Bajazet Saison Française du Théâtre de Bâle

Birane Ba Bajazet Theatre de Bale Saison Française 2019 Photo VB

Bajazet tragédie ottomane en alexandrins de Jean Racine 

L’amour et la politique ne faisaient déja pas bon ménage au 17ème siècle 

Clothilde de Bayser Bajazet Theatre de Bale Saison Française 2019 Photo VB
Clothilde de Bayser Roxane Bajazet Theatre de Bale Saison Française 2019©VB
Birane Ba Bajazet Saison Française du theatre de Bale mars 2019 Photo VB
Birane Ba Bajazet Theatre de Bale Saison Française 2019 ©VB

Par définition , la tragédie repose sur une intrigue qui mêle amour et politique, où s’affrontent les passions du cœur et les enjeux du pouvoir. Sujet Ô combien classiquement ennuyeux , rebattu et tellement banal . Bajazet en est une typique représentation donnée  en cinq actes et en alexandrins . Ce qui vient à l’esprit : la tragédie , fut-elle grecque ou orientale , a bien mal vieilli . Difficile d’entrer dans l’histoire et encore davantage d’y croire .  Elle s’inspire pourtant d’un épisode historique réel, un fratricide ordonné en 1635 par le sultan ottoman Mourad IV, à peine 30 ans avant la pièce. 

Racine situe la scène « à Constantinople, autrement dite Byzance, dans le sérail du Grand-Seigneur ». Pourtant, la mise en scène d’Eric Ruf ôte toute allusion orientalisante à la pièce : pourquoi ? Le confinement du sérail réservé aux favorites du sultan transforme la scène en un espace cerné de grosses armoires normandes qui font office d’entrées et de sorties des comédiens ; en lieu et place des locataires du harem, neuf rangées d’escarpins occupent le premier-plan  . 

Le vizir Acomat est attifé façon inspecteur Colombo en propre ; Bajazet , pourtant frère du sultan – en disgrâce certes- entre en scène vêtu tel un martyre chrétien , pour reparaître en dandy peut-être ignorant de son funeste sort .On sait que dans la tradition , les hommes qui peuvent  entrer au sérail sont castrés et les non autorisés sont mis à peine de mort.  Horrible ! Mais finalement , tout le monde s’y rencontre , prépare ses intrigues , complote à voix haute , voire forte , voire tonitruante . 

C’est  notamment à cet endroit qu’Acomat  le vizir qui aimerait bien être calife à la place du calife – par procuration-met en place son projet dès le début à l’aide des informations d’Osmin , costume trois-pièces et bottes bien cirées. Le risque est lourd car Roxane la sultane – parfaite , aussi inquiétante et hargneuse que celle de Cyrano est douce et effacée – est à l’affut des informations  mais cela ne semble point déranger Acomat car il souhaite l’impliquer dans l’affaire.

Saluons la prouesse au passage des comédiens de la Comédie Française qui ont du réciter les quelques 1700 vers imaginés par Racine pour donner corps à Bajazet , ce dernier n’étant pas le mieux loti en l’occurence puisqu’il na eu à déclamer environ 260 alexandrins contre les quelques 450 de ses collègues Roxane , Atalide et Acomat .

Bajazet a été représentée 564 fois de 1680, année de la création de la Comédie-Française, à 199739, ce qui en faisait à cette date la septième tragédie de Racine la plus représentée, devant Bérénice, Esther, La Thébaïde et Alexandre le Grand.

Prochaine pièce de la saison Française Adieu Monsieur Haffmann de Jean-Philippe Daguerre samedi 11 mai 19h30

“Paris – Mai 1942 : Le port de l’étoile jaune pour les Juifs est décrété. Au bord de la faillite, Joseph Haffmann, bijoutier juif, propose à son employé Pierre Vigneau de prendre la direction de sa boutique : “J’aimerais que vous viviez ici avec votre épouse pendant les mois qui vont suivre en attendant que la situation redevienne normale… la bijouterie Haffmann et Fils deviendrait la bijouterie Vigneau…” Sachant que Pierre doit également prendre le risque d’héberger clandestinement son “ancien” patron dans les murs de la boutique, il finit par accepter le marché de Joseph à condition que celui-ci accepte le sien : “Isabelle et moi voulons à tout prix avoir un enfant… après plusieurs tentatives infructueuses, nous avons fait des examens… je suis stérile… Monsieur Haffmann … J’aimerais que vous ayez des rapports sexuels avec ma femme le temps qu’elle tombe enceinte…”

Jean-Philippe DAGUERRE – auteur et metteur en scène:

” Je ne sais pas vraiment d’où m’est venu l’idée de cette pièce :
Sans doute de mes premiers souvenirs d’enfance avec “Bon Papa Alban” qui me promenait pendant des heures dans le cimetière de Montauban. On s’arrêtait devant chaque tombe, il me racontait la vie des morts… et j’adorais ça. 
Sans doute de ce « voyage scolaire » à Auschwitz qui m’a éloigné de l’enfance tout en me rapprochant de l’horreur dont sont capables les Hommes.
Sans doute de tous ces amis touchés par la stérilité et qui cherchent par tous les moyens à avoir un bébé. 
Une  pièce qui parle d’amour, de courage et de peur… et qui au cœur de l’Histoire, aide à mieux comprendre le désordre des Hommes. 

6 nominations pour les MOLIÈRES 2018 dont 4 MOLIÈRES

 Meilleur spectacle du Théâtre Privé
 Meilleur comédien dans un second rôle – Franck DESMEDT
 Révélation féminine – Julie CAVANNA
Jean-Philippe DAGUERRE Meilleur auteur francophone vivant – 
Meilleur metteur en scène: Jean-Philippe DAGUERRE
Grégori BAQUET Meilleur comédien du Théâtre Privé: 

THEATRE DE BALE

 

Print Friendly, PDF & Email
[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]
Bouton back to top