BALE Carl Burckhardt et Sophie Jung au Kunstmuseum et au Gegenwart Museum

Carl Burckhardt sculpture Ruhende Hirtin Détail Kunstmuseum de Bâle Photo VB

Le grand écart : Le Kunstmuseum  présente simultanément deux artistes que tout oppose à part la ville de Bâle . D’une part, au RC du bâtiment principal , le sculpteur figuratif  bâlois Carl Burckhardt disparu en 1923  et inspiré tant par la Rome antique que par de grands noms comme Rodin . D’autre part ,  Sophie Jung , jeune artiste plasticienne luxembourgeoise née en 1982 , dont le travail est tourné davantage vers la performance et l’installation .

Carl Burckhardt Esprit antique – forme moderne du 30 novembre 2018 – au 31 mars 2019, Kunstmuseum Basel | Hauptbau Commissaire : Claudia Blank

Carl Burckhardt Ritter Georg Exposition Kunstmuseum Basel Prêt Kunsthaus ZürichPhoto VB
Carl Burckhardt Ritter Georg Kunstmuseum Basel ©VB

Cet été, le Museo Vincenzo Vela à Ligornetto a consacré une exposition rétrospective à l’œuvre de Carl Burckhardt, artiste bâlois disparu à l’âge de 45 ans des suites d’une pneumonie récurrente . À présent, le Kunstmuseum Basel accueille l’exposition dans une forme légèrement plus circonscrite et axée sur le lien avec la ville de Bâle où Burckhardt fut actif. L’exposition Carl Burckhardt. Esprit antique – forme moderne met en évidence des œuvres de l’artiste qui jalonnent l’itinéraire quotidien des Bâlois, raconte l’histoire de leur création et rend hommage à sa contribution au développement de la sculpture figurative moderne.

Les œuvres de Burckhardt occupent une place importante dans la physionomie de Bâle : l’Amazone à l’entrée de la Mittlere Brücke, les groupes de personnages Rhin et Wiese devant la Badische Bahnhof, Saint Georges en haut de l’escalier surplombant la vieille ville devant le lycée Leonhard. Néanmoins, l’auteur de ces sculptures est presque tombé dans l’oubli – la dernière grande exposition consacrée à l’œuvre de Burckhardt fut organisée en 1978 à la Kunsthalle Basel à l’occasion du centenaire de sa naissance.

L’exposition présentée au rez-de-chaussée du Hauptbau donne à voir l’abondante collection du Kunstmuseum Basel dans les domaines de la sculpture et des arts graphiques. Dix œuvres plastiques et plusieurs travaux sur papier sont présentés aux côtés de prêts en provenance du Kunsthaus Zürich, de l’Antikenmuseum Basel, du Museo Vincenzo Vela à Ligornetto et de collections particulières, ainsi que de documents provenant de la succession de l’artiste aux archives nationales de la ville de Bâle.

L’œuvre de Burckhardt se situe entre un classicisme fortement marqué par l’idéal antique et un langage formel tout à fait singulier. L’artiste s’appuie souvent sur les motifs classiques pour mettre au point de nouvelles solutions formelles réduites, comme en témoignent l’Amazone et les divinités fluviales des sculptures de la fontaine Rhin et Wiese. Ceci est également mis en lumière grâce à la présence dans l’exposition de modèles en plâtre et de deuxièmes fontes des œuvres situées dans l’espace public. Parallèlement à l’évolution artistique, les étapes majeures dans le parcours biographique de Burckhardt sont également évoquées : sa formation de peintre à Munich, son voyage en Italie en compagnie de l’artiste bâlois Heinrich Altherr puis son séjour de plusieurs années dans la ville éternelle, son retour à Bâle et enfin son installation à Ligornetto dans le Tessin, au sud de la Suisse.

L’exposition est accompagnée du catalogue Carl Burckhardt. 1878–1923 sous la direction de Gianna Mina et Tomas Lochman publié aux éditions Christoph Merian Verlag.

L’exposition bénéficie du soutien de : Stiftung für das Kunstmuseum Basel

Sophie Jung The Bigger Sleep – Prix culturel Manor du 1er décembre 2018  au 3 février 2019, Kunstmuseum Basel | Gegenwart Commissaires : Eva Falge, Philipp Selzer

Sophie Jung Gegenwart Museum Basel The biggest Sleep Photo VB
Sophie Jung Gegenwart Museum Basel The biggest Sleep ©VB

Lauréate du Prix culturel Manor, Sophie Jung (née en 1982) présente son travail The Bigger Sleep conçu spécialement pour l’exposition au Kunstmuseum Basel | Gegenwart.

Dans son œuvre, Jung associe performance, sculpture et texte. La plupart du temps, l’artiste élabore ses sculptures à partir de matériaux trouvés dans son quotidien , tels qu’on pourrait les chiner dans des marchés aux puces ou dans des boutiques d’occasion . Elle assemble ce qu’elle a récolté en de nouveaux objets auxquels elle attribue un nouvel horizon d’interprétation. Pour l’exposition au Gegenwart , on circule au RC dans un vaste espace recouvert d’un matèriau réflechissant faisant office de miroir. Sophie Jung y a dispersé soigneusement de nombreux trucs semblant n’avoir aucune relation les uns avec les autres :  une fontaine grotte, des cravates militaires et des chats en peluche , posées comme des sculptures surréelles dont les répétitions et les références croisées interrogent les concepts d’original et de copie, de réalité et de fiction. Ces objets constituent la base et la source d’inspiration des performances de Jung dans lesquelles elle aborde des aspects philosophiques et des problématiques sociales actuelles. Au cœur de son travail figure le rapport à la fois ludique et complexe au langage.

Le titre de l’exposition au Kunstmuseum Basel | Gegenwart renvoie au roman « The Big Sleep » de Raymond Chandler paru en 1939, dont l’adaptation cinématographique de Howard Hawks en 1946, désormais un classique du film noir, décrit les (dés)illusions d’une Amérique plongée dans la dépression à la veille de la guerre. Dans sa performance, Jung emprunte l’atmosphère dissonante et désespérée du roman au moyen de fragments de textes et d’ambiances qu’elle arrange progressivement en des récits burlesques ne semblant obéir à aucune logique. En pointant les sensibilités de la société contemporaine, ses histoires mettent en lumière la dimension théâtrale du réel et l’authenticité du jeu. Dans le même temps, elle s’approprie la nature complexe du langage et propose de nouvelles dimensions de signification grâce à de subtiles variations.

The Big -ger Sleep est une énigme impassible qui ne demande pas à être résolue. Toutefois, son caractère insoluble ne figure pas pour autant une impasse, mais indique plutôt des issues personnalisées et porteuses d’espoir qui – d’après l’artiste – permettent de donner un sens à l’existence dans un monde de miroirs étincelants et fragiles où les apparences sont trompeuses.

Sophie Jung a étudié à la Gerrit Rietveld Academy à Amsterdam et a obtenu un Master of Fine Arts à la Goldsmiths University à Londres. Elle a réalisé des expositions et des projets en Suisse, en Angleterre et aux États-Unis. En 2016, elle a reçu le Swiss Art Award et le Prix culturel Manor.

Le Prix culturel Manor encourage depuis 36 ans de jeunes artistes suisses œuvrant dans divers domaines des arts visuels : peinture, sculpture, photographie, art vidéo et installations. C’est l’une des principales initiatives de soutien à des créations d’art contemporain en Suisse.

Un catalogue sera publié pour accompagner l’exposition. L’exposition bénéficie du soutien de : Le Fonds stART-up de l’Œuvre Nationale de Secours Grande-Duchesse Charlotte Fonds Culturel National Luxembourg

KUNSTMUSEUM BASEL

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Facebook
Google+
https://www.baleenfrancais.ch/2018/11/carl-burckhardt-et-sophie-jung-au-kunstmuseum-gegenwartskunst">
LinkedIn
Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton back to top