Art Basel Unlimited 2017

 Art Basel Unlimited 2017:  76  œuvres monumentales sur 20 000 mètres carrés

Quelques arrêts sur image

Art Basel Unlimited 2017 Rob Pruitt's Official Art World- Celebrit y Look-Alikes, 2016-2017 Photo VB
Art Basel Unlimited 2017 Rob Pruitt’s Official Art World- Celebrit y Look-Alikes, 2016-2017©VB

Pour abriter des oeuvres de plus en plus monumentales , Art Unlimited a du pousser les murs :  16 000 m2 originels en 2000 aux 20 000 m2 actuels. Gianni Jetzer est curateur de cette section d’Art Basel pour la sixième fois consécutive. Cette année , dans la Halle d’ Art Unlimited , nous avons  joué à reconnaître les célébrités affichées , artistes, curateurs, collectionneurs connus et leurs clones supposés du monde du spectacle , acteurs , musiciens ou autres personnages médiatisés  – la ressemblance n’est pas toujours flagrante, elle peut n’être qu’une évocation – avec Rob Pruitt . Reconnus : Marc Spiegler clôné avec El Chapo parrain de la drogue mexicain, Sam Keller clôné avec Mike Myers , Larry Gagosian et son clône l’acteur Bob Einstein , Marina Abramovic clônée à …un mur de brique rouge  , Ai Weiwei  et son clône l’acteur Craig Phillip Robinson , le curateur Pati Hertling et Malcolm McDowell ,  Gianni Jetzer et l’acteur Colin Farrell , Emmanuel Perrotin et Serge Gainsbourg , Bernard Arnault et George W.Busch, Richard Serra et Marlon Brando , Rob Pruitt et Bill Hader de Saturday Night Live , … Le projet a débuté sur Instagram.

L’art est définitivement porteur de message , signe que les artistes contemporains  sont concernés par le monde dans lequel ils vivent . Par exemple , l’artiste britannique Sue Williamson ( 1941)  et ses Messages from Atlantic Passage 2017, autant de bouteilles prises dans un filet suspendu qui évoquent la pénible histoire des esclaves du 16 ème au 18ème siècle , notamment celle du trafic de 12,5 millions d’africains déplacés pour être vendus entre 1525 et 1866 en Amérique . Seulement 10 ,7 millions ont survécu à cette traversée de l’Atlantique forcée. Cette oeuvre de Sue Williamson est une extension de Messages from the Moat 1997 exposée à la  seconde Biennale de Johannesburg.( Sue Williamson est repésentée par  Goodman Gallery)

Le restaurant de Subodh Gupta (Cooking the World, 2017). Abrité sous une immense structure faite de casseroles second hand , fonctionne vraiment : il faut se mettre sur liste d’attente pour profiter d’un repas servi à l’intèrieur l’ immense structure Cooking the World 2017 conçue par l’artiste indien Subodh Gupta ( 1964). En Inde , la grande diversité culturelle et religieuse  attache les individus à un mode d’alimentation souvent restrictif pour des spécialités culinaires locales. Le partage du repas est l’indicateur le plus fort de l’integration et de l’acceptance des différences  communautaires . ( Subodh Gupta est représenté par Galleria Continua et Hauser & Wirth )

Art Basel Unlimited 2017 Subodh Gupta Cooking the World 2017 photo VB
Art Basel Unlimited 2017 Subodh Gupta Cooking the World 2017©VB

Une fois n’est pas coutume , il est conseillé de piétiner  l’oeuvre de l’italien  Massimo Bartolini ( 1962 ) ou en tout cas de parcourir le double-chemin qu’il a tracé en y accumulant des pierrasses de bronze qui ressemblent à s’y méprendre à une route ouverte dont le macadam aurait explosé . Due 2013-2017 , déja été présenté à la Biennale de Venise en 2013 , est une reflexion philosophique sur notre dualité existentielle forçant la lutte éternelle entre optimisme et noirceur, dont l’illustration est une route cahotique prenant fin là ou commence la coexistence pacifique de ces deux caractéristiques  paradoxales de notre humanité .( Massimo Bartolini est représenté par la Galerie Massimo De carlo , la galerie Frith Street et la galerie Magazzino)

Art Basel Unlimited 2017 Massimo Bartolini Due 201372017 Photo VB
Art Basel Unlimited 2017 Massimo Bartolini Due 201372017©VB

Julio Le Parc , sculpteur argentin né en 1928 et l’un des pionniers de l’OpArt, vit et travaille à Cachan en France. Pour Art Unlimnited , il met à disposition La Longue Marche , oeuvre toute en longueur de 1974 , constituée de 10 panneaux , carrés de 200 x 200. Julio Le Parc a étudié à l’Escuela Nacional de Bellas Artes Prilidiano Pueyrredón (es) à Buenos Aires. En 1958, il  s’installe à Paris et cesse de produire l’art sur des médias traditionnels pour se consacrer au  mouvement et à la couleur, produisant des objets cinétiques . Dans les années 1960, il cofonde le GRAV (Groupe de recherche d’art visuel) avec Horacio Garcia Rossi, François Morellet, Francisco Sobrino, Joël Stein et Yvaral. En 1966 est organisée sa première exposition personnelle à la Howard Wise Gallery à New York. La même année, il gagne le Grand Prix de la peinture à la Biennale de Venise. Sa première rétrospective a lieu en 1972 à Dusseldorf, Allemagne.  En 1987, il gagne le premier prix à la Biennale internationale de Cuenca, en Équateur. La Longue Marche , qui n’a rien à faire avec celle de Mao, procède d’un  ordonnancement chromatique personnel de 14 couleurs  dans lequel, tout en gardant les lignes et les mouvements, il crée deux parties bien définies, l’une composée des couleurs du prisme et l’autre de ce qu’il nomme lui-même les «non-couleurs», le noir, le gris, le blanc. (Julio Le Parc est représenté par la galerie Perrotin)

Art Basel Unlimited 2017 Julio Le Parc La longue marche 1974 Photo VB
Art Basel Unlimited 2017 Julio Le Parc La longue marche 1974 ©VB

Parfois , l’art se porte à même le corps  . Ainsi , le Bliss( Reality Check) 2017 , performance imaginée par l’américaine native de Chicago Donna Huanca ( 1980) , présente deux jeunes femmes entièrement peintes de pigments naturels multicolores- une autre idée du vêtement – évoluant durant toute  l’exposition aux sons émis autour d’elles entre deux sculptures à leur hauteur ( Peres Projects).

Art Basel Unlimited 2017 Donna Huanca Bliss 2017Photo VB
Art Basel Unlimited 2017 Donna Huanca Bliss 2017©VB

Autre tableau vivant , celui de John Baldessari ( 1931) , Ear Sofa ; Nose Sconces with Flowers 2009-2017 , une jeune femme aux allures de Marilyn et son toutou blanc se prélassant lascivement sur un canapé en forme d’oreille- référence au monde surrealiste de Dali- posé entre deux appliques murales servant de vases à fleurs. Le caniche et la  jolie dame qui semblent s’ennuyer ferme dans leur salon hollywoodien , mis en scène par l’américain John Baldessari installé à Santa Monica, ont eu leur petit succcès auprès du public. ( John Baldessari est représenté par Marian Goodman Gallery et Sprüth Magers).

Art Unlimited 2017 John Baldessari©VB
Art Unlimited 2017 John Baldessari©VB

Markus Schinwald (1973 ) vit et travaille à Vienne. Il s’intéresse au corps, à ses métamorphoses et à ses artifices. Son travail  (films, photographies, installations, peintures et dessins), empruntant aux univers du spectacle – danse, performance, opéra, cinéma ou mode –, met en scène des corps humains manipulés ou prolongés par des extensions physiques ou prothèses mécaniques. Chacune de ses Maschine utilise des mécanismes horlogers , c’est le passage du visiteur qui en déclenche le mouvement.Les cadres en 3D encadrent les poupées articulées faites de bois. Le travail de Schinwald reconfigure le dialogue entre l’objet et le corps, le corps et l’espace entraînant le regardeur dans un univers désorientant surrealiste.( Markus Schinwald est représenté parla galerie Thaddaeus Ropac)

Art Unlimited 2017 Markus Schinwald.Maschine 2016/2017 PhotoVB
Art Unlimited 2017 Markus Schinwald.Maschine 2016/2017 ©VB

Ode to Santos Dumont (2015) . Sur un cercle de 1800 mètres de circonférence, le dirigeable de Chris Burden, conçu en collaboration avec l’ingènieur John Biggs. Le ballon gonflé à l’hélium est  inspiré de celui qui a volé autour de la tour Eiffel en 1901.Il est montré pour la première fois en dehors des Etats-Unis.( Chris Burden est représenté par la galerie Gagosian).

Song Dong( 1966) , est un artiste chinois  né à Pékin, actif dans la sculpture , les installations , la performance, la photographie et la video . Il s’interesse en particulier à la transformation de l’environnement urbain et l’impermanence du changement et plus généralement à la notion de l’éphémère . Song a reçu en 2000 une bourse de l’Unesco et a remporté en 2006 le Grand Prix de la Biennale de Gwanju en Corée du Sud. Son Jardin Do nothing 2012 a été présenté à la Documenta Kassel. L’oeuvre présentée à Art Unlimited Through the Wall (2016), n’est pas un  magasin de luminaires contrairement à l’impression qu’il donne. De l’extèrieur , l’espace est tapissé de vitres multicolores tandis qu’ à l’intèrieur , un jeu de lumières démultiplié par des miroirs envahissant  les parois, le sol et le plafond , produisent une confusion entre le réel et le virtuel en otant toute limite à l’espace . Le tout est fabriqué de fenêtres et portes récupérées dans des maisons de Pékin. (Song Dong est représenté par la galerie Pace)

Art Unlimited 2017 Song Dong's Through the Wall 2016Phto VB
Art Unlimited 2017 Song Dong’s Through the Wall 2016 ©VB

Skylark, une pièce de la genevoise Sylvie Fleury( 1961) , revival d’une exposition de 1993 où l’artiste avait fait sensation en exposant une Buick de 1967  dans une galerie. Mais avec le maquillage écrasé sur la route, le foulard abandonné sur le siège, et autres détails signifiants, c’est toute une réflexion sur les femmes et la voiture qui surgit. Depuis les années 80 , Sylvie Fleury utilise la video , le sculpture , les intallations et les performances pour questionner les relations entre art et consommation ou entre masculinité et féminité . Sylvie Fleury est une artiste autodidacte qui a commencé sa carrière comme assistante de John M Armleder et Olivier Mosset .L’artiste s’attache à croiser art et subcultures , comme la mode que l’on croise peu dans les galeries et musées. La voiture , symbole machiste par excellence devient accessoire féminin par la présence du make-up déposé à ses pieds.(Sylvie Fleury est représentée par les galeries Mehdi chouakri, Karma International, Thaddaeus Ropac et salon 94)

Art Unlimited Basel 2017 Sylvie Fleury Skylark 1992©VB
Art Unlimited Basel 2017 Sylvie Fleury Skylark 1992©VB

La monumentale installation de l’américain Nick Cave ( 1959) Speak Louder 2011 nous parle .Sept personnages en costume couleur acier brodé d’une multitude de boutons en conversation muette dont les têtes sont en  forme de porte-voix et invoquent le sujet favori de l’artiste : si tu veux être entendu , parle plus fort! L’ensemble réfère aux processions funéraires silencieuses des Jazz bands de la Nouvelle-Orleans  .( Nick Cave est représenté par la galerie Jack Shainman)

Art Basel Unlimited 2017 Nick Cave Speak Louder 2011 Photo VB
Art Basel Unlimited 2017 Nick Cave Speak Louder 2011©VB
Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Facebook
Google+
Google+
https://www.baleenfrancais.ch/2017/06/art-basel-unlimited-2017">
LinkedIn
Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton back to top