Galerie Thaddaeus Ropac Lucinda Childs Sol Lewitt

Lucinda Childs "Dance 1978" (Courtesy Galerie Thaddaeus Ropac, Paris/Salzburg. © N.Tileston)
Lucinda Childs “Dance 1978”
(Courtesy Galerie Thaddaeus Ropac, Paris/Salzburg. © N.Tileston)

Dans le cadre de la rétrospective consacrée à Lucinda Childs cet automne à Pantin par la Galerie Thaddaeus Ropac, le Centre national de la danse et le Festival d’Automne, l’exposition Lucinda Childs Nothing Personal 1963-1989  met en lumière le développement parallèle des méthodes graphiques de la choregraphe americaine et  de l’artiste plasticien  Sol LeWitt dans les années 1970. Leur affinité artistique, qui se nourrit d’une réflexion commune sur le dessin, la sérialité et le mouvement, aboutit en 1979 à leur collaboration pour la pièce Dance , 5 danses construites suivant un diagramme pré-déterminé à l’aide de couleurs primaires qui constitue la partition chorégraphique illustrant les croquis de parcours .  On trouve donc au cœur de la fabrique chorégraphique la même méthodologie que Sol LeWitt développe dans son œuvre sérielle des années 1970 et 1980.

Cette exposition présentera l’une des partitions chorégraphiques originales de Dance #4 (1979), exceptionnellement prêtée par le Whitney Museum de New York.

Lucinda Childs Sol LeWitt Correspondance ©VB
Lucinda Childs Sol LeWitt Correspondance ©VB

L’exposition présente également une partie importante de la correspondance entre Sol LeWitt et la chorégraphe. On peut y suivre les diagrammes dessinés et estampillés par l’artiste depuis Murano, Rome ou Pékin qui répondent aux diagrammes des danses de la chorégraphe dont les  indications  ne concernent que le postionnement des pieds , celui des  bras restant libre.

L’exécution du Wall Drawing #357: A 12″ (30 cm) grid covering the wall, créé par Sol LeWitt en novembre 1981 à New York, a été  assurée par un dessinateur de la Fondation Sol LeWitt qui  a travaillé pendant plus de trois semaines sur la réalisation au crayon blanc du dessin sur un mur peint en noir de près de 25 mètres de long.

Commissaire : Lou Forster
Production : Galerie Thaddaeus Ropac, CND Centre national de la danse avec le Festival d’Automne

Dans le cadre de l’exposition Lucinda Childs, Nothing Personal 1963 – 1989 organisée avec le CND Centre national de la danse et le Festival d’Automne à Paris

Sol LeWitt Wall drawing #357 Galerie Ropac © VB
Sol LeWitt Wall drawing  Galerie Ropac ©VB

Lucinda Childs au Centre National de la Danse à Pantin du 24 septembre au 17 décembre 2016

A la Galerie Thaddaeus Ropac du 24 septembre 2016 au 7 janvier 2017

Le CND ( Centre National de Danse ) et la Galerie Thaddaeus Ropac à Pantin présentent avec le Festival d’Automne à Paris la première exposition monographique consacrée à l’oeuvre de Lucinda Childs. réunissant plus de 300 documents originaux ( partitions chorégraphiques , films , photographies, textes) et des oeuvres d’artistes avec lesquels elle a collaboré, cette exposition retrace sur près de trois décennies l’émergence et le développement d’un langage chorégraphique qui a profondément marqué la danse contemporaine..

Organisée de manière chronologique et thématique , cette rétrospective permet de découvrir , au-delà des pièces emblématiques de la chorégraphe, la cohérence d’un projet artistique né au sein de la scène new-yorkaise au moment où s’invente la danse post-moderne.

L’invention de la danse post-moderne ou le réveil des sens selon Lucinda Childs  :

Dans les années 1960, Lucinda Childs prend part aux expérimentations  d’un groupe informel d’artistes , de musiciens et de danseurs qui présentent leur travail à la Judson Memorial Church. Elle y développe aux côtés d’Yvonne Rainer, de Steve Paxton et de Robert Morris , notamment des formes performatives qui associent avec ironie des objets du quotidien , des gestes précis et des récits ordinaires . Ses pièces explorent les nouvelles représentations du corps qui émergent avec la démocratisation de la télévision.Elle crée sa propre compagnie en 1973 à New York, la Lucinda Childs Dance Company ( interrompue et remontée en 2009 ) .

La danseuse et chorégraphe Lucinda Childs a crée en 1979 Dance  , production minimaliste iconique sur une musique de Philip Glass  et une scénographie associant l’artiste plasticien Sol LeWitt . Le Wall Street Journal “ a qualifié Dance comme l’une des plus grandes réalisations chorégraphiques du XXème siècle.

Lucinda Childs -Sol LeWitt : géométrie variable autour des arcs et cercles

Lucinda Childs diagrammes préparartoires ©VB
Lucinda Childs diagrammes préparatoires ©VB

Une affinité nourrie d’une réflexion commune sur le dessin , la sérialité et le mouvement . Voici le ciment de la complicité artistique de Lucinda Childs la chorégraphe et Sol LeWitt le plasticien. Parmi les nombreux motifs qu’ils explorent dans leurs oeuvres , l’arc de cercle occupe une place particulière.

Il se retrouve dans les années 1970 au coeur des plus importants dessins muraux de l’artiste conceptuel et émaille le développement des danses dites minimalistes de la chorégraphe.A travers plus d’une centaine de documents chorégraphiques et le dessin mural #357 de Sol LeWitt, l’exposition à la Galerie Thaddaeus Ropac à Pantin retrace l’importance de ces motifs  dans leurs travaux respectifs..

La cartographie de Lucinda Childs . En 1965 , Lucinda Childs commence à dessiner des croquis pour se remémorer le parcours de ses danses. Dans ses dessins , elle reporte comme sur une carte les déplacements réalisés durant la pièce. Lorsqu’elle amorce  en 1973 une approche dite minimaliste du mouvement , elle étend l’usage de cette technique pour chorégraphier les parcours complexes d’un groupe de danseurs. La marche y constitue le materiau chorégraphique privilégié. Avec Duplicate Suite ( 1975), Figure Eights ( 1976 ) et Radial Courses (1976 ) , la chorégraphe formalise la méthode sérielle qu’elle va mettre en oeuvre durant toute la décennie.Cette forme lui permet d’explorer les combinaisons , les croisements et les orientations possibles de plusieurs motifs élémentaires. Elle observe ainsi l’évolution dynamique de ces figures et ce n’est qu’au terme de ce processus qu’apparaît la partition chorégraphique interprétée par les danseurs.

Quand l’image fait écho aux pas des danseurs : lorsqu’ils initient leur collaboration en 1979, Sol LeWitt s’empare de la partition chorégraphique de Dance à laquelle il superpose un rhodoïd. Cette double surface d’inscription reproduit le dispositif qu’il invente pour le spectacle. Dans Dance, un cyclorama transparent recouvre la cage de la scène .Le film qui y est projeté multiplie les points de vue sur la danse que les interprètes éxécutent simultanément. Sol LeWitt élargit ainsi à l’échelle du théâtre les tracés que Lucinda Childs a transformés en mouvement. Dance propose une expèrience comparable à celle d’un wall-drawing: développant le dessin à l’échelle d’un bâtiment, il invite le corps du spectateur à s’investir dans la perception des tracés.

50 ans de creation artistique , transmission d’un patrimoine chorégraphique unique . L’exposition Lucinda Childs , nothing personal, 1963-1989 proposée conjointement par le CND et la Galerie Thaddaeus Ropac permet de valoriser la donation exeptionnelle de Lucinda Childs au CND en 2016 constituée des archives de la chorégraphe américaine , une somme rassemblant son travail graphique ( partitions choregraphiques, dessins , schémas ) , ainsi que des documents inédits réalisés par des artistes avec lesquels elle a collaboré, notamment Sol LeWitt, Babette Mangolte, Robert Mapplethorpe et Robert Wilson.

Au CND , elle détaille la manière dont la danse transforme les lieux qu’elle occupe. Un ensemble de documents retrace e parcours de Lucinda Childs au Judson Dance Theater dans les années 1960 et le passage des espaces alternatifs newyorkais au théâtre qu’elle investit au début des années 1980 avec des dispositifs  optiques qui mêlent danse et image.

CND  Pantin Informations pratiques Lucinda Childs 

A la Galerie Thaddaeus Ropac se donnent à lire les pratiques graphiques de Lucinda Childs et de Sol LeWitt. Leur développement parallèle au cours des années 1970 conduit les 2 artistes à collaborer à la creation de Dance en 1979, pièce emblématique de la chorégraphe.Le motif de l’arc de cercle dans les notations choregraphiques sera confronté au Wall Drawing #357 de Sol LeWitt ( l’artiste conceptuel americain en a réalisé plus de 1200 entre 1968 et 2007 ) qui se déploiera sur les murs de la galerie. La realisation et l’effacement de ce dessin mural se feront en présence du public.

Galerie Thaddaeus Ropac

Lucinda Childs officiel

Lucinda Childs reçoit la bourse Gugenheim en 1979 et le NEA/NEFA American Masterpiece Award. En 2004, elle est élevée au rang de Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Facebook
Google+
Google+
https://www.baleenfrancais.ch/2016/10/galerie-thaddaeus-ropac-lucinda-childs-sol-lewitt-james-rosenquist">
LinkedIn
Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton back to top