Musée Würth Erstein Namibia

Musée Würth Exposition Namibia©VB

Magnifique ! L’EXPOSITION NAMIBIA. L’art d’une jeune GéNérATION au Musée Würth d’Erstein du 28 septembre 2018 au 29 mai 2019.

NAMIBIA. L’art d’une jeune GéNérATION (collection Würth et prêts) propose de découvrir les œuvres d’une quarantaine d’artistes contemporains qui vivent et travaillent en Namibie. L’exposition, rassemblant 150 œuvres, dresse le portrait d’une scène artistique féconde et créative, celle d’une jeune nation profondément marquée par son indépendance en 1990.

La notion de jeune génération évoque l’existence de deux ensembles d’artistes : une génération née peu avant l’indépendance, partageant une appartenance historique, sociale et politique commune et une génération plus ancienne d’artistes ayant vécu sous l’occupation sud- africaine et l’apartheid, qui explore aujourd’hui les profondes mutations de leur nation émergente. Entre ces deux ensembles se trouve une génération dite « intermédiaire », essentielle à l’équilibre nouveau de deux époques discordantes et jouant le rôle de vecteur entre la période pré et post-indépendance.

Namibia Elvis Garoeb Small Dog 2016 Coll Würth ©VB
Namibia Elvis Garoeb Small Dog 2016 Coll Würth ©VB

Si plusieurs artistes posent leur regard sur le passé (Margaret Courtney- Clarke, Nicola Brandt) et s’efforcent de représenter les derniers vestiges d’une identité menacée, l’indépendance du pays a également fait émerger de nouvelles problématiques comme la surconsommation (Fillipus Sheehama, Ismael Shivute), les inégalités sociales (Elvis Garoeb, Ilovu Homateni) ou encore la communication (Alpheus Mvula, Urte R. Remmert). Partagés entre le souvenir de leur héritage culturel et l’actuelle réalité sociale, politique et économique, les artistes contemporains namibiens offrent une vision singulière de leur pays.

Diverses techniques figurent dans l’exposition : le dessin, la peinture, la photographie, mais aussi des formes d’expressions plus artisanales comme le matelassage ou plus actuelles telles que le recyclage. À noter également un intérêt particulier pour les techniques de reproduction comme la linogravure et la flexographie, ainsi que la présence d’œuvres plus conséquentes en trois dimensions utilisant la pierre, le sable, le fer, le bois ou la cire. Une variété de techniques qui traverse les générations, reflétant une création namibienne riche et prolifique.L’exposition NAMIBIA propose une approche de la Namibie, à mi-chemin entre conventions traditionnelles et explorations contemporaines.

David Linus Namibian Ministries 2014 Coll Würth©VB
David Linus Namibian Ministries 2014 Coll Würth©VB

EXTRAITS DU CATALOGUE : La première exposition NAMIBIA. L’art d’une jeune GéNérATION a eu lieu en 2016 au Museum Würth à Künzelsau (D).

L’art namibien par Reinhold Würth

Depuis des décennies, je retourne régulièrement en Namibie avec ma famille, non seulement pour ses traditions, mais aussi et surtout pour la diversité de sa faune et de sa flore, la puissance originelle et grandiose de ses paysages et, bien évidemment, la chaleureuse hospitalité des Namibiens. Alors que le régime de l’apartheid vivait ses dernières heures en Afrique du Sud, Windhoek était devenu le terminus de toutes les lignes aériennes régulières européennes vers l’Afrique australe. Il m’est aussi souvent arrivé d’atterrir avec mon propre appareil à Windhoek, à Swakopmund et dans d’autres petits aérodromes de Namibie. Nous avons parcouru le pays de long en large sur des milliers de kilomètres, à travers le désert du Namib, passant de nombreux cols jusqu’au plateau d’Etosha. […]

Tuaouisiua Katuuo 25 ans plus tard Coll Würth 2015©VB
Tuaouisiua Katuuo 25 ans plus tard Coll Würth 2015©VB

Naturellement, l’art visuel existe sur ce territoire depuis que les premiers peuples s’y sont installés : je pense en particulier aux nombreuses peintures rupestres encore bien visibles aujourd’hui qui composent la fresque de la Dame blanche, dans les gorges du Tsisab, au coeur du massif du Brandberg, et à celles de Twyfelfontein, pour ne citer que ces exemples. […]

Gisela Farrel Belle Namibie Détail Coll Würth 2014©VB
Gisela Farrel Belle Namibie Détail Coll Würth 2014©VB

[…] Beaucoup de ces créateurs sont autodidactes, quelques-uns sont très certainement influencés par l’histoire de l’art européenne des trente à cinquante dernières années, mais tous font preuve d’une certaine indépendance.

Martha Haufiku Good to have People Detail Coll Würth 2015©VB
Martha Haufiku Good to have People Detail Coll Würth 2015©VB

La formidable abondance de visions artistiques reflète la tradition et la culture très variées des différentes tribus et la diversité des ethnies et représente sans aucun doute un exemple de la façon dont une jeune nation, en faisant preuve d’intelligence, permet à toute la richesse des identités humaines, au-delà de la couleur de peau, des religions et des traditions, de coexister dans la paix, le respect mutuel, la tolérance et la raison pragmatique. […]

L’art d’une jeune GéNérATION par Hercules Viljoen

[…] il est important de tenir compte de la toile de fond de l’évolution de l’art en Namibie et de sa situation actuelle. Avant l’indépendance de la Namibie, John Muafangejo (1943 – 1987) a été le premier et le seul Namibien autochtone à gagner une reconnaissance internationale avec ses linogravures audacieuses.

Les oeuvres de la plupart des artistes reconnus et mis en avant par les galeries d’art dans les années 1980 traitaient quasi exclusivement d’une vision romantique du paysage et de la faune. Muafangejo, la sculptrice Dörte Berner et quelques jeunes universitaires qui enseignaient  à l’époque à l’Academy for Tertiary Education de Windhoek faisaient figure d’exceptions, car leurs oeuvres étaient axées sur les conditions de vie et les questions sociales.

Avec l’indépendance en mars 1990, l’expression artistique est devenue un droit démocratique . Néanmoins, un nouvel élan était nécessaire pour sortir les artistes namibiens de leur isolement et leur ouvrir la voie vers la scène internationale… Quatre ans après l’indépendance et toujours sans école d’art digne de ce nom, les rêves de reconnaissance des artistes namibiens n’étaient toujours pas concrétisés. Le Tulipamwe International Artists’ Workshop se présente alors comme une opportunité de combler cette lacune,  en apportant une nouvelle énergie créative aux Namibiens jusqu’ici isolés politiquement. Anna Kindersley, qui a participé à l’organisation du  premier de ces ateliers en 1994, se souvient :

« Le pays venait d’obtenir son indépendance et de sortir des griffes de l’apartheid, et réunir des artistes  Noirs et Blancs autour d’une même table n’était pas évident  à l’époque. Je me rappelle que la première rencontre entre Hercules Viljoen, Josef Madisia, Ndasuunye Shikongeni, Jo Rogge, François de Necker, Kay Cowley et Ervast Mtota fut assez tendue. (…) c’était très émouvant de voir ces artistes namibiens, qui connaissaient et tenaient mutuellement en estime leurs oeuvres respectives, mais qui pourtant ne s’étaient jamais rencontrés, se saluer mutuellement et travailler ensemble (…). Grâce à Tulipamwe, les Namibiens ont eu la chance de pouvoir participer à des ateliers et des résidences d’artistes sur tout le continent africain et ailleurs ». […]

Lors de la Bank Windhoek Triennial en 2014, le Professeur Reinhold Würth a acquis toute une série d’oeuvres exceptionnelles. Il s’agit en outre d’une formidable opportunité de booster leur introduction progressive sur le marché de l’art à l’échelle mondiale. […]

La notion de « jeune génération » intègre des artistes qui étaient déjà actifs avant l’indépendance,  quel que soit leur âge, qui traitent activement des thématiques personnelles, sociales, politiques, économiques ou spirituelles pertinentes pour la Namibie post-coloniale. Martha Haufiku (sculptrice) et Linda Esbach (créatrice d’ouvrages de matelassage), découvertes sur le tard, méritent particulièrement d’être citées. Esbach a attendu la maturité pour montrer son moyen d’expression par le patchwork ; elle fabrique ses couvertures avec une habileté remarquable, trouvant dans cette forme d’art son épanouissement personnel. […]

CATALOGUE  trilingue Français Anglais Allemand Publication parue dans le cadre de l’exposition NAMIBIE. L’art d’une jeune géNérATION 30€

MUSEE WÜRTH ERSTEIN

PROGRAMMATION CULTURELLE

Dimanche 30 septembre 2018, 16h La Chorale de Namibie ► Chœur namibien

Compagnie Third World Bunfight

Dimanche 07 octobre 2018, 16h Le Musée, sa muse ! ► Théâtre

Compagnie Théâtre Lumière

Spectacle festif et jubilatoire écrit et mis en scène en l’honneur des 10 ans du musée.

Dimanche 28 octobre, 16h Poetry ► Spectacle musical

Thilo Illgner (guitare) et Rob Notes (chant)

Samedi 3 novembre, 20h et Dimanche 4 novembre, 16h Adrien Wild ► Spectacle de magie et illusion

Dimanche 2 décembre, 16h Dave Goodman et Groove Minister ► Concert blues

20 janvier, 16h Blue Stories – Lisa Doby ► Concert jazz soul

3 février, 16h Sap Sap Poussière ► Danse Compagnie TRIO

3 mars, 16h Bernard Hertrich Jazz Quartet ► Concert jazz

31 mars, 16h Gaités Lyriques ► Spectacle opérette

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire