Parcours autour d’Art Basel 2018

Art Basel 2018 focus

Art Parcours : autant le dire , la déception domine !

Art Basel Parcours 2018 Tino Seghal ©VB
Art Basel Parcours 2018 Tino Seghal ©VB

Tino Seghal a investi le centre de la place de la Cathédrale avec une proposition vivante qui a le mérite de la surprise : on entre demander un renseignement sur le déroulement de la Parcours Night et l’interlocuteur chute brutalement au milieu d’une phrase . Ce qui retient d’appeler du secours , c’est que le performer parle – il n’est donc pas mort – et même récite un texte littéraire qu’on distingue avec effort .  Parmi le public , on repère les courageux qui quittent immédiatement la pièce sans écouter le texte dans un élan spontané signifiant ” je ne m’en mêle pas , ce n’est pas mon affaire “ Les acteurs se produisent également à la Fondation Beyeler , où ils peuvent entonner une chanson de Stevie Wonder .

Samuel Leuenberger a selectionné cette année  23 œuvres d’art spécifiques au site présentées classiquement sur Münsterplatz et dans tout le centre historique de Bâle . Pour Parcours , il faut choisir un sens : première halte au Haus zum Kirschgarten , dépendance du Musée Historique de Bâle , pour y découvrir les sculptures charcutières de Marina Pinsky, Meat Strand ; passons notre chemin pour nous rendre à l’Antiken Museum , belle occasion d’admirer une nouvelle fois les vases de la Grèce Antique , véritable consolation après le passage de la pierre suspendue d’ Elmgreen & Dragset , sorte de bloc de stuc à l’allure de menhir mal degrossi. Nous n’avons pas vu la femme-ruche de Pierre Huyghe – Exomind (Deep Water)’ (2017) – pour cause d’obscurité ambiante , l’artiste ayant décidé de ne pas éclairer son oeuvre à la nuit tombée . Par contre , impossible de louper les discussions et autres chants ou cris de foule sortant des plaques d’égout en arrivant sur Münsterplatz ,  10 systèmes de sonorisation dans toute l’agglomération bâloise, dans les égouts, imaginés par Hannah Weinberger. Un peu plus d’interêt du côté du cloître de la Cathédrale avec les corps gracieusement étirés aux couleurs flashy de l’allemand Georg Herold qui travaille  dans la sculpture , l’ installation , la peinture , la photographie et l’ art vidéo . Georg Herold vit et travaille à Köln .

Art Basel 2018 Parcours Georg Herold ©VB
Art Basel 2018 Parcours Georg Herold ©VB

 Le Naturhistorisches Museum  présente un travail du Hollandais Mark Manders Falling Dictionary. Nombreuses furent les performances en direct le samedi soir  , à condition d’être sur place tôt dans la soirée  : Keren Cytter, Jean-Pascal Flavien, Ad Minoliti, Venuri Perera et Luke Willis Thompson. De plus, Thomas Struth s’engage à présenter deux performances musicales de Maurizio Grandinetti et Walter Fähndrich.

Art Basel Parcours 2018 Paloma Varga Weisz Haus zum Kirschgarten©VB
Art Basel Parcours 2018 Paloma Varga Weisz Haus zum Kirschgarten©VB

Acheter Damien Hirst avant de visiter Liste 2018 installée à Warteck depuis belle-lurette, 23 ans exactement.

Jeremie Jean Ferdinand Maret Proposal Galerie ©VB
Jeremie Jean Ferdinand Maret Proposal Galerie ©VB

Le bâlois Jeremie Jean-Ferdinand Maret ne manque pas d’humour mais  qu’ on ne s’y trompe pas . Il ne s’est pas propulsé dans le monde de l’art par hasard . Après  avoir fréquenté une école d’art de Zürich et s’être frotté aux grosses galeries avec lesquelles il a travaillé pendant 6 ans , il a finalement monté la  sienne  The Proposal à Zürich et grand bien lui en a fait puisqu’il a été remarqué jusqu’à obtenir une résidence au Swatch Art Peace Hotel à Shangaï. C’est son TOO FAT TO FAIL une création de 2011  ,  bibendum XXL  hommage à l’homme le plus gros du monde , le mexicain  Manuel Uribe – 597 kg Guiness record 2008 –  qui lui a servi de tremplin et accueille le visiteur façon Cerbère obèse à l’entrée de la Burgweg avant Warteck . Une fois que l’on a reussi à détacher son regard du monstre emballonné , impossible d’ignorer l’appel à la midinette qui squatte au fond de mon cerveau : un Damien Hirst à CHF 500 ? Pas possible , j’y vais !

Bon , je n’aime ni les vaches saucissonnées ni les armoires à pharmacie de Damien Hirst et j’ai frôlé l’indigestion à la Biennale de Venise l’an passé en parcourant les salles consacrées à son faux trésor certes bien documenté Treasures from the Wreck of the Unbelivable   , mais si je lis son admiration pour Bacon , « Celui après qui la peinture s’est arrêtée», selon lui , je veux bien m’y interesser .

Jeremie Jean Ferdinand Maret Proposal Galerie ©VB
Jeremie Jean Ferdinand Maret Proposal Galerie ©VB

Comment c’est arrivé ? En 2008 , Damien Hirst fait parler de lui très fort , en proposant 223 oeuvres personnelles aux enchères chez Sotheby’s Londres ; le golden boy de l’art contemporain en attend entre 31 et 50 millions d’€ . D’après ce que je comprends , et en vertu du principe de transitivité , Damien Hirst est riche , très riche , et malin , très malin . Vendre des représentations de Hirst, fussent-elles certifiées made in China , présente toutes les chances d’enrichir le très malin fondateur de la Galerie Proposal .

Le jour où je rencontre Jeremie Jean-Ferdinand Maret , il confie avoir empoché 135 fois 500 CHF grâce au crowdfounding qu’il a lancé sur son effigie en cire de Hirst – tête de Damien , corps de Jeremie –  , un petit bijou de kitcherie qui fera très bien dans vos toilettes , affirme le patron de la galerie près à remettre ça avec l’incontournable Koons et ses célébrissimes chiens décoratifs. On patiente !

En attendant , Jeremie Jean-Ferdinand Maret a l’ambition de devenir le plus grand vendeur d’Hirst au monde!

www.damienhirst.sale

 

Print Friendly, PDF & Email
[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton back to top