William Kentridge au Kunstmuseum de Bâle

Joseph Helfenstein William Kentridge Kunstmuseum 2019 Photo VB

William Kentridge A Poem That Is Not Our Own au Kunstmuseum| Gegenwart Basel du 8 juin  au 13 octobre 2019 

Commissaire : Josef Helfenstein Assistance : Philipp Selzer, Eva Falge

William Kentridge Arc Procession 1990 Kunstmuseum Basel 2019  Photo VB
William Kentridge Arc Procession Developp Catch Up Even Surpass
1990 Kunstmuseum Basel 2019 ©VB

William Kentridge (né en 1955 à Johannesburg ) compte parmi les figures majeures de l’art contemporain à l’échelle internationale. Depuis plus de trente ans, ce plasticien, réalisateur et metteur en scène associe dans son œuvre protéiforme différents médias artistiques : film d’animation, dessin, gravure, mise en scène théâtrale et sculpture. Dans le cadre d’une exposition d’ensemble au Kunstmuseum Basel | Gegenwart, plusieurs œuvres de l’artiste sud-africain sont visibles pour la première fois sur le continent européen.

Élaborée en étroite collaboration avec l’artiste, l’exposition A Poem That Is Not Our Own met en lumière les thèmes de la migration, de l’exil et de la procession qui jalonnent son œuvre aux côtés de dessins et de films des années 1980 et 1990. Elle montre comment ces thématiques présentes très tôt dans l’œuvre dessiné de Kentridge y occupent une place grandissante au fil des années.

Sa récente œuvre performative The Head & The Load (2018) illustre bien cette progression. Après une présentation inédite à la Tate Modern de Londres à l’été 2018, elle sera visible au Kunstmuseum Basel sous forme d’une installation – une première en Europe. The Head & The Load aborde le rôle peu connu de l’Afrique durant la Première Guerre mondiale à travers une procession d’un genre tout à fait singulier composée de projections de films, de jeux d’ombre et de silhouettes dansantes. Trois autres œuvres présentes dans l’exposition explorent le thème de la procession dans le travail de Kentridge : les installations vidéo Shadow Procession (1999), More Sweetly Play The Dance (2015) et Triumphs & Laments (2016) à laquelle est consacrée une salle où sont exposés, pour la première fois en Europe, des dessins et des gravures sur bois.

William Kentridge Pladoyer théâtralisé contre tous les colonialismes 

William Kentridge Kunstmuseum Basel 2019 Photo VB
William Kentridge Kunstmuseum Basel 2019©VB

On entre et on pénètre dans l’exposition guidé par la musique . Une sorte de fanfare hypnotisante joyeusement cacophonique qui vient du sous-sol , c’est la lente procession de Kentridge , More Sweetly Play The Dance “. Un plan de 30 mètres circulaire sur lequel l’Afrique du Sud toute entière défile avec pour décor les dessins au charbon ou au fusain animés de William Kentridge : les politiciens haranguant la foule , les secrétaires à leur machine à écrire , les paysans , les malades et leur baxter , les peuples déplacés et leur balluchon misérable … alors on danse ! La performance filmique créée en 2015  provoque une  charge émotionnelle d’autant puissante qu’elle est portée par les reminiscences des migrations forcées ou des processions religieuses des populations chassées , malheureusement intemporelles .

Second temps fort de l’exposition, les conflits politiques et sociaux en Afrique du Sud et en Europe auxquels Kentridge porte un intérêt dès ses premiers films et dessins. Une salle d’exposition consacrée à l’abondant travail de Kentridge en tant que réalisateur et scénographe présente un film documentaire aux côtés de décors scéniques de la pièce de théâtre Sophiatown (1986–1989). Réunis pour la première fois en Europe, ces panneaux se distinguent par leur grand format et leurs couleurs terreuses. Fruit d’une collaboration entre l’artiste et la Junction Avenue Theatre Company, cette pièce de théâtre traite de la démolition brutale de Sophiatown, haut lieu culturel de Johannesbourg, et du déplacement forcé de ses résidents entre 1955 et 1959.

Dans son œuvre dessiné de jeunesse, Kentridge explore l’histoire souvent violente de l’Europe à partir d’une perspective sud-africaine. La question des déplacements de population liés aux conflits lui est familière , lui qui est issu d’une famille ayant fui les pogroms russes à la fin du 19ème pour se réfugier en Afrique du Sud. Le père de Kentridge en a gardé le gout de la défense de l’opprimé , engagé contre l’Apartheid et n’hésitant pas à intervenir devant les tribunaux pour défendre Mandela ou d’autres . La transmission est claire. L’exposition rassemble des œuvres sur papier exemplaires et marquantes provenant de collections d’Afrique du Sud réalisées pour la plupart avant la fin de l’apartheid. Elles témoignent de l’approche achronologique de Kentridge qui répond aux événements et aux anomalies de la société sud-africaine sous l’apartheid à l’aide de procédés artistiques datant du début du XXe siècle.

Drawings for Projection et Drawing Lessons

En 1985, William Kentridge produit l’un de ses premiers films d’animation intitulé Vetkoek/Fête Galante. Par la suite, il met au point la « poor man’s animation », une technique filmique élaborée à partir de photographies de dessins au fusain et de collages. Cette méthode donne notamment naissance à Drawings for Projection (1989–aujourd’hui), célèbre série de films en 35 mm. Ces épisodes animés mettent en scène deux personnages, Soko Eckstein et Felix Teitelbaum, dotés de traits semblables à ceux de Kentridge. Outre le lien topographique avec Johannesbourg – sa ville de naissance –, l’artiste s’appuie sur ces personnages comme toile de fond pour expliquer l’ambivalence de l’Afrique du Sud contemporaine.

À travers de courtes séquences tournées dans l’atelier de William Kentridge, Drawing Lessons (2009–aujourd’hui), série de films expérimentaux entamée ultérieurement, montre la manière dont l’artiste s’amuse à questionner l’art avec humour. Une caméra immobile orientée sur une partie de son atelier détermine le cadrage de la plupart des Drawing Lessons.

Erasme Par Holbein vu par Kentridge Kunstmuseum 2019 Photo VB
Erasme Par Holbein vu par Kentridge Kunstmuseum 2019©VB

L’éloge de la folie selon Holbein selon Erasme selon Kentridge : au Kunstmuseum de Bâle , William Kentridge , bon élève ,  se penche sur sa planche à dessin pour reproduire Picasso , Holbein ou Klee . La première Drawing Lesson bâloise (Drawing Lesson No.50) intitulée In Praise of Folly (2018) fait référence à la thèse satirique du même nom rédigée en 1509 par Érasme de Rotterdam dans laquelle il critique l’Église catholique. Le savant humaniste entretient un lien étroit avec la ville de Bâle en enseignant notamment au sein de son université. In Praise of Folly présente au second plan des croquis de Kentridge évoquant le Portrait d’Érasme de Rotterdam de Hans Holbein qui figure au sein de la Öffentliche Kunstsammlung Basel. On identifie également des croquis d’autres œuvres connues de la collection bâloise – celles de Pablo Picasso, Paul Klee ou Matthias Grünewald –, autant de sources d’inspiration artistique qui ornent l’atelier de Kentridge telles des icônes. À la lumière de ces œuvres, In Praise of Folly aborde l’histoire de l’art et ses figures tutélaires auxquelles les artistes d’aujourd’hui empruntent leurs inspirations.

L’exposition William Kentridge. A Poem That Is Not Our Own est répartie sur trois niveaux du Kunstmuseum Basel | Gegenwart ainsi que dans certaines salles du Kunstmuseum Basel | Hauptbau et Neubau. Dans le cadre de l’exposition, un catalogue est édité. Il réunit des textes de William Kentridge, Josef Helfenstein, Ute Holl et Leora Maltz-Leca.

Biographie William Kentridge

William Kentridge Kunstmuseum Basel 2019 Photo VB
William Kentridge Kunstmuseum Basel 2019©VB

William Kentridge (né le 28 avril 1955) est un artiste sud-africain connu essentiellement comme dessinateur, performeur et cinéaste.Dans les années 1970, il étudie les sciences politiques et l’africanisme à la University of the Witwatersrand de Johannesbourg, ainsi que l’art dramatique et les sciences théâtrales à la Johannesburg Art Foundation, puis entre à l’École Internationale de Théâtre Jacques Lecoq à Paris (1981-82).

Dans les années 1980, il multiplie les expériences comme comédien, designer et metteur en scène. En tant que metteur en scène de théâtre, Kentridge collabore avec la Handspring Puppet Company. Il transpose ses mises en scène inspirées d’œuvres littéraires dans un contexte sud- africain. Dans Woyzeck on the Highveld (1992) et Ubu and the Truth Commission (1997), des comédiens et des poupées de bois jouent devant une toile de fond où sont projetés des films d’animation. Par la suite, des tournées font connaître ses pièces dans le monde entier, tandis que la Biennale de Johannesbourg en 1995 marque un tournant dans sa carrière.

De grandes expositions sont consacrées à Kentridge notamment au San Francisco Museum of Modern Art (2009), au Philadelphia Museum of Art (2008), au Moderna Museet à Stockholm (2007) et au Metropolitan Museum of Art à New York (2004). Il participe à deux reprises à la Biennale de Venise (1993, 2005) et trois fois à la Documenta de Kassel (1997, 2002, 2012). Ses œuvres scéniques pour l’opéra et le théâtre, souvent conçues en collaboration avec la Handspring Puppet Company, sont présentées à la Brooklyn Academy of Music (2007), au Standard Bank National Arts Festival de Grahamstown en Afrique du Sud (1992, 1996, 1998) et au Festival d’Avignon en France (1995, 1996).

La première de sa mise en scène de l’opéra The Nose de Dmitri Chostakovitch a lieu en 2010 au Metropolitan Opera à New York dans le cadre d’une rétrospective du San Francisco Museum of Modern Art et du Museum of Modern Art de New York. William Kentridge vit et travaille à Johannesbourg en Afrique du Sud.

En 2012, Kentridge présente les Charles Eliot Norton Lectures à l’Université de Harvard et est désigné membre de l’American Philosophical Society et de l’American Academy of Arts & Sciences. En 2017, il met en scène l’opéra Wozzeck d’Alban Berg aux Salzburger Festspiele.

Kentridge a été récompensé à de nombreuses reprises pour son œuvre. Il vit et travaille à Johannesbourg, sa ville natale.

Kunstmuseum Basel | Gegenwart, St. Alban-Rheinweg 60, 4052 Basel

Print Friendly, PDF & Email
[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]
Bouton back to top