Thomas Schütte à la Monnaie de Paris

Thomas Schütte Mann im Wind 2008 Monnaie de Paris 2019 Photo VB

Première rétrospective parisienne de l’artiste allemand Thomas Schütte: “Trois Actes”

 La Monnaie de Paris Jusqu’au 16 juin 2019

Thomas Schuette Mann without face 2018 Mann mit Fahne 2018 Monnaie de Paris 2019  photoVB
Thomas Schütte Mann without face 2018 Mann mit Fahne 2018 Monnaie de Paris ©VB

Les grands mastodontes de Schütte nous accueillent avec morgue dans la cour du 11 quai Conti : des colosses ancrés en terre , inamovibles , impressionnants , postés comme les gardiens du temple . Thomas Schütte décline ses personnages dans tous les formats et tous les matèriaux , assisté d’artisans experts  céramistes , fondeurs ou verriers et ne travaille jamais au-delà de 17h  , difficile à croire au vu du caractère prolifique de son oeuvre . L’exposition  Trois Actes , première grande rétrospective en France, en dresse un vaste panorama et reste à voir jusqu’au début de l’été avant l’installation au Moma prévue en 2021 . Autant dire , profitons-en , car voici l’occasion rêvée de découvrir l’étonnante capacité de Schütte à travailler un motif à toutes les échelles , en deux ou trois dimensions et sa liberté d’utilisation de tous les médiums ( gravure, aquarelle, céramique, bronze) , de tous les motifs ( du portrait au nu, des stéreotypes de genre aux typologies d’architecture ) et ce , dans divers styles ( du tragique au comique, du grotesque au méditatif, de l’abstraction à la figuration…).

Thomas Schütte est né en 1954 et vit à Düsseldorf. On peut dire que sa révélation artistique est survenue à l’occasion de la visite de la Dokumenta Kassel en 1972  et la découverte des travaux de Sol Lewitt , Buren et Palermo . Il a choisi une formation universitaire artistique plutôt que cinématographique  pour des raisons purement pragmatiques . Il fut l’élève de Gerhard Richter à la Kunstakademie de Düsseldorf jusque dans les années 80, il est aujourd’hui reconnu comme l’un des principaux réinventeurs de la sculpture. Il a bénéficié de plusieurs grandes monographies et rétrospectives européennes dont dernièrement, le Moderna Museet, Stockholm (2016) la Fondation Beyeler, Bâle (2013), la Serpentine Gallery, Londres (2012). Il a reçu le Lion d’Or à la Biennale de Venise en 2005, Ses œuvres font partie des collections des plus grands musées et sont très régulièrement exposées.

Cette rétrospective est intitulée, “Trois Actes”, traduction de Dreiakter, œuvre la plus historique de l’exposition, datant de 1982 et appartenant aux collections du Centre Pompidou. “Mes œuvres ont pour but d’introduire un point d’interrogation tordu dans le monde”. Le choix des œuvres témoigne de sa troublante et grinçante analyse de l’organisation de la société et de son impact sur les individus. L’exposition construite en trois temps, de manière thématique, inclut la présentation de plusieurs séries majeures de son travail comme les United Enemies, les Aluminium Frau et Vater Staat ainsi que des œuvres inédites. La série des femmes débutée en 1999 est la plus importante avec 90 sculptures individuelles ( 18 modèles uniques moulés chacun en 5 exemplaires ) référant clairement aux maîtres comme Maillol ou Picasso.

 Thomas Schütte scénographie l’infiniment grand et l’infiniment petit

Le premier acte de l’exposition s’articule autour de la représentation de la figure humaine – homme et femme – tantôt monumentale, tantôt minuscule qui se plie à toute sorte de distorsions et transformations. Thomas Schütte met en scène ses personnages , les organise les uns par rapport aux autres dans un jeu qui pourrait rappeler l’enfance mais qui s’en éloigne d’autant que les acteurs façonnés inquiètent bien plus qu’ils ne distraient. La série des United Ennemies représente  des hommes  ligotés sans possibilité de fuir pour cause d’absence de pieds ; notons l’importance du contexte historique sachant que  la série a été entamée deux années exactement après la réunification de l’Allemagne  . Mann im Matsch,  les colosses réalisés en 1982 – dont il existe une vingtaine de versions- dans la cour du musée semblent tout aussi immobilisés , fichés dans une boue évoquant des sables mouvants souvent associés à une allégorie délibérée du modernisme et de ses échecs . Il manque d’ailleurs toujours un élément vital à ces titans , tantôt les bras , tantôt la figure , toujours les pieds . Les visages de ses jouets immenses ou minuscules sont souvent grotesques , jamais souriants mais pas vraiment tristes , plutôt résignés . Seul le Drittestier , sorte de dinosaure géant comme il se doit aux naseaux envaporisés , qui trône fièrement à l’extèrieur sourit de toutes ses dents , et pour cause , il est la reproduction d’un modelage que Schütte avait imaginé pour son fils tout comme le lapin monstrueux des jardins de la Fondation Beyeler

Thomas Schuette Glasgeister 2011 Monnaie de Paris2019 Photo VB
Thomas Schütte Glasgeister 2011 Monnaie de Paris©VB

 Thomas Schütte et son petit théâtre de la mort

Pour coïncider avec la fin du siècle ou la fin du monde , Thomas Schütte serait mort le 25 mars 1996 à 42 ans si la prophétie inscrite sur la maquette de sa pierre tombale, Mein Grab oeuvre de 1981 , s’était accomplie . Cette pièce des débuts, la plus ancienne de l’exposition de la Monnaie de Paris, constitue une synthèse des sujets phares de la carrière de l’artiste , qui s’est heureusement poursuivie bien au-delà de 1996 . Peut-être est-ce en écho à cette possibilité de No Future que Schütte a créé en 2016 sa propre fondation , la Skulpturenhalle de Neuss destinée à préserver son héritage . Esprits êtes-vous là ?  : masques mortuaires, fleurs fanées, urnes funéraires , esprits facétieux, … un remake du Rocky Horror Picture Show ou de la Comedia del Arte à la sauce Schütte , occupe une salle entière et on se prend à essayer de reconnaître des visages familiers parmi les Old Friends de 1992 en fond d’écran des United Ennemies sous cloche miniaturisées . Souvent , le sculpteur tente de conjurer par le grotesque l’effroi qu’inspire la mort. Il accompagne alors la figure  d’une série de délicates aquarelles de fleurs comme pour le Grüner Kopf de 1997.

Thomas Schuette  Gruener Kopf 1997Monnaie de Paris 2019 Photo VB
Thomas Schütte Gruener Kopf 1997Monnaie de Paris©VB

 Thomas Schütte artiste-architecte

Par leur nature même, les maquettes des bâtiments imaginaires créés par Schütte sont d’abord des jeux de l’esprit, des images poétiques , des projets fictifs . L’ambition de bâtir est neanmoins réelle comme le prouvent les One Man House  tout à la fois lieu de retraite et prison dont l’une fut construite en France ou la très controversée Ferienhaus für Terroristen/ Maison pour terroristes retrouvée dans les montagnes tyroliennes ou encore le pavillon de glace créé pour la Documenta de Kassel de 1987 . Depuis 2007 , Schütte a supervisé la construction de 10 bâtiments fonctionnels ( par exemple La Tour UBS ) et dessiné les plans et l’extension de sa Skulpturhalle à Neuss. Plusieurs de ses maquettes ont été réalisées à l’échelle 1 dont Kristall II installée dans le Salon Dupré, maison de contemplation dans laquelle le visiteur pourra entrer et méditer sur le temps qui passe comme le suggère le chalet de bois construit par l’artiste sur le campus du Vitra Design Museum en 2018. Vous pourriez aussi commander à Thomas Schütte le projet de votre pavillon de thé , il vous en couterait un café , un bon steak et le taxi pour l’aeroport ! Une seule condition : appartenir au cercle fermé des amis proches de l’artiste comme l’historienne d’art néerlandaise Marta Gnyp dont l’entretien avec Thomas Schütte est reporté dans le catalogue de l’exposition Trois Actes .

Thomas Schuette Ferienhaus für Terroristen 2002 Monnaie de Paris©VB
Thomas Schütte Ferienhaus für Terroristen 2002 Monnaie de Paris 2019©VB

Deux ou trois choses que l’on a plaisir à relever dans cet entretien :les galeries actuelles ressemblent à des magasins de chaussures , pas à des ateliers d’artistes …sauf cette petite galerie en Bourgogne qui s’appelle Pietro Sparta. Quand j’ai commencé à travailler , la galerie , c’était le propriétaire , un technicien , une secrétaire . Aujourd’hui , c’est un patron à bord d’un avion , entre deux téléphones et une vingtaine d’employés …Depuis les années 90 , l’art est une industrie: on produit des oeuvres comme des voitures . ” Les temps changent , il est utile d’en avoir conscience ! A propos de l’art de nos jours : ” une fois par an , je vois une exposition d’artiste contemporain qui me touche vraiment profondément. C’est différent avec les artistes morts. Avec l’âge , on s’intéresse toujours plus aux partis pris des anciens, à l’art ancien et classique.” A propos de la mort : ” En quoi la mort est effrayante ?… Ce qui est vraiment interessant , c’est le choc que génère le sentiment d’être mortel, quand il se manifeste.” A propos des oeuvres : ” Dans l’ensemble , je ne vends rien de ce qui est dans mon atelier : je le garde pour mes trois enfants et moi-même”.

Thomas Schuette United Ennemies 1994 Monnaie de Paris 2019 Photo VB
Thomas Schütte United Ennemies 1994 Monnaie de Paris 2019 ©VB

” …Je ne lis pas les magazines d’art … je préfère le silence .” Thomas Schütte

L’exposition est le fruit d’une étroite collaboration avec Thomas Schütte grâce à son exceptionnelle implication. Elle bénéficie également de partenariats avec les musées français dont le Musée National d’Art Moderne, le Musée de Grenoble et le Carré d’Art de Nîmes et la Pinault Collection. Cette exposition prolonge des axes forts de la programmation de la Monnaie de Paris : exposer les grands sculpteurs des XXe et XXIe siècles, réfléchir sur le savoir-faire et le geste artistique sur un site dont l’usine est encore en activité. 
 
Commissaire : Camille Morineau, Directrice des Expositions et des Collections de la Monnaie de Paris Commissaire associée : Mathilde de Croix, Commissaire d’exposition à la Monnaie de Paris.

Thomas Schuette Trois Actes  Monnaie de Paris 2019 Photo VB
Thomas Schütte Trois Actes Monnaie de Paris 2019 ©VB
Print Friendly, PDF & Email
[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]
Bouton back to top