Central Station la ville sous nos pieds Bâle

Série : les bâlois ont des idées Central Station sort de terre

VERNISSAGE VENDREDI 9 DECEMBRE 2016 à 22h avec DJ 🙂 

Central Station Basel Klaus Littmann Enrique Fontanilles Franz Burkardt photo VB
Central Station Basel Klaus Littmann Enrique Fontanilles Franz Burkardt ©VB

Souvent , par les temps qui courent  , les Migros et autre Coop balayent tout sur leur passage et le moindre espace qui ferait mine de se libérer est immédiatement squatté par les rayonnages des susdits supermarchés. Mais Klaus Littmann , qui ne fait rien comme tout le monde a fait le chemin inverse . Déja, en 2002 , Littmann Kulturprojekte donnait aux bâlois la possibilité d’admirer l’ange de la cathédrale de Bâle autrement . En 2002,  ce fut l ‘artiste japonnais  Tazro Niscino qui déplaça ainsi l’ange en l’installant tout en haut  de la  Münster  dans un petit salon cosy accessible par échaffaudage extèrieur. La digne Cathédrale de Bâle , provisoirement détachée de sa girouette en avait gagné  30000 visiteurs durant les 6 semaines de l’évènement et Klaus Littmann le Prix de la Culture de la ville de Bâle pour couronner ses 20 ans d’implication dans la sphère artistique non institutionnelle de la cité Rhénane.

La vie est éphémère : célébrons-la joliment tant qu’il est temps

Central Station vivra 3 ans

Central Station Larry's Bar photo VB
Central Station Larry’s Bar ©VB

Un espace de 2000m2 vide et triste  au sous-sol du 19 Sternengasse ! Mais , ça , c’était avant l’initiative de Klaus Littmann et Enrique Fontanilles, professeur et critique d’art, et le travail  de l’artiste Franz Burkhardt . Soyons clair , au 19 Sternengasse , rien n’est visible de l’extèrieur sauf le macaron Central Station , alors ouvrez l’oeil ! Descendez l’escalator et voilà , vous êtes arrivé en ville , au coeur d’un dédale de ruelles essaimées de petits commerces , 20 en tout , dont 15 ouvriront leurs portes progressivement dans les semaines qui viennent . la Brockenstube Auf dem Wolf , le restaurant la Cucina , le Larry’s Bar avec fumoir – Ersatz du Harry’s bar de Venise cher à Hemingway –  de Guy Blattmann et Julia Lauener , puis viendront  la mode sur internet chez Vanessa et Manuela ,  le magasin du tatoueur  , le salon Shiatsu , celui des dessins ( au printemps), le studio Video to go . Il y a aussi le Colllector’s Space réservé par des retraîtés un peu fous qui cherchent à rendre visibles leurs collections de lampadaires ou de poivrières, mais les sèrieux qui aimeraient apprendre l’allemand autrement trouveront le cours idoine auprès de Daria Kolacka : Littmann garde aussi en réserve aussi une Wunderkammer à des présentations d’objets d’art . D’ailleurs , tout un chacun doit chercher la touche arty à apporter au sein de son activité comme le fait la Brocki . Thomas Merian , autrefois initiateur du genial City Beach , a trouvé sa place à la Central Station : il y dresse un éventaire gastronomique , autour duquel il fera déguster des produits naturels en racontant leurs origines  , un peu comme au marché en mieux.

Central Station le centre arty-culturelo-commercial à visage humain

Mélangeons Art Culture Commerce dans un bocal , versons-y dune pincée de fantaisie , une autre de savoir-faire et…consommons ! Avec la Central Station , on a un peu l’impression d’évoluer dans un monde rêvé , un décor pour partie en carton pâte comme un Universal Studio miniature . Mais , rassurez-vous!  ici , si les tuyaux ou le distributeur de cigarette sont en stuc et en bois, les maisonnettes qui abriteront les commerçants , artisans , artistes , elles,  ne sont pas creuses, elles sont bien réelles et vous y croiserez leurs locataires dès samedi 10 décembre 2016. Central Station a  l’ambition d’accueillir des expositions , des concerts, des performances , des workshops…

Central Station Ceci n'est pas un distributeur de cigarettes photoVB
Central Station Larry’s Bar Ceci n’est pas un distributeur de cigarettes ©VB

Franz Burckardt  : comme  Fifi Lolotte , Franz fabrique le monde qui lui plaît . L’heureux homme a entamé ce travail en mai 2016 . Créer cette ville dans la ville est un peu pour lui un rêve de gosse . Surement Frantz que tu as joué quand tu étais môme à ” on aurait dit que moi je serais ….épicier , barbier , explorateur ( au choix ) et on aurait dit que j’aurais un magasin pour moi “; alors tu as attendu d’avoir l’âge de raison ( 50 ans ) et tu l’as fait . C’est Klaus Littmann qui fera office de magicien pour insuffler la vie à ton lego habitable avec tous vos invités déclinés à la façon de l’inventaire de Boris Vian et sa ” Complainte du progrès ” . Il y aura de quoi voir , boire et aussi manger à la Cucina centrée sur la gastronomie italienne. Et pas question de boire dans des verres en plastique et manger des trucs mauvais , l’eau en bouteille sera posée sur une table  nappée de blanc , Klaus Littmann ne  veut pas  injecter que de l’originalité à son projet  , il veut aussi  du raffinement , de la délicatesse . L’humour n’est pas en reste à la Central Station . Ainsi , Enrique Fontanilles a-t-il pastiché une boutique immobilière ( la voisine en fait ) en imaginant un accrochage identique affichant non pas des maisons à vendre ou à louer mais les boutiques encore en friche de la Central Station.

Klaus Littmann :  ” plus d’art dans le quotidien , moins de quotidien dans la culture “

Klaus Littmann né en 1951 à Lörrach, a grandi à Riehen; il est passé par l’Académie des Arts de Düsseldorf 70 à 76; il devint l’élève du peu conventionnel Joseph Beuys ; après quelques années comme prof à l’Ecole de Design de Bâle, il ouvre sa galerie en 1982 ( anciennement  Galerie Felix Handschin attachée à des artistes comme Tinguely ou Dieter Roth ). Son premier choix d’exposition«Fussball in der Vitrine»le distingue tout de suite de ses confrères, l’idée conductrice étant d’imbriquer l’art au quotidien et vice-versa comme pour l’installation de Guillaume Bijl  “New Supermarket “, action en commun avec le Musée Tinguely en 2004. Pour financer les interventions artistiques qu’il organise , Littmann utilise le système D et ça marche . Ainsi , pour l’ange de Niscino, il fallait trouver CHF300000 qui ont été rassemblés grâce à un couple de  généreux donateur resté anonyme et la levée d’une poignée de sponsors. Klaus Littmann a un bon reseau , celui-là même qu’il devra solliciter pour financer les installations techniques comme l’electricité de sa Station Centrale ou les loyers à régler aux  généreux propriétaires des lieux Irène et Roger Diener , seulement dans 9 mois . Pour l’heure , la débrouille est d’usage comme la peinture murale donnée par un magasin de peinture.

Ceux qui se sentent l’âme d’artistes chercheurs peuvent s’engager avec Enrique Fontanilles dans le cadre de son Institut Link-tank dont l’essence est d’analyser les liens interactifs entre l’art , le marché de l’art et la marchandise et leur impact socio-économique . Si le travail qu’ils produisent in situ à la Central Station – textes , accrochages , happening…- ,est jugé à la hauteur , ils recevront une attestation validée par les protagonistes du projet de Fontanilles , l’Institut de Sociologie de l’Université de Bâle et la FHNW.

VERNISSAGE VENDREDI 9 DECEMBRE 2016 à 22h avec DJ

CENTRAL STATION :

Bâtiment Kirschgarten Sterngasse 19

Horaires : lu ma mer sam 9h à 20h ; jeudi et vendredi jusqu’à 1h du matin.

Central Station Ceci n'est pas une station de métro photo VB
Central Station Ceci n’est pas une station de métro ©VB
Print Friendly, PDF & Email
[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

One thought on “Central Station la ville sous nos pieds Bâle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton back to top