Sofia Hulten au Musée Tinguely

Sofia Hulten Lisa Anette Ahlers commissaire Musée Tinguely Photo VB

VISITE guidée en Français avec l’Alliance Française de Bâle mercredi 28 mars 2018 à 15h avec Laura Haak

nscription indispensable auprès de Richard Mansour : +41 61 421 1338, r.mansour@breitband.ch

Prix : CHF 10.-/15.- non membres. Se munir de son billet d’entrée. Museumspass accepté .

Sofia Hultén Here’s the Answer, What’s the Question? du 24 janvier au 1er mai 2018 au Musée Tinguely

Sofia Hulten Musée Tinguely Photo VB
Sofia Hulten Musée Tinguely©VB

La première exposition de 2018 au Musée Tinguely sera consacrée à des sculptures, installations et vidéos de l’artiste berlinoise Sofia Hultén (née en 1972 à Stockholm). Les œuvres de Sofia Hultén trouvent leur commencement dans des objets trouvés – objets utilitaires quelconques ou matériaux de bricolage. Par des manipulations méthodiques, frôlant parfois l’absurde, elle étudie ainsi les choses marquées par une vie antérieure ou les remanie dans des arrangements nouveaux.

Comme on cherche toujours quelque chose de familier dans le travail des artistes quand la compréhension n’est pas immédiate – souvent autant dire – ,  ici , tout rappelant vaguement quelque chose de connu  , nous voilà soulagés puisque Sofia Hulten joue avec les trucs les plus banals du quotidien , genre le contenu d’un container  berlinois (Immovable Object/Unstoppable Force 2012) qu’elle vide et reremplit à l’envi , pour voir ce que ça fait – comme quand on était môme – , là trône une étagère emplie d’un bric-à-brac d’outils extirpés d’une cave ; en face , un ensemble de panneaux métalliques perforés qui ont l’air d’ avoir été arrachés directement du mur d’un établi de garage et dont l’alignement m’évoque le petit train des rébus qui passait en guise d’interlude à la télé quand j’étais gamine – oui , ça remonte – . Les plaques sont présentées comme une succession de tableaux qui ont l’air identiques mais ne le sont pas , Pattern Recognition depuis 2016 , qui s’affichent comme les tests de QI  qu’on nous faisait faire à l’école pour tout expliquer et qui n’expliquent rien finalement . Le tout rend un effet esthétique indéniable justifié par la seule répétition . Sofia Hulten y fait ici référence à la publication éponyme de 1967  de l’informaticien russe Mikhaïl Bongard dans lequel il reproduit des diagrammes développés comme procédés de vérification pour les machines intelligentes.

Sofia Hulten Pattern Recognaition 2017 Photo VB
Sofia Hulten Pattern Recognaition 2017©VB

Du mystère des objets ou comment c’était avant ?

Sofia Hulten Statik Elastik detail 2012-2017 Photo VB
Sofia Hulten Statik Elastik detail 2012-2017©VB

 

Sofia Hulten fait ce que nous rêvions tous de faire enfant , puis on oublie : regarder comment sont faites les choses , comment elles étaient au début de leur vie , comment elles se transforment . Ses interventions en apparence minimes touchent au passé (présumé), à la vétusté et à la dégradation d’un objet et brouillent la chronologie de ces différentes phases. Avec une précision scrupuleuse, l’artiste reconstitue ainsi les traces d’usure d’une commode en mauvais état ou déchiquette de vieux panneaux de bois aggloméré pour leur redonner ensuite leur forme d’origine ( Mutual Anihilation 2008). Ou encore, avec les éléments tels que l’on pourrait les rencontrer lors d’un match de tennis, elle recrée une situation identique en bordure du terrain pour voir comment il aurait pu en aller autrement. Les décalages auxquels elle soumet les choses s’inspirent parfois des idées imaginaires de la science-fiction, mais renvoient plus souvent encore à des notions de philosophie ou de physique quantique, mettant en question la nature linéaire et constante du temps et de la matière.

La revanche des petits riens

Dans les mains de Sofia Hultén, des objets banals – une tasse ébréchée, le contenu d’une boîte à outils, un store recouvert de graffitis, un tas de crics usagés – sont autant de questions cruciales posées à un monde matériel qui pourrait bien être moins stable qu’il n’y paraît. Ce jeu avec l’espace et le temps n’est jamais dépourvu d’(auto)ironie et, par ses implications presque mégalomanes, il fait preuve non seulement d’un sens du rythme et de la poésie mais aussi d’un humour absurde. Sensibles aux détails et à ce qu’il y a de grandiose dans l’anodin, les œuvres de Sofia Hultén sont une incitation à s’intéresser de plus près aux choses auxquelles nous ne prêtons guère attention, mais qui marquent pourtant bien notre quotidien. Parfois , bouleverser le sens chronologique d’une action force à se concentrer sur la chose en question , démonstration faite par la video dans laquelle Sofia mange une pomme dans son sac poubelle puis la nettoie , de petits désordres salutaires et drôlatiques ( Nonsequences 2013-2014) que l’on retrouve aussi dans le montage History in Imaginary Time (2012) dans lequel l’artiste s’amuse en permutant l’accrochage d’objets sur un grillage , à destabiliser le regard et créer la surprise.

 

Here’s the Answer, What’s the Question ? est la plus grande exposition personnelle consacrée jusqu’ici aux œuvres de Sofia Hultén ; elle est réalisée en coopération avec la Ikon Gallery, Birmingham (13 septembre-26 novembre 2017).

À l’occasion de cette exposition, la Ikon Gallery et le Musée Tinguely publient conjointement un catalogue, préfacé par Jonathan Watkins et Roland Wetzel, avec des contributions de Lisa Anette Ahlers, Chris Sharp, James Langdon et Sofia Hultén. Sofia Hultén. Here’s the Answer, What’s the Question ?, Birmingham/Bâle, 2017, 128 p., anglais/allemand, 28 CHF, ISBN 978-1-911155-12-6.

 MUSEE TINGUELY

[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton back to top