La Bibliothèque Humaniste de Sélestat

Bibliotheque Humaniste Selestat Photo VB

La bibliothèque de Sélestat :  écrin et joyau de la pensée humaniste à notre porte

La Bibliothèque Humaniste de Sélestat, érigée à la fin du Moyen-âge,  est restée fermée au public durant quatre années , de 2014 à 2018 . Aujourd’hui , le précieux édifice reconstruit par l’architecte Rudy Ricciotti , qui trône au coeur de Selestat , a été entièrement repensé pour offrir au public un lieu museal attractif interactif et aux chercheurs un accès aux collections d’ouvrages de la bibliothèque, soit plus de 400 volumes contenant près de 1300 oeuvres dont 41 manuscrits auxquels s’ajoutent 33 manuscrits anciens et 255 lettres autographes. La bibliothèque renferme également environ 2500 objets anciens . 

Bibliotheque Humaniste Selestat Photo VB
Bibliotheque Humaniste Selestat©VB

Humanisme : doctrine qui accorde à  l’Homme sa majuscule le qualifiant d’ instruit , libre , responsable et solidaire .

Les fonds de la bibliothèque sont constitués essentiellement d’ouvrages des XV et XVI ème siècle . Erasme et surtout Beatus Rhenanus sont ici les représentants les plus cités du courant humaniste né au cours du XVème siècle et dont les préceptes ont servi de base bien plus tard au traîté de Lisbonne établi en 2007 , affirmant ainsi les droits inviolables et inaltérables de la personne humaine :  liberté , démocratie, égalité et Etat de droit. Nous connaissons tous Erasmus de Rotterdam , en particulier si nous sommes établis dans la région Rhénane car l’illustre intellectuel a terminé sa vie à Bâle en 1536 . L’amitié entre Erasme et Beatus Rhenanus est née au cours leurs études de théologie à la Sorbonne à Paris et s’est consolidée au cours des nombreuses visites d’Erasme à Sélestat . C’est bien Beatus Rhenanus qui fut à l’origine de la conception de la Bibliothèque Humaniste en léguant  à sa mort en 1547 un fonds comprenant celui de la bibliothèque paroissiale de la ville – 160 volumes recensé en 2002- et celui de sa propre bibliothèque . Au total , près de 1300 oeuvres . Il faut préciser que très tôt entre 1440 et 1526  , la ville  de Sélestat  a joué un rôle clé dans la diffusion de la connaissance au même titre que l’Italie ou les Pays-Bas , notamment grâce à des innovations pédagogiques telles que l‘école latine , l’une des plus réputées du Saint-Empire Romain Germanique à l’époque, venant s’ajouter à l’école existante et son enseignement en langue allemande. C’est de cette école latine , liée au développement de l’humanisme de la Renaissance que Beatus Rhenanus reçoit sa formation  à l’instar d’un millier d’élèves dont le théologien  Martin Bucer , figure de proue de la réforme protestante.

La bibliothèque Humaniste de Sélestat : cheminement chronologique

Le bâtiment élégant de verre et de grès rose vosgien conçu par Rudy Ricciotti que l’on peut admirer aujourd’hui n’a pas toujours été destiné à accueillir des ouvrages livresques . Autrefois ,  le lieu servait de halle au blé , une simple grange qui n’a été utilisée pour y stocker les archives et l’ensemble des collections de la ville qu’à partir de 1889  . Les fonds de la bibliothèque paroissiale et ceux de la bibliothèque de Beatus Rhenanus étaient auparavant entreposés au 2 ème étage de la mairie de Sélestat en un espace de lecture public. De fait, la vocation touristique de la Bibliothèque Humaniste est évidente dès la fin du XIXème mais c’est la création de la médiathèque intercommunale en 1997 pour y transférer la mission de lecture publique qui permet de recentrer la Bibliothèque Humaniste sur sa vocation de mise en valeur des collections désormais à disposition des chercheurs et qui n’ont cessé de s’étoffer entre le XIXème et le XXème siècle. De nos jours, celles-ci rassemblent 460 manuscrits ( anciens et modernes ) , 550 incunables ( imprimés en Europe avant 1501) et près de 2500 imprimés du 16ème siècle. Il y a à peine un an , la Bibliothèque Humaniste a rouvert ses portes après 4 années de travaux durant lesquelles deux années ont été consacrées  au tri  et au  dépoussiérage , un desherbage méticuleux  parmi les 65000 ouvrages du Moyen-âge et de la Renaissance inventoriés dans le musée. Le bâtiment fut alors scindé en deux parties distinctes : un espace museal interactif remplaçant avantageusement l’ancien alignement d’ouvrages présentés au public sans la moindre explication . La restauration de la bibliothèque a clairement été l’occasion de donner la priorité à une médiation efficace et adaptée à chaque public désormais en mesure de picorer l’information là où il le souhaite ( nombreuses stations numériques interactives ) . Le second espace a été créé de toute pièce : un sous-sol aménagé pour abriter les trésors archivistiques de la Bibliothèque Humaniste rénovée comme le Lectionnaire Mérovingien , le plus ancien livre conservé en Alsace daté du VII ème siècle !

La bibliothèque- musée :  réalisation architecturale innovante respectueuse du patrimoine de Rudy Ricciotti

L’extèrieur peut être considéré comme un troisième espace remarquable . Rudy Ricciotti a imaginé comme une évocation des  temples grecs , un enchâssement du bâtiment pris dans un ensemble de 25 colonnes de grès rose vosgien dont chaque pierre enfilée sur un tube de d’acier comme un collier de perles donne un effet torsadé original suggérant le mouvement. La lumière  est indiscutablement l’élément maîtrisé indispensable à un lieu comme la Bibliothèque Humaniste voué à la lecture , propice à la méditation et à la réflexion . Ainsi , chaque intervalle entre les colonnes laisse passer de larges rayons lumineux à l’intèrieur de l’édifice conçu comme une église avec sa nef centrale , sa voute et ses bas-côtés . Le mot d’ordre est la transparence pour valoriser un lieu qui se veut dorénavant multiculturel et volontiers partenaire d’organismes culturels tels la DRAC pour l’exposition actuelle Trésors restaurés de la Renaissance rhénane  . Avant de s’engager dans les travaux , l’architecte et son équipe ont du attendre que les trouvailles en sous-sol aient été examinées puis enregistrées par les archéologues , ceux-ci ayant mis à jour sous les pieds du bâtiment une véritable nécropole carolingienne érigée  entre le 9ème et le 11ème siècle , dont certains objets du quotidien sont visibles dans les vitrines du musée grâce à une exploration des sous-sols au peigne fin. De quoi se consoler de la somme considérable investie dans la restauration de la Bibliothèque Humaniste de Selestat , soit 14 millions d’€ pour un résultat à la hauteur de la consécration survenue en 2011 : l’inscription au Registre Memoire du monde de l’UNESCO.

Coup d’oeil sur la collection Beatus Rhenanus et autres découvertes

Cahier d'écolier de Beatus Rhenanus Photo VB
Cahier d’écolier de Beatus Rhenanus©VB

Nous avons compris que la collection de la Bibliothèque Humaniste de Sélestat est extensible . Ainsi , les souhaits d’acquisition restent d’actualité . La dernière opération couronnée de succès par la ville a été l’acquisition aux enchères d’un ouvrage très ancien pour environ 100 000 € malgré la préemption de l’Etat et grâce à l’intervention de mécènes ( entreprises locales ) . Peut-être l’ouvrage rejoindra-t-il le Trésor de la Bibliothèque Humaniste soigneusement préservé dans un cube de verre disposé dans la nef centrale du musée au premier étage . Y sont entreposés 154 manuscrits médiévaux et 1611 imprimés des XVème et XVI ème siècles en particulier mais dont certains remontent au VII ème siècle. Il nous est possible de feuilleter numériquement chacun des ouvrages , un bon moyen de contourner la frustration de ne pouvoir consulter ces ouvrages historiques en vrai . Comme précisé en introduction , le musée présente également nombres d’objets des XVème et XVIème siècle dont certains ont été prêtés comme les cadrans solaires du XVIème déposés par l’Observatoire de Paris . Arrêtez-vous quelques minutes devant cette tête de Christ en bois probablement partie d’une statue proche des 2,30m provenant de l’Eglise saint-Georges de Sélestat. Ou un peu plus loin , la vitrine consacrée au projet de réédition de la Cosmographie de Ptolémée dont le texte antique est redécouvert au 15ème siècle. Le document est tout simplement considéré comme l’acte de Baptême de l’Amérique , du prénom de son explorateur , Amerigo Vespucci , comprenant le récit de ses quatre voyages de découverte. Il ne reste que quelques exemplaires au monde de cette première édition. Circulez encore un peu entre les travées , vous y trouverez : la Bible sacrée dite Bible de la Sorbonne offerte en 1573 à la paroisse de Sélestat parée de nombreuses enluminures dont certaines sont réhaussées d’or et de couleur bleue fabriquée à partir du lapis-lazuli . ce livre précieux est protégé – depuis 1694- par une boîte en chêne imitant une reliure de livre. Vous trouverez encore exposé le cahier d’écolier de Beatus Rhenanus écrit il y a plus de 5 siècles , empli d’annotations en marge , le fameux Eloge de la Folie d’Erasme  imprimé pour la première fois à Paris en 1511 ;  La Nef des Fous , les sermons de Jean Geiler de Kaysersberg , inspiré de La Nef des Fous de son ami  Sébastian Brant .

Bibliotheque Humaniste Selestat Les fouilles de la Necropole carolingienne  Photo VB
Bibliotheque Humaniste Selestat ©VB

Bibliothèque Humaniste de Sélestat

Bibliotheque Humaniste Selestat Photo VB
Bibliotheque Humaniste Selestat ©VB
Print Friendly, PDF & Email
[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]
Bouton back to top