Strasbourg Biennale d’Art Contemporain 2019

Vincent Broquaire Biennale d'Art Contemporain Strasbourg 2019 Photo VB

Biennale d’Art Contemporain . Une première dans la capitale européenne . Touch me : être citoyen à l’heure du numérique 15 décembre 2018 au 3 mars 2019

Biennale Strasbourg Art Contemporain 2018

Retrouvons l’humain qui dort en nous !


L’HÔTEL DES POSTES Quartier de la Neustadt – Patrimoine mondial de l’UNESCO UN ÉCRIN RICHE DE SENS

La Biennale d’art contemporain de Strasbourg prend ses quartiers au cœur de la “Neustadt ” – classée en 2017 au Patrimoine mondial de l’Unesco -, dans l’écrin exceptionnel que constitue l’Hôtel des Postes. Quoi de plus approprié qu’un tel site historique pour trouver des réponses à des sujets centraux et contemporains ? Haut-lieu du patrimoine strasbourgeois, ce bâtiment majestueux incarne la juste et profonde transversalité entre passé, présent et futur. 

Construit par les architectes berlinois Ernst Hake et Ewald von Rechenberg, sous le 2ème  Reich de Guillaume II, selon des principes urbains et architecturaux avant-gardistes, il fut le point stratégique des organes de pouvoir et arbore de ce fait des allures de forteresse médiévale. Son style néo-gothique rompt avec celui néo-renaissance des édifices alentour, ce qui valorise son caractère monumental. L’édifice, dit impérial, est l’un des rares témoins de l’histoire des télécommunications. L’Hôtel des Postes sera le lieu parfait de libre échange entre les artistes et le public, autour de la question de l’Homme à l’ère du numérique.

Biennale d’Art contemporain de Strasbourg l’Homme à l’ère des nouvelles technologies.

Informations pratiques

La Biennale est ouverte au grand public du mercredi au dimanche.

  • Mercredi : 11h – 18h
  • Jeudi : 14h – 21h
  •  Vendredi : 12h – 20h
  • Samedi : 11h – 19h
  • Dimanche : 11h – 18h

Fermeture des caisses de 1 heure avant.

L’équipe de la première Biennale d’art Contemporain de Strasbourg

  • Commissaire de l’exposition Yasmina KHOUAIDJIA
  • Conseiller artistique Drew HAMMOND
  • Scénographe Jan ULMER
  • Architectes Jean BERMON, Vincent PETIT et Maxime MARTIN (Studio Petit Martin)
  • Conseillers juridiques Apolline SCHMITT et Pascal REYNAUD
  • Conseillers numériques  Geoffrey KRETZ et Christophe DEHLINGER
  • Communication Globale Sébastien JENNY, Samuel FRANCK et Agence 100%
  • Communication numérique Benjamin MIRA & Joseph MONTANA (Atelier Ben&Jo) et Agence DevGuys
  • Régisseur général David THIRIET

 


Touch Me est une invitation à nous connecter- ou nous déconnecter – , par l’art contemporain à un sujet central de notre époque. Sujet principal de la Biennale d’art contemporain de Strasbourg : la place de l’Homme à l’ère du numérique. Tous les 2 ans, une question plus particulière en lien avec ce sujet sera approfondie par les artistes. Touch Me réunit 18 artistes de renommée internationale, issus de 9 nationalités différentes . La quarantaine d’œuvres nous interroge sur la rapide et profonde transformation de la société dans notre contexte de révolution digitale. L’exposition se tient à l’Hôtel des Postes de Strasbourg. Yasmina Khouaidjia est la commissaire de cette exposition d’un genre nouveau . Il s’agissait pour elle de créér un évènement d’envergure à Strasbourg, un peu sur le modèle Berlinois quant à l’ouverture d’esprit orientée vers une vision différente liée à d’autres sensibilités pour l’art contemporain. Yasmina Khouaidjia s’est rapidement interessée à l’Hotel des Postes , bâtiment patrimonial strasbourgeois par excellence, pour y abriter la biennale . L’Hôtel de la Poste s’avérait idéalement connecté avec le sujet sur les télécommunications et le numérique, l’axe central de l’actuelle exposition. L’idée directrice de la commissaire relève du questionnement sur ce qui peut nous servir de guide quant à l’intrusion du numérique dans notre vie . Réponse : les meilleurs guides que nous puissions trouver sont les artistes . L’exposition s’attache à éviter le trop technique et le trop anxiogène afin d’être ouverte à tous sans discrimination liée à l’âge notamment.

Quel regard sur la notion de citoyenneté à l’ère du numérique ? 

Que signifie être citoyen depuis qu’internet est entré dans nos vies et quand les progrès technologiques deviennent omniprésents? Quelle est la relation entre nos identités individuelles et virtuelles? Quelles en sont les conséquences sur nos devoirs , nos responsabilités et nos droits en tant que citoyens dans le cyberespace? Les artistes présentés dans Touch Me ont tous une conscience et une démarche citoyenne et examinent via différents supports , nos usages et nos nouveaux comportements au regard de l’idée originelle d’internet: un espace de connaissances et d’échanges illimités, un nouveau monde.

Les artistes de l’exposition Touch Me

Sarah Ancelle-Schönfeld (DE) Mythes , cosmologie et technologies actuelles.

Sarah Ancelle Schönfeld Biennale d'art contemporain de Strasbourg 2019 Photo VB
Sarah Ancelle Schönfeld Biennale Strasbourg 2019©VB

Sa méthode consiste en l’appropriation des concepts avant de les recomposer. Sarah Ancelle-Schönfeld , née en 1979 à Berlin , utilise des sciences naturelles, de la religion, de l’archéologie, de la mythologie, de la magie et de la technologie. Son travail comprend un large éventail de supports tels que la photographie, l’impression, la sculpture et la performance. Sarah Ancelle Schönfeld est diplômée de l’Universität der Künste à Berlin en 2006. Elle a remporté le FOAM Talents Award du Fotomuseum Amsterdam en 2014 . Elle a aussi été résidente à la Villa Aurora de Los Angeles en 2011.

La série Shamanistic Travel utilise des peaux de vache  imprimées en référence aux pratiques chamaniques qui proposent de voyager dans d’autres royaumes.Le manteau du Chaman est un outil fondamental du voyage qui permet un transport dans d’autres états de conscience. Les esprits secourables du Chaman sont peints ou cousus sur le manteau. L’artiste associe mythes et cosmologies, issus des cultures autochtones, à des références aux technologies actuelles, à l’exploration de l’espace et à des oeuvres de science-fiction. Au cours de ce processus , Schönfeld fait allusion au théoricien et anthropologue brésilien Eduardo Viveiros de Castro, qui qualifie le chamanisme de ” diplomatie cosmique ” et considère que la relation entre nature et culture doit être repensée.

 

Aram Bartholl (DE): la proximité des écrans a-t-elle créé une nouvelle perception de notre monde ? 

Le Berlinois Bartholl questionne sur ce que les humains font des médias et sur ce que les médias font de nous. Les vies virtuelle et quotidienne sont au cœur de son travail. Aram Bartholl dirige aussi de nombreux ateliers, talks et performances à l’international. Dans Are You Human, il dissémine au milieu des tags de la ville des “Captcha”, ces suites de lettres et chiffres aléatoires générées automatiquement et difficiles à déchiffrer, utilisées sur le Web pour vérifier que vous êtes un humain et non un script automatique. Comme les “Captcha”, les tags sont une forme de langage codé, compréhensible par les seuls initiés. Dans Point of view, Bartholl interroge le rôle de l’écran portable qui met en scène notre quotidien et comment les jeux ont-ils façonné la représentation de notre moi numérique. En 100 ans , les écrans se sont continuellement rapprochés de nos yeux. Aujourd’hui . la plupart des humains passent un temps de plus en plus significatif à regarder l’écran de leur smartphone plutôt que celui de leur ordinateur ou de leur télé.Les jeux ont été un moteur essentiel pour le développement de la culture digitale ces 40 dernières années.La vue à la première personne( vision subjective) popularisée par les jeux sur ordinateur est dorénavant entrée dans la vie réelle avec la popularité grandissante des caméras embarquées comme GoPro. quand d’autres prolongent en public leur corps à l’aide d’une perche à selfie. La vision est-elle en train de se détacher de notre corps ? Le cadre autour de l’image est-il appelé à disparaître ? Le point de vue est en train de changer.

Aram Bartholl Point of view 2015 Biennale d'Art Contemporain de Strasbourg 2019 Photo VB
Aram Bartholl Point of view 2015 Biennale Strasbourg 2019©VB

arambartholl.com  UdK – University of the Arts Berlin, 2002

 Vincent Broquaire (FR)

Vincent Broquaire est né en 1986, il vit et travaille à Strasbourg. Son travail se développe autour de dessins, films d’animations, sites internet, installations vidéo et livres. Etudes à l’école des Beaux-arts de Lorient et aux Arts Décoratifs de Strasbourg (HEAR). Artiste illustrateur – Dessinateur – Vidéaste | vincentbroquaire.com Beaux-arts de Lorient et Arts Décoratifs de Strasbourg (HEAR) .Dans la série Flattenings , Vincent Broquaire interroge la nouvelle approche du paysage et du dessin souvent retouchés ou modifiées numériquement . Le processus de détourage et l’instantaneïté d’un copier/coller sont ici confrontés à la lenteur et au labeur du dessin à la main. Le geste imite la machine. l’économie du dessin contraste avec les technologies toujours plus sophistiquées. Le personnage de Vincent Broquaire qui court sur les mursde l’exposition Touch me accompagne le visiteur dans les couloirs  comme pour nous que nous ne perdions pas le fil de la vie , la vraie , nous rappeler l’humain qui sommeille en nous , celui qui fait tout fonctionner à l’huile de coude . IL existe toujours. 

Vincent Broquaire Biennale d'art contemporain Strasbourg 2019 Photo VB
Vincent Broquaire Biennale Strasbourg 2019©VB

Paolo Cirio (IT) Attention , vous êtes filmé !

Paolo Cirio Biennale d'Art Contemporain Strasbourg 2019 Hôtel des Postes VB
Paolo Cirio Biennale d’Art Contemporain Strasbourg©VB

Big Brother is watching you , le saviez-vous ? 1984 – 2019 même combat . Repérez les petites voitures Google avec leur globe à caméra , vous serez peut-être la star occasionnelle du jour  . Les Street Ghosts de Paolo Cirio ont été attrapés dans les mailles de Google Street , intrusion évidente dans notre sphère privée même si les visages sont floutés . Paolo Cirio est un artiste conceptuel, né en 1979 en Italie. Il vit et travaille à New York et s’intéresse aux systèmes juridiques, économiques et culturels de la société de l’information. Ses travaux portent sur les champs sociaux impactés par Internet, tels que la vie privée, le droit d’auteur, la démocratie et la finance.

Ses supports : des photos, des installations, des vidéos et de l’art public. Il a exposé dans des musées internationaux et a remporté de nombreux prix prestigieux parmi lesquels le Golden Nica first prize (Ars Electronica Linz), le 2ème prix Transmediale à Berlin, l’Eyebeam Fellowship et le NEA Grant auprès de l’ISCP à New York.

Paolo Cirio occupe également toute une salle avec son oeuvre Sociality . Celle-ci  a rassemblé plus de vingt mille brevets pour exposer des technologies de l’information socialement préjudiciables. Les compositions comportant des images de diagrammes et de titres d’inventions révèlent des dispositifs permettant la discrimination, la polarisation, la dépendance, la tromperie et la surveillance. L’artiste a collecté et évalué les inventions soumises aux offices de brevets . Dans l’exposition, le public confronte les compositions à grande échelle avec des images d’organigrammes qui invoquent de manière abstraite la complexité et l’ampleur de plans étranges pour programmer des personnes. 

paolocirio.net  Master en Arts à Turin, Prix Golden Nica (Arts Electronica)

Evan Roth (US) : internet , la tradition de la peinture de paysage et l’héritage du romantisme.

Evan Roth Landscape with a ruin 2017 Biennale Art Contemporain Strasbourg2019©VB
Evan Roth Landscape with a ruin 2017 Biennale Strasbourg 2019©VB

Evan Roth est un artiste américain qui applique une philosophie de hackers à une pratique artistique qui visualise des moments transitoires dans l’espace public, en ligne et dans la culture populaire. Evan Roth est né aux États-Unis en 1978. Il vit et travaille à Paris. Depuis 14 ans, Evan Roth travaille dans des institutions artistiques, des espaces publics et sur Internet . A l’aide d’impressions numériques, sculptures, vidéos et sites internet, son travail explore la relation entre l’abus et l’autonomie, et l’impact que l’application des idées de communautés d’hackers peut avoir sur les systèmes numériques et non-numériques. En automne 2014, Evan Roth entreprend un pèlerinage bien particulier : chercher et visiter les zones côtières où les câbles Internet sous-marins émergent de l’eau. Le travail aboutit à des séquences video hébergées en ligne., depuis des sereurs situés dans les mêmes pays où elles sont enregistrées. 
Son travail est dans la collection permanente du Musée d’Art Moderne de New York et a été exposée dans diverses institutions, dont le Centre Pompidou, la Kunsthalle Wien, la Tate et la page d’accueil de YouTube. Il a reçu de nombreux prix dont le Golden Nica du Prix Ars Electronica, commissions de Rhizome / The New Museum et la Smithsonian Cooper-Hewitt National Design Award. Parmi ses récentes expositions on peux citer la 2016 Biennale de Sydney, Superhighway électronique (2016-1966) à la Whitechapel Gallery, Londres.
Roth est le fondateur du Graffiti Research Lab et du Free Art Technology Lab (FAT Lab), collectif d’artistes créant des interventions et des œuvres reposant sur l’open-source.

evan-roth.com Nouvelle école de design de Parsons, 2004

Philipp Lachenmann (DE) : le joueur de sarod et le detecteur de particules

Philipp Lachenmann est né en 1963 en Allemagne. Il travaille et vit à Berlin et Los Angeles. Lachenmann s’intéresse aux conditions et aux mécanismes de l’imagerie collective et à leur rôle sur les conflits, les vides et les fractures de la société

Filmé à l’intérieur du détecteur de particules DELPHI au CERN à Genève, DELPHI Rationale est une œuvre d’art visuel et sonore extrêmement colorée dans laquelle l’artiste met en scène le détecteur à la fois comme «toile de fond» pour un joueur de sarod indien et comme un tableau dont les couleurs intensives en font le protagoniste du film. S’appuyant sur le spectre de couleurs de trois chefs-d’œuvre de Technicolor de 1936 et 1939 – Le jardin d’Allah, Emporté par le vent, et Le magicien d’Oz – Lachenmann en extrait huit couleurs centrales. Avec le rouge Titien, ils constituent le matériau à partir duquel Lachenmann crée une image bouleversante et dramatique, reflétant ainsi l’évolution de la peinture depuis son apogée – la Renaissance italienne – jusqu’aux débuts du film couleur. L’art (musique et peinture) recouvre en permanence le détecteur, défiant le temple de la science . David et Goliath ?

Il a étudié à l’Université du Film et de la Télévision (HFF) de Munich et à l’Université Louis-et-Maximilien (LMU) de Munich, ainsi qu’à l’Academy of Media Arts (KHM) de Cologne. Les films de Lachenmann ont été projetés au MIT Short Film Festival Boston (2008), IFFR Rotterdam (2009), SFIFF San Francisco International Film Festival (2010), SIFF Seattle (2010), NYFF New York (2010) and HKIFF Hongkong (2011).

Il a reçu plusieurs récompenses et bourses, comme par exemple German Academic Exchange Program (DAAD) .New York (1998), une résidence à la Villa Aurora de Los Angeles (2003), à la Villa Massimo de Rome (2012), et à la Villa Tarabya d’Istanbul (2018).

lachenmann.net Kunsthochschule für Medien Arts (KHM) de Cologne, 2003

Philippe Lachenmann Delphi Rationale 2015-2017 Biennale d'art contemporain de Strasbourg 2019 PhotoVB
Philippe Lachenmann Delphi Rationale 2015-2017 Biennale de Strasbourg 2019©VB

 

Harding Meyer (DE) : un portraitiste contemporain à l’assaut du digital

L’artiste peintre Harding Meyer est né en 1964 à Porto Alegre au Brésil a étudié à la Staatliche Akademie der Bildenden Künst de Karlsruhe en Allemagne où il vit et travaille. Harding Meyer est connu pour ses portraits photoréalistes à grande échelle réalisés à l’aide de grands coups de pinceaux et de grattage effectué au couteau à palette. Il s’intéresse au visage humain à travers des gros plans sur fonds monochromes provenant de magazines, de films ou de la télévision. Son style reflète la structure linéaire horizontale des images capturées par la télévision ou les couches pixellisées géométriques issues d’Internet Staatliche Akademie der Bildenden Kunst de Karlsruhe en Allemagne, 199. Les modèles proposés à la Biennale ont été choisis dans des magazines , à la télévision ou sur Internet et ont été retravaillés dans l’atelier de l’artiste. Harding Meyer offre ainsi une individualité à ces modèles .

Harding Meyer Biennale Art Contemporain Strasbourg Photo VB
Harding Meyer Biennale Art Contemporain Strasbourg 2019 ©VB

Jia (CN) : indignation face à un acte de dégradation culturelle durable

Jia The Chinese Version Biennale d'art Contemporain de Strasbourg 2019 Photo VB
Jia The Chinese Version Biennale Strasbourg 2019©VB

Jia est née en 1979 à Pékin. Elle vit et travaille entre Berlin et Pékin. Dans son opposition aux propositions de l’histoire de l’art récente adoptée sans discernement par la précédente génération d’artistes contemporains chinois, le travail de Jia, dans son caractère conceptuel, traite souvent d’idées généralement développées dans la culture occidentale, comme l’art basé sur les mots, et de l’adaptation du ready-made à la photographie, inspirée par l’École de Düsseldorf. Mais dans son aspect formel, son travail réinterprète souvent les paradigmes chinois, tels que les modèles de composition de la calligraphie chinoise et des systèmes de projection du paysage chinois traditionnel. Ce choc des cultures entre les éléments formels et conceptuels de l’œuvre permet une critique plus spécifique des conditions entre la Chine et l’Occident. Le plus souvent, l’artiste choisit pour ses œuvres un rendu esthétique pour aborder une réalité atroce.  Artiste peintre Université de Technologie et National Academy of Art, Pékin.

Dans sa série de peintures, The Chinese Version, Jia reproduit la typographie industrielle avec des méthodes picturales. Sur des toiles grand format, elle peint à la main des caractères chinois en utilisant toujours la même police de caractères qui a été conçue peu après l’arrivée des presses à imprimer en Chine et au Japon et qui “évoque la mécanisation des produits ” parfaitement ” faits à la machine”. L’atrocité culturelle de la simplification du caractère chinois, qui a commencé dans les années 1950, demeure par la loi en République populaire de Chine jusqu’à nos jours , elle a entraîné la disparition puer et simple de nombreux caractères chinois. Le programme de simplification a non seulement dégradé les propriétés esthétiques des caractères chinois, mais il a également entravé l’alphabétisation dans tous les textes officiels, sauf les textes récents. Le programme de simplification comportait deux aspects : une réduction formelle et désordonnée du nombre de traits en caractères chinois et l’élimination d’environ deux tiers des caractères du lexique des caractères autorisés pour la publication.

L’HÔTEL DES POSTES Quartier de la Neustadt – Patrimoine mondial de l’UNESCO UN ÉCRIN RICHE DE SENS

La Biennale d’art contemporain de Strasbourg prend ses quartiers au cœur de la “Neustadt ” – classée en 2017 au Patrimoine mondial de l’Unesco -, dans l’écrin exceptionnel que constitue l’Hôtel des Postes. Quoi de plus approprié qu’un tel site historique pour trouver des réponses à des sujets centraux et contemporains ? Haut-lieu du patrimoine strasbourgeois, ce bâtiment majestueux incarne la juste et profonde transversalité entre passé, présent et futur. 

Construit par les architectes berlinois Ernst Hake et Ewald von Rechenberg, sous le 2ème  Reich de Guillaume II, selon des principes urbains et architecturaux avant-gardistes, il fut le point stratégique des organes de pouvoir et arbore de ce fait des allures de forteresse médiévale. Son style néo-gothique rompt avec celui néo-renaissance des édifices alentour, ce qui valorise son caractère monumental. L’édifice, dit impérial, est l’un des rares témoins de l’histoire des télécommunications. L’Hôtel des Postes sera le lieu parfait de libre échange entre les artistes et le public, autour de la question de l’Homme à l’ère du numérique.

Biennale d’Art contemporain de Strasbourg l’Homme à l’ère des nouvelles technologies.

Informations pratiques

La Biennale est ouverte au grand public du mercredi au dimanche.

  • Mercredi : 11h – 18h
  • Jeudi : 14h – 21h
  •  Vendredi : 12h – 20h
  • Samedi : 11h – 19h
  • Dimanche : 11h – 18h

Fermeture des caisses de 1 heure avant.

L’équipe de la première Biennale d’art Contemporain de Strasbourg

  • Commissaire de l’exposition Yasmina KHOUAIDJIA
  • Conseiller artistique Drew HAMMOND
  • Scénographe Jan ULMER
  • Architectes Jean BERMON, Vincent PETIT et Maxime MARTIN (Studio Petit Martin)
  • Conseillers juridiques Apolline SCHMITT et Pascal REYNAUD
  • Conseillers numériques  Geoffrey KRETZ et Christophe DEHLINGER
  • Communication Globale Sébastien JENNY, Samuel FRANCK et Agence 100%
  • Communication numérique Benjamin MIRA & Joseph MONTANA (Atelier Ben&Jo) et Agence DevGuys
  • Régisseur général David THIRIET

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Facebook
Google+
Google+
https://www.baleenfrancais.ch/2019/01/strasbourg-biennale-dart-contemporain">
LinkedIn
Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton back to top