Eric Bibb au Jazzfestival de Bâle

Eric Bibb Jazz Festival Bâle 2018©VB

Eric Bibb ou le Blues des peuples au Volkshaus à Bâle

Diffusion du concert sur Radio SRF-2 : 27 juillet 2018, 22 h.

Eric Bibb (chant, guitare, banjo)
Michael Jerome Browne (guitare, violon, mandoline, mandoline, triangle cajun)

Eric Bibb Jazz Festival Bâle 2018©VB
Eric Bibb Jazz Festival Bâle 2018©VB

Le charismatique Eric Bibb chante le blues du sud comme personne ; il raconte des histoires du Mississsipi , de Bamako ou de la Havanne qui déchirent le coeur en gardant aux lèvres un sourire bienveillant et son panama cubain sur la tête , même pour entonner a capella un hymne aux réfugiés du monde en mal de patrie . Le TIMES a dit un jour qu’il avait une voix pour laquelle il valait la peine de mourir. Comme c’est vrai : la voix douce et veloutée envoûte tous ceux qui ont déjà vu en direct le musicien exceptionnel Eric Bibb, né en 1951. Il est un maître absolu dans la construction du suspense et le maintien du suspense toute la nuit. Et presque personne ne sait comment réunir le folk, le blues, le gospel et le songwriting d’une manière aussi sensible et très indépendante que lui. Son charisme positif est irrésistible – surtout sur scène, mais aussi sur le nouveau CD !

Eric Bibb a été influencé par le blues et la musique folklorique dans sa jeunesse et a travaillé avec de grands musiciens tels que Ray Charles, John Mayall, Bonnie Raitt, Charlie Musselwhite et Taj Mahal tout au long de sa carrière. Dans son nouveau travail, il aborde un sujet qui touche actuellement les gens. Comme le titre “Migration Blues” le suggère, il est préoccupé par les réfugiés et les raisons de leur fuite. Citation d’Eric Bibb : “Avec cet album, je veux nous encourager à ouvrir nos esprits et nos cœurs à la situation critique des réfugiés partout dans le monde. Comme le montre l’histoire, nous descendons tous de gens qui ont dû partir à un moment donné.” Ses chansons parlent de la vie simple dans le Delta (“Diego’s Blues”) et de l’évasion et de l’expulsion (“Delta Getaway”, “Four Years, No Rain“, une chanson qui, selon Bibb lui-même, va droit au but), à partir des années 1920, quand, en raison de difficultés économiques, les gens des États pauvres du Sud ont émigré vers le nord des États-Unis, plus riche, à la recherche d’une vie meilleure, jusqu’aux réfugiés en bateau d’aujourd’hui (“Prayin’ For Shore”). L’ensemble du CD est très réservé et arrangé de manière très sensible avec des instruments à cordes acoustiques, la voix de Bibb et sa technique de fingerpicking en font toute la spécificité .

Conseils pour CD
Eric Bibb : “Migration Blues”, 2017

“L’homme le plus heureux du monde”, 2016

Commanditaire de nuit

ERIC BIBB

Jazzfestival Basel

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire