak Out ! ou Joe’s Garage pour le rock.

L’humour en héritage : à propos de la tournée , petite histoire de grosses embrouilles familiales : Dweezil après pas mal de soucis  liés au copyright avec les frères et soeurs surtout depuis le décès de sa mère Gail Zappa, exécutrice testamentaire, en 2015, apporte des modifications au titre de sa tournée Hommage au père «Zappa Plays Zappa» pour rebaptiser , au bout du compte exaspéré  celle-ci «Dweezil Zappa Plays whatever the F@%k he wants!», qu’on peut traduire par «… joue absolument ce qu’il veut, b%#del de m≠#de»… Frank not dead!

Dweezil ,  prodige quadragénaire de la six-cordes , digne successeur de son père , s’est  également entouré de musiciens hors-pair  au risque de se faire de l’ombre,  comme Ben Thomas -vocal et percussions – showman qui m’a rappelé l’exhuberance de la  bande  du Grand Orchestre du Splendid , Kurt Morgan à la basse , Ersatz d’Angus Young en jeune  et un peu moins mobile, et l’excellente  Scheila Gonzales -clavier , saxo- ; il ne m’a pas semblé que Dweezil ait indiqué les changements de genres musicaux – du Ska au Reggae en passant par le Heavy Metal –  à ses comparses par un jeu de mains subtil comme le faisait son père pour donner miséricordieusement des repères à ses comparses mais  rien d’évident car le fils est bien plus discret que ne l’était le père .

SITE OFFICIEL DWEEZIL ZAPPA

STIMMEN FESTIVAL 2016

Prochains concerts des Stimmen :

Mercredi 20 juillet : Jamie Cullum

Jeudi 21 juillet :  Frank Tuner & The sleeping Souls

Vendredi 22 juillet : Massive Attack

Print Friendly, PDF & Email
[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton back to top