ZEP au Cartoonmuseum de Bâle

Zep & Mr Titeuf Cartoonmuseum Basel jusqu’au 23 avril 2017

Zep Cartoonmuseum Basel janvier 2017 photo VB
Zep Cartoonmuseum Basel janvier 2017 © VB

Deux ou trois choses que nous avons apprises de Zep , lors de la visite organisée au Cartoonmuseum de Bâle par l’Alliance Française et Annette Gehrig, directrice du musée :

nous sommes des millions à feuilleter avidement les pages des nombreux albums de Philippe Chapuis mais ses enfants ne lisent pas obligatoirement toute sa production , sauf le Happy Parents paru en 2014 que Zep a retrouvé simultanément dans les mains de sa smala – oui , 5 enfants tout de même de 8 à 22 ans – à la recherche de trucs les concernant personnellement. On le savait , le maître incontesté de Zep est le Dieu  Gotlib ( ouarff blague pourrie ), mais on sait moins son amour pour Morris et son célèbre Lucky Luke . Zep raconte comment sa mère jugeant qu’il n’était plus en âge de lire ces niaiseries de mômes a refilé le stocks d’albums au voisin . Au début , Zep s’est fait jeter de chez tous les éditeurs , le seul ayant répondu présent fut Glénat , sésame providenciel pour le jeunot genevois.

Zep aime le rock . Beaucoup . Il dessine parfaitement ses idoles , inutile de lire les légendes : Robert Plant , Bob Dylan, Eric Clapton , Bono, The Clash, ACDC…enfin tous les groupes dont il a vu les concerts et dont il a conservé précieusement les billets ( voir l’album Happy Rock ). Titeuf , c’est moi , enfin , c’est lui , sauf les cheveux . Zep raconte que les salles de classe , la maîtresse , les copains  , c’était sa réalité , le monde selon Philippe Chapuis le Jeune qui , parfois n’en peut plus de dessiner les sempiternelles cours de récré . Zep ne contrôle pas vraiment les versions étrangères de ses albums et constate du coup par hasard des modifications risibles . Par exemple , une version chinoise couvrant pudiquement sous une couverture king size papa et maman Titeuf occupés à faire l’amour , mais seulement sur la planche où maman est sur papa , la censure n’existe pas pour le modèle plus classique papa sur maman . Quel humour , ces chinois tout de même !

Pourtant , Zep a conçu Titeuf en pensant plutôt aux adultes qu’aux enfants , ce fut un sujet d’étonnement de constater que sa création était devenue aussi célèbre chez les jeunes . Cependant , au dernier étage du Cartoonmuseum , une salle est clairement réservée aux grands , c’est-à-dire à un public averti – c’est écrit sur le mur, vous êtes prévenus  – car Zep aime dessiner des trucs coquins , voir Happy Sexe. Quand Zep ne dessine pas Titeuf , il confectionne des carnets de voyage illustrés d’aquarelles splendides inspirées des paysages de France , d’Allemagne , du Japon , d’Irlande, des Seychelles , du Népal….Certains sont visibles au Cartoonmuseum de Bâle. On a souvent proposé à Zep de prêter son Titeuf au cinéma , mais il n’en voit pas l’interêt car l’argument de poids est toujours le casting , genre Jean Dujardin pour jouer le père peut-être , mais qui alors pour Titeuf , le petit gars à la banane -houppette ? Il n’a pas trouvé le Boule et Bill avec Dubosc tellement convainquant.

Cher Zep , quel dommage de vous avoir loupé le 25 novembre ! Nous aurions pu parler de Gotlib- le génie vient de lâcher son crayon à 82 ans –  , surtout de sa cultissime Rubrique à Brac – en ruine chez moi mais toujours vaillante dans mes étagères – ou bien de Tim Burton , reconnu de loin sur l’une de vos planches au Cartoonmuseum de Bâle,  ou bien de la musique de quand on était djeun , Harvest par exemple , Hendrix ou le grand Led Zep, oui , celui à qui tu as piqué ton nom de scène; tu me pardonneras ce tutoiement abrupt mais te parler c’est un peu parler avec ton p’tit Titeuf qui a l’âge – éternel , le veinard !- que je lui dise tu , n’est-ce pas ?

Donc , Zep , alias Philippe Chappuis, connu de nous tous depuis qu’on est tout petit – enfin pas tout  fait , le genevois  n’a que 49 ans – est tombé dans la boîte à crayons dès 1979 , année de sa première Fanzine ( oui , ami comptable presque 40 ans ! ) pour finir par être embauché par Spirou à 18 ans à peine , le célébrissime Titeuf ne sortant de sa fantaisiste caboche qu’en 1992 pour être placardé aux éditions du Glénat.

Parlons chiffres tout de même :

ZEP La vie la mort et tout ce qu'il y a entre ©VB
ZEP La vie la mort et tout ce qu’il y a entre ©VB

L’immense succès obtenu avec Titeuf (un million d’albums vendus fin 1998, 16 millions traduits en 25 langues en 2008) a permis à Zep de tenter des paris plus audacieux, comme Le Guide du zizi sexuel écrit par son ex-épouse Hélène Bruller (petite-fille de Jean Bruller), vendu à plus de trois millions d’exemplaires, le magazine Tchô! en 1998 (qui porte le nom de l’interjection favorite de Titeuf) et en parrainant de jeunes auteurs dans la série de bandes dessinées jeunesse Tchô! La collec’.

Zep est également amateur de musique (rock essentiellement et fan de Bob Dylan), d’où son pseudonyme hommage au groupe Led Zeppelin. Cette passion et la fréquentation des concerts de musique lui ont inspiré L’enfer des concerts, publié en 1999. De plus, il a formé un premier groupe de musique appelé Zep’n’Greg, rappelant parfois le style du Beau Lac de Bâle, et sorti deux disques avec des chansons humoristiques telles que : Dieu m’a changé en Suisse-Allemand, Pôv’Type Song, ou Les couilles à tonton.

En 2011 , Zep a écrit et realisé  Titeuf, le film

En 2015 , il obtient le prix Wolinski de la BD du Point (première édition sous cette nouvelle dénomination après l’attentat contre Charlie Hebdo) pour What a Wonderful World ! remis par la veuve de Wolinski.

Dr ZEP et Mister Titeuf en Suisse alémanique, merci au Cartoonmuseum de Bâle

C’est une première : Zep chez lui en Suisse mais en terre alémanique , on avait pas vu ça ; pourtant , enfants et parents en visite au Cartoonmuseum reconnaissent Titeuf et rient de bon coeur bien que tout ne soit pas si risible . Zep observe , constate . Titeuf éxécute , essaie de comprendre pourquoi le racisme , pourquoi la guerre , la maladie , le chômage… Zep aime  la musique et ses maîtres croqueurs . On les retrouve dans la première salle : Gotlib, Hugo Pratt , Franquin ….puis Bob Dylan , Keith Richards , Jimmy Page…Mais Zep ne laisse jamais tomber Titeuf , souvent , il est aussi présent sur les planches , il se met en scène volontiers , par exemple dans ce double – portraît ou dans cette scène bucolique aquarellisée , dans le corps du dessinateur solitaire du bord du lac , occupé à évoquer les maîtres du passé ,peut-être Bosch ou Dürer .

Un bruit étrange et beau sortira en 2017 , un nouveau roman graphique  (éd. Rue de Sèvres), consacré à un moine chartreux qui quitte son monde de silence.

SITE OFFICIEL DE ZEP

retable-zepien Zep Cartoonmuseum Basel janvier 2017 photo VB
Zep Cartoonmuseum Basel janvier 2017 © VB
[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton back to top