Clôture de la 35ème édition du Forum du Livre de Saint-Louis

Patrice Lecomte Forum du Livre saint-Louis 2018 ©VB

La 35e édition du Forum du Livre de Saint-Louis a mis la Suisse à l’honneur

Cette année , comme Joséphine Baker , nous avions deux amours : notre pays et la Suisse ; il a fallu choisir parmi les auteurs suisses présents au Forum et comme ma connaissance de la littérature suisse est assez misérable , j’étais tout à fait libre et non perturbée par quelque préjugé sans interêt ; je me suis donc concentrée sur deux auteurs vaudois  : Marc Voltenauer et Pascale Kramer .

Marc Voltenauer , l’auteur de polar qui venait du froid 

Marc Voltenauer Forum du Livre Saint-Louis 2018©VB
Marc Voltenauer Forum du Livre Saint-Louis 2018©VB

2 ou 3 choses que l’on apprend de lui : l’auteur de ” Qui a tué Heidi ? ” , 4 ème opus des aventures de l’inspecteur Andreas Auer , n’est pas seulement suisse . Suedois par sa mère , l’atmosphère glaçante et brumeuse des polars scandinaves  dévorés  au cours des années , a largement nourri son imaginaire avant de le nourrir lui-même . Pourtant , Marc ne situe pas ses intrigues en Suède mais bien chez lui , dans le petit village de Gryon ( à quelques kilomètres de Villars sur Ollon pour les skieurs, 40 minutes de Montreux, 30 minutes de Martigny), tellement ancré dans son coeur qu’il aurait aussi bien pu se lancer dans un guide touristique à l’attention des amoureux de la montagne , un choix un  peu moins palpitant peut-être  , mais surtout celui de son compagnon Benjamin qui lui a fait découvrir et aimer cette région il y a quelques années . 

Marc Voltenauer , on l’aura compris , n’a pas érigé  de mur étanche entre sa vie privée et sa vie d’écrivain : son inspecteur porte son nom  ou presque,  Gryon est devenu un personnage à part entière de ses romans même si le tueur embarque son monde ailleurs en Suisse ou à Berlin par exemple ,  et puis vous retrouverez Benjamin sous d’autres traîts au fil des pages .

Mais  que faisait Marc Voltenauer avant de produire de l’angoisse en masse et en version brochée ?  

Et d’expliquer : ” certainement , le fait que  mon grand-père était pasteur d’une église lutherienne en Suède , m’a influencé assez jeune – 12 ans – dans la détermination d’embrasser la même profession , j’ai d’ailleurs étudié par la suite la théologie à Genève ;  finalement , j’ai changé d’orientation  pour travailler 8 ans aux ressources humaines d’une banque genevoise ; comme je n’y étais pas vraiment heureux , j’ai abandonné ce métier pour partir faire le tour du monde durant une année . Cela a été le déclencheur  , j’ai commencé à décortiquer l’architecture des polars des auteurs scandinaves que j’avais l’habitude de lire comme Camilla Läckberg ou Henning Mankell , en me disant que ce serait super de monter une intrigue policière , comme je l’avais vu dans les séries télévisées de ma jeunesse , Derrick ou Starsky et Hutch , puis je m’y suis mis au retour de notre voyage autour du monde avec Benjamin”.

La thématique du Dragon du Muveran rappelle un peu celle des Rivières Pourpres de Matthieu Kassovitz , du coup , comme Marc Voltenauer construit ses polars à la façon d’un story board  et prépare ses personnages méthode Actors Studio , envisagerait-il de voir ses romans adaptés au cinéma ? Pourquoi pas , il y a un projet pour le Dragon . L’approche de l’écrivain peut être comparable à celle du cinéaste : ” on doit être très attentif dans les deux cas ,  il faut pouvoir habiter aussi bien le narrateur que l’ assassin ou sa victime  et faire les vérifications d’usage pour garantir la véracité du récit . Ainsi , je fréquente régulièrement un médecin légiste , je me suis rendu dans des prisons et je passerai bientôt un peu de temps en compagnie d’un psychiatre car le personnage central de mon prochain polar est schizophrène”.

Lorsqu’on interroge Marc Voltenauer sur la part intuitive de son écriture , il précise avec sincérité  : “  la creativité se travaille , il faut nourrir la reflexion . ” Il nous reste à attendre la sortie du prochain polar à présent que le temps lui est totalement rendu ayant remis son tablier à l’entreprise pharmaceutique Galenica pour laquelle il travaillait jusqu’à …la semaine dernière.

Je vous conseille de vous rendre sur le site de Marc Voltenauer qui vous donnera peut-être RV , si son emploi du temps d’auteur successful le lui permet , sur les traces du Dragon et de Heidi  en compagnie de l’inspecteur Andreas Auer et de la guide de montagne Mireille Chaperon ( dont j’ai moi-même testé les compétences , allez-y les yeux fermés – ne me prenez pas au pied de la lettre , Mireille connaît des spots dont vous vous souviendrez toujours- ) pour une randonnée dans les alpages.

L’écrivaine suisse Pascale Kramer : leçon d’empathie

“C’est  notre réalité humaine qui m’intéresse et faire un tout petit peu ma part .”

Pascale Kramer Forum du Livre Saint-Louis 2018©VB
Pascale Kramer Forum du Livre Saint-Louis 2018©VB

En conversant avec Pascale Kramer , je comprends mieux d’où lui a été inspiré le thème de son dernier livre présenté au Forum de Saint-Louis  , ” Une famille ” . Pascale Kramer tout comme Marc Voltenauer , plonge dans les histoires qu’elle raconte , rencontre les hommes ou les femmes  en souffrance qu’elle ne voyait que de loin . Elle écrit depuis 25 ans et publie son 14 ème roman ; en 2017 , elle reçoit le Grand prix suisse de littérature pour l’ensemble de son oeuvre  , retour des choses bien mérité car la genevoise n’a pas son pareil pour relater la vraie vie des vrais gens désespérés, maltraîtés par notre déshumanité , laissés pour compte de la société indifférente , ou simplement victimes passives de leur triste et fatal destin d’humain mortel, c’est selon . La vie est parsemée de chocs prévisibles ou non , mort ( Les Vivants ) , séparation , maladie , déviance sexuelle ( Gloria )chômage , les engrenages inévitables ( l’Adieu au Nord ou les mécanismes de l’échec ), naissance ( l‘Implacable brutalité du réveil )… Tout cela construit et disloque notre existence jusqu’à laisser place à un champs de ruines ravageur d’où certains n’émergeront jamais .

Pascale Kramer sait toujours exactement de quoi elle parle quand il s’agit de decrypter la misère humaine et la façon dont elle peut s’insinuer sournoisement dans nos vies . Avoir étudié les Lettres à Lausanne  et travaillé dans la pub , ne l’a pas empêchée de décliner les mots solidarité et compassion à la première personne . Pour preuve ,  en 2017 , elle publie Chronique d’un lieu en partage qui raconte l’histoire vraie de l’Ancien Carmel de Condom  près de Toulouse où des personnes sorties de prison, d’autres en errance, des artistes, des retraités, des woofers, des sans-domicile fixe, des pèlerins en escale vers Saint-Jacques-de-Compostelle, retrouvent  sous le même toit un peu de sens et de douceur à leur vie . Pascale Kramer ne s’est pas toujours contentée d’écrire , elle raconte ainsi comme elle a passé un an et demi dans un foyer pour SDF où l’un des plus grands chocs fut de constater l’alcoolisme dément qui fait office de way of life . “Ce que nous pouvons leur apporter , c’est seulement un îlot d’apaisement ( terme choisi  par son ami le psychiatre et poete congolais Gabriel O Kingi )  à défaut de la promesse d’une nouvelle vie “.

Depuis 1996 , Pascale Kramer ne travaille plus pour les agences , elle est installée à son compte à Paris et fournit des traductions anglais / allemand vers le français pour des ONG , notamment le Secours Catholique avec lequel elle reste très liée ( ” Je continue à passer mes reveillons dans les foyers du Secours “) et participe à un projet très ambitieux de transformation de société. Apprenons au passage que le Secours Catholique accompagne 1,5 million de personnes  . Depuis 2010 , elle est aussi Co-programmatrice  avec Boniface Mongo-Mboussa, écrivain et critique littéraire congolais,  du Salon africain du livre de Genève et programmatrice du Festival de films documentaires « Enfances dans le monde ».

Fabien Lecoeuvre réunit des amoureux de Paris : Patrice Lecomte , Clara Garate et Damien Jouillerot

” Savoir regarder, flâner, s’émerveiller , s’attacher à des détails. Savoir vivre à Paris avec l’oeil ouvert! Patrice Lecomte 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je l’avoue , difficile de ne pas m’intéresser à ces trois artistes , mon amour filial pour Paris n’a pas résisté longtemps et j’ai eu beaucoup de chance , j’envisage même de remercier la SNCF d’avoir mis les invités du Forum de Saint-Louis en difficulté , car si tous les trains avaient circulé , je n’aurais probablement pas traversé la rue pour les écouter en sortant de la conférence de Robert Kopp .

Clara Garate et Patrice Lecomte ( non , il n’y aura pas de Bronzés 4 , mais , il n’y en avait pas non plus de 3 ni de 2 en projet ) ont commis un ouvrage précieux à 4 mains, ils se connaissent depuis belle lurette car ils viennent de Tours tous deux où ils avaient le même prof de maths ! Objectif du tandem  , redonner à Paris la place qu’elle n’aurait jamais du quitter , la première ! ( blague à l’attention de mes amis suisses qui ont beaucoup d’humour , surtout au moment du Fasnacht , et qui nous trouvent très arrogants ) Revoir Paris ! Belle chanson de Trenet et bonne idée développée en couleurs par Claire Garate et sous-titrée d’anecdotes liées aux lieux que vous découvrirez au fil du recueil ; je vous en livre une seule : le magnifique  pont Alexandre III résiste aux éléments grâce à un nombre de rivets approchant le million ; à 250€ pièce , l’industriel a fait fortune et est parti s’installer aux Bahamas …se la couler douce ! Patrice Lecomte a écrit 100 textes pour illustrer les clichés de Claire , un deuxième tome sortira donc cet automne . En attendant , régalons-nous de son dictionnaire de ma vie qui ne contient aucun mensonge , c’est l’auteur lui-même qui l’assure. Price Lecomte a travaillé pour Pilote 6 ans et a fait plein d’autres choses mais ayant été très attachée au journal Pilote , je le cite seul , feuilletez donc son dictionnaire pour une vision moins étroite. Voici le A:

A comme acteurs : ” si on aime les gens , ils vous donnent le meilleur . “PL

Vous connaissez Damien Jouillerot ? Damien est comédien , nous l’avions découvert aux côtés de Gérard Jugnot dans l’excellent Monsieur Batignole ; aujourd’hui , Damien , qui rêvait de devenir dessinateur doit être heureux car Wikipedia le cite d’abord comme dessinateur avant acteur , c’est dire le chemin parcouru . Il raconte toutefois qu’il est un acteur heureux car son physique lui permet de se présenter pour des rôles naviguant entre 10 et 25 ans , alors que l’heureux papa de 2 enfants  en a 33 .On l’envie bien sur . Il travaille sous la direction de Jean Becker (Effroyables Jardins), Alain Chabat (RRRrrrr!!!) ou Michael Haneke(Amour). Des films qui lui permettent de croiser des vedettes comme Jacques Villeret, André Dussollier, Gérard Depardieu, Jean Rochefort, Jean-Louis Trintignant, Emmanuelle Riva et Isabelle Huppert.

C’est seulement en  2016, sous le pseudonyme de Gibus, qu’il publie un livre “Les crobards d’amour” aux éditions Akinomé, un recueil de 200 de ses plus beaux croquis ayant pour fil rouge l’amour. En mai 2017, toujours sous sous le pseudo de Gibus, sort son deuxième livre : “Paname d’amour”, cette fois ci, c’est un hommage à la ville de Paris, toujours en “crobards” bien entendu.

Faisons fonctionner notre cerveau , il nous en restera toujours quelque chose . Fabien Olicard , avec qui j’ai échangé quelques paroles à propos de la page 113  Pour tout retenir , a bien ri , mais seulement après sa conversation  avec un fan qui ne comprenait pas pourquoi il n’avait pas pris le temps de visiter Bâle  et a insisté plutôt longuement avec assez peu d’arguments . Je n’ai pas demandé de dédicace car je n’avais pris aucun des 2 exemplaires que j’avais achetés à mon fils à 2 semaines d’intervalle ! Eh oui , la mémoire n’est plus ce qu’elle était mais j’ai décidé d’apprendre Mon cerveau est extraordinaire par coeur jusqu’à ce mort s’en suive, ce qui n’arrivera pas – enfin pas tout de suite – car Fabien Olicard est magicien , donc tout peut arriver  ! Fabien Olicard sera à l’Olympia le 22 septembre  , demandez-lui une nouvelle cervelle , il vous dira Voui !

Fabien Olicard Forum du Livre saint-Louis 2018 ©VB
Fabien Olicard Forum du Livre saint-Louis 2018 ©VB

FORUM DU LIVRE DE SAINT-LOUIS 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Facebook
Google+
Google+
https://www.baleenfrancais.ch/2018/04/cloture-de-la-35eme-edition-du-forum-du-livre-de-saint-louis">
LinkedIn
Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton back to top