La Filature : exposition Photo Guillaume Greff Emilie Vialet jusqu’au 21 décembre 2018

Guillaume Greff Lupina Expo Photo détail Filature de Mulhouse Regionale 2019 Photo VB

Guillaume Greff

Guillaume Greff et Émilie Vialet s’attachent à représenter la transformation de paysages, d’écosystèmes ou de milieux semi-naturels sous l’action de l’homme.

Guillaume Greff expo Photo La regional 2019 Filature Mulhouse Photo VB
Guillaume Greff La Filature ©VB

Leurs œuvres se présentent sans effets prononcés et procèdent de choix qui respectent une méthode, à savoir frontalité et format constant.Mais leur objectivisme n’exclut pas des considérations d’ordre esthétique ni un indéniable sentiment d’intimité. Ils documentent leurs sujets dans une observation rigoureuse tout en commentant leur rapport affectif, voire critique aux paysages photographiés.

Guillaume Greff Expo Photo La Filature Mulhouse  Photo VB
Guillaume Greff La Filature ©VB

Leur regard empathique est paradoxalement souvent marqué par la volonté de prendre de la distance. Ils jouent alors sur les ambiguïtés de la photographie, sur sa supposée production de vérité et sur ses capacités à inventer des narrations. Dans leurs travaux, l’image photographique est appropriation, expérimentation, document d’archives ou, à l’inverse, instrument de fiction.Elle est l’objet d’une recherche qui nous permet d’accéder à un « sentiment de la nature ».

coproduction La Filature, Scène nationale– Mulhouse avec le soutien de DRAC Grand Est, Région Grand Est, Pôle Image Haute-Normandie, Northern Photographic Centre(Oulu Finlande), Institut français de Finlande,Kunstnarhuset Messen (Ålvik,Norvège), Kaiserin Editions (Reykjavík, Islande)remerciements Atelier 9

DANS LE CADRE DE LA RÉGIONALE 19 

Chaque année, avec La Régionale, ce sont une vingtaine de lieux d’exposition de la région des trois frontières du Rhin supérieur (entreBâle, Fribourg, Mulhouse et Strasbourg) qui ouvrent leurs portes pour dévoiler un aperçu de la riche scène artistique du territoire. La manifestation réunit des artistes confirmés et de jeunes talents dans un programme de collaboration transfrontalière. Du jeudi 22 nov. 2018 au dimanche 6 janv. 2019 programme complet et lieuxpartenaires : www.regionale.org

GUILLAUME GREFF Série Lupina 2015-2018

Guillaume Greff Serie Lupina La Filature Mulhouse ©VB
Guillaume Greff Serie Lupina La Filature ©VB

« Parcourir pour s’inscrire », tel pourrait être le mot d’ordre du nouveau travail photographique de Guillaume Greff dans sa série Lupina. Fruit conjugué de multiples voyages à la découverte des territoires récurrents du lupin d’Alaska (Finlande, Islande, Groenland, Norvège) et de l’excavation des images d’archives de l’armée finlandaise à l’occasion du conflit avec la Russie en 1939-1940, le photographe trame en un récit complexe ses désirs narratifs et les traces et indices laissés dans la géographie historique du paysage par les tumultes de l’habitation humaine du monde. Paysages de guerre, paysages en guerre, résistance du paysage ou encore guerres pour le paysage : le sens de ces images est ainsi tout entier contenu dans les parcours qu’elles dessinent, dans les géographies qu’elles traversent, dans les territoires du sens qu’elles explorent. Les photographies de Guillaume Greffnous parlent ainsi tout autant de ce que nous faisons à la nature que de ce que nous nous faisons à nous-mêmes et à

ceux qui partagent le monde avec nous (êtres humains, formes animales et végétales, sites, lieux, territoires). Et elles racontent à leur manière l’histoire de l’instrumentalisation de la nature à travers le portrait amoureux d’une plante, le lupin, dont le caractère « invasif » résonne désormais singulièrement des échos de l’histoire. À la croisée de l’histoire et de la nature (mieux : comme une interrogation de l’historicité de la nature), les photographies de Guillaume Greff font entrer le regardeur dans un jeu de piste avec lui-même et avec le monde. Par une coïncidence heureuse ,il n’est que de rappeler l’étymologie commune de la plante lupin (du latin« lupinum») et du loup (« lupus»), animal brouilleur de pistes par excellence. Le lupin fut même surnommé la « fève des loups ». 

Le paysage, les images et nous-mêmes sommes semblables à cette plante de lupin, à laquelle Guillaume Greff rend hommage en même temps qu’il lui restitue son mystère : fragiles et pourtant infiniment résistants, d’une pauvreté essentielle et pourtant capables de produire de très charmantes floraisons. Trace et présence à la fois.

Extrait du texte de Mickaël Labbé,Maître de Conférences en Esthétique et Philosophie de l’Art, Faculté de Philosophie, Université de Strasbourg

Biographie : né en 1977 à Sarreguemines (Lorraine), il vit et travaille à Strasbourg – www.guillaumegreff.com

Depuis 2005,Guillaume Greff poursuit des recherches sur le paysage et les formes architecturées. En 2011 il obtient l’aide à la création photographique documentaire contemporaine du CNAP pour son projet DeadCities et, en 2012, la bourse transfrontalière « Regards sans limites » pour un projet sur le Rhin.Ses travaux ont été présentés dans différentes galeries en France, au Luxembourg et en Allemagne. Il participe en 2015 à un programme d’échange entre la France et la Finlande et est, en 2017, en résidence à la Kunstnarhuset Messen à Ålvik en Norvège. A côté de ses recherches, il enseigne la photographie et lesarts plastiques. En parallèle de ses recherches, il enseigne la photographie et les arts plastiques.

Expositions :

2018 Stood by the gate at the foot of the garden avec Émilie Vialet,

La Filature, Scène nationale – Mulhouse (dans le cadre de la Régionale 19) 2017 Régionale 18, Kunsthaus Baselland, Muttenz, Suisse

Régionale 18, Kunsthalle Palazzo, Liestal, Suisse Krome Gallery, Luxembourg

Paysages français, Bibliothèque Nationale de France, Paris FABRIKculture, Hegenheim

2016 Rurart, Centre d’art contemporain, Rouille Villa Pérochon, Niort

Institut Français, Milan, Italie Pavillon Carré de Baudouin, Paris

2015 Centre National de l’Audiovisuel, Luxembourg

Triennale Photographie & Architecture, La Cambre, Bruxelles, Belgique 2014 Galerie Robert Doisneau, CCAM, Vandœuvre-lès-Nancy

Saarländisches Künstlerhaus, Saarbrücken, Allemagne Düo, Paris

2013 Triennale Jeune Création, Luxembourg Le Maillon – La chambre, Strasbourg Künstlerforum, Bonn, Allemagne

2012 Galerie Schumm-Braunstein, Paris Galerie NaMiMa, ENSA, Nancy Bloo Gallery, Lyon

+ à paraître en avril 2019 : Lupina, Kaiserin Édition, Reykjavík

Emilie Vialet 

SÉRIE «LAC (LIMITS OF ACCEPTABLE CHANGE), 2018 »

Emilie Vialet  Expo Photo serie LAC Regionale 2019 Filature  de Mulhouse Photo VB
Emilie Vialet Expo Photo serie LAC Regionale 2019 Filature ©VB

Issue principalement d’un voyage dans les parcs nationaux américains effectué à l’été 2018, la série LAC (Limits of Acceptable Change) d’Émilie Vialet consiste en une remise en question radicale de l’idée même de paysage. Où commence et où finit la naturalité du paysage? Celui-ci peut-il exister indépendamment du regard qui le saisit et le fait être en l’instituant dans une image ? Que nous donnent à voir ces photographies ? Le libre déploiement d’une nature première ou bien la forme même d’une captation du naturel dans le paysage ? De manière à la fois paradoxale et profonde, les grands espaces et les formes naturelles saisissantes qui sont mis en scène dans ces photographies (étendues désertiques, arbres calcinés, concrétions géothermiques, résidus de lave, débris et« déchets» produits par l’action du feu) sont des images d’une nature captive.

Emilie Vialet  Expo Photo serie LAC Regionale 2019 Filature  Mulhouse Photo VB
Emilie Vialet Expo Photo serie LAC Regionale 2019 Filature ©VB

Strictement parallèle à l’invention des zoos au 19e siècle (autre terrain de jeu de l’artiste), l’histoire de la création des parcs naturels atteste de l’ambiguïté de la colonisation des espaces du monde et des êtres qui les peuplent (plantes, animaux, phénomènes physiques) par l’imaginaire occidental. Les parcs témoignent en ce sens de la violence sourde de notre rapport à la nature, fait tout à la fois de domination et de fascination. Très critique à l’égard de la muséïfication de la nature, Émilie Vialet joue dans ses photographies de cette étrange zone d’indétermination, de cette frontière insensible qui fait des parcs des zoos d’un type singulier. La question du feu entend jouer dans cette série un rôle absolument crucial en tant qu’elle illustre parfaitement l’ambivalence foncière des phénomènes ici décrits. La géothermie est en définitive un phénomène« naturel» et les zones parcourues par Émilie Vialet sont des zones naturellement calcinées.

Extrait de texte de Mickaël Labbé, Maître de Conférences en Esthétique et Philosophie de l’Art, Faculté de Philosophie, Université de Strasbourg

BIOGRAPHIEnée en 1980 aux Ulis (Essonne), elle vit et travaille à Strasbourg – www.emilievialet.com

Diplômée des Beaux-Arts de Rennes en 2003, Émilie Vialet achève son parcours à l’École Nationale Supérieure LouisLumière en 2006 en photographie, avec l’écriture d’un mémoire sur la photographie de paysage contemporaine. L’axe majeur de ses recherches est de s’arrêter dans ces lieux où la nature est utilisée pour remplir ou recouvrir les stigmates d’un changement brutal. Elle réalise alors plusieurs séries sur les espaces fonctionnels ne s’offrant ni à la balade ni à la contemplation. Ses dernières recherches questionnent de plus en plus notre rapport à la nature sauvage à travers ces espaces délimités que forment les parcs, les zoos ou les réserves naturelles. Son travail est représenté par la Galerie Schumm-Braunstein, Paris.

Emilie Vialet  Expo Photo serie LAC Regionale 2019 Filature  Mulhouse Photo VB
Emilie Vialet Expo Photo serie LAC Regionale 2019 Filature ©VB

Expositions collectives (sélection)

2018 Stood by the gate at the foot of the garden avec Guillaume Greff,

La Filature, Scène nationale – Mulhouse (dans le cadre de la Régionale 19)

Warme Füsse auf dünnem eis, Régionale 19, Palazzo, Liestal, Suisse

La modification, Galerie Octave Cowbell, Metz Les Photaumnales, Le quadrilatère, Beauvais Oh…fabelhaft!, Das Weisse Haus, Vienne, Autriche

Triennale Photographie & Architecture #6, La Cambre, Bruxelles, Belgique

2017 Paysages français, une aventure photographique 1984-2017, Bibliothèque Nationale de France, Paris

France(s) Territoire liquide, Musée d’Art moderne de Bogota, Colombie

France(s) Territoire liquide, Musée d’Antioquia, Medellin, Colombie 2016 Régionale 17, Kunsthaus Baselland, Bâle, Suisse

Régionale 17, Kunsthalle, Mulhouse Régionale 17, M54 Gallery, Bâle, Suisse CCAM, Vandœuvre-lès-Nancy

Saarländisches Künstlerhaus, Saarbrücken, Allemagne Buone Prospettive 2, Institut Français, Milan, Italie Conseil départemental de la Meuse, Bar-le-Duc

2015 Theodor-Zink- Museum,Kaiserslautern, Allemagne

France(s) Territoire liquide, CCAM, Vandœuvre-lès-Nancy

Lieux de mémoire, mémoire des lieux, Maison des Arts, Grand-Quevilly

Histoires Naturelles, Galerie Schumm-Braunstein, Paris

2014 France(s) Territoire liquide, Festival Transphotographiques, Lille 2013 Triennale Jeune Création, Carré Rotonde, Luxembourg 2012 Nuit de la photographie, Biennale d’Art Contemporain, Chaux-de-Fonds, Suisse

Publications

Paysages français, une aventure photographique 1984-2017, Éd. Bibliothèque Nationale de France, 2017

Le Mouvement des lieux, François Letourneux, Éd. Buchet Chastel, 2016

Les inventions photographiques du paysage, Éd. Presses Univ. de Rennes, 2016

Les Carnets du paysage, n° 29, Éd. Actes Sud, 2016 M&C Saatchi Gallery, Little Stories gallery, 2016

France(s) Territoire Liquide, Éd. du Seuil, Fictions et Cie, 2014

La missionphotographique de la DATAR, Éd. Documentation Française, 2014

LA GALERIE DE LA FILATURE, SCÈNE NATIONALE – MULHOUSE

6 expositions de la saison 18-19 à découvrir sur www.lafilature.org :

Galerie en entrée libre du mardi au samedi de 11h à18h30, les dimanches (excepté le 23 sept.) de 14h à 18h et les soirs de spectacles

20 allée Nathan Katz – 68090 Mulhouse cedex – T +33 (0)3 89 36 28 28 – www.lafilature.org

Print Friendly, PDF & Email
[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton back to top