Art Basel 2018

Art Basel Messeplatz 2018 Lara Almarcegui ©VB

Art Basel  14 au 17 juin 2018 : baromètre inégalé du marché de l’art

ART Basel rassemble le monde de l’art international, avec 290 des plus grandes galeries du monde montrant les œuvres de plus de 4000 artistes. Un programme complet de conférences artworld a lieu chaque jour. Des expositions et des événements sont également proposés par des institutions culturelles à Bâle et dans les environs, créant ainsi une semaine artistique passionnante à l’échelle de la région.

Le catalogue en ligne d’Art Basel 2018 est maintenant en ligne

 ART PARCOURS ” Raconter des histoires pour l’avenir ” Samuel Leuenberger commissaire

Parcours : 23 œuvres d’art spécifiques au site  seront présentées sur Münsterplatz et dans tout le centre historique de Bâle  sous le commissariat de Samuel Leuenberger pour la troisième année consécutive.
Travaux de Silvia Bächli & Eric Hattan, Nina Beier, Stanley Brouwn, Julian Charrière, Keren Cytter, Simon Denny, Elmgreen & Dragset, Georg Herold, Pierre Huyghe, Hilary Lloyd, Mark Manders, Caroline Mesquita, Rivane, Rivane , Neuenschwander, Marina Pinsky, Julian Rosefeldt, Nedko Solakov, Simon Starling, Jessica Stockholder, Thomas Struth, Paloma Varga Weisz et Hannah Weinberger.
Ouvert le lundi 11 juin après-midi 13h à 16h  Parcours se penchera cette année sur les enjeux politiques. Intitulée ” Raconter des histoires pour l’avenir “, l’exposition comprendra des présentations en matière d’éducation civique et des lieux privés qui s’ouvriront exclusivement pour Parcours .
Samuel Leuenberger, directeur et commissaire d’exposition de l’exposition
SALTS à Birsfelden, en Suisse, vise à cultiver les points communs et la pensée alliée au-delà des frontières sociales, géographiques, ethniques, économiques et écologiques.
Parmi les faits saillants, mentionnons ‘Animals’ (2018) de Thomas Struth, une série de 10 photographies d’ animaux , accrochée dans l’Erste Kirche Christi  et accompagnée d’un programme de musique en direct, choisi par Struth en collaboration avec le guitariste Frank Bungarten . En installant 10 systèmes de sonorisation dans toute l’agglomération bâloise, dans les égouts, Hannah Weinberger créera un mystérieux paysage sonore .
Suspendue en plein air à l’intérieur de l’Antikenmuseum  de Bâle  , la sculpture monumentale d‘Elmgreen  Rock’ (2017) jouera  sur les idées de la nature, de la gravité et des phénomènes naturels, l’œuvre explore des visions préconçues de la beauté naturelle . Pierre Huyghe avec Exomind (Deep Water)’ (2017) présente une figure féminine accroupie avec une ruche en pleine croissance. La colonie d’abeilles vivant à l’intérieur de la ruche pollinisera la flore environnante dans le jardin de l’Allgemeine Lesegesellschaft Basel.

Se déroulant le samedi 16 juin, la Soirée Parcours présentera encore une fois un programme de performances en direct, cette année avec les artistes Keren Cytter, Jean-Pascal Flavien, Ad Minoliti, Venuri Perera et Luke Willis Thompson. De plus, Thomas Struth s’engage à présenter deux performances musicales de Maurizio Grandinetti et Walter Fähndrich.

L’accès à tous les sites du Parcours est gratuit pour le public et pendant le Parcours

Heures d’ouverture prolongées : Antikenmuseum, Historisches Museum Basel, Kunstmuseum Basel,  Kunsthalle Basel, le Museum der Kulturen Basel et le Naturhistorisches Museum Basel .

Performances  d’Art  Parcours samedi 16 juin.

Spectacles spéciaux dans le cadre de Parcours

Keren Cytter,‘Il n’y a pas de nous dans le chef-d’œuvre’, lundi 11 juin, 20h30 et jeudi,
14 juin, 19 h et samedi 16 juin, 16 h.
Vorstadttheater, St. Alban-Vorstadt 12 ; présenté en collaboration avec la Galerie Nagel.
Draxler et Pilar Corrias
Thomas Struth présente :
Walter Fähndrich, alto, alto,’Viola II & VII’, lundi 11 juin, 19h30.
Thierry Mechler, orgue,’Improvisations’, jeudi 14 juin, 12h.
Maurizio Grandinetti, guitare acoustique,’Music by chance – Music by numbers’, samedi,
16 juin, 12 h 00  Erste Kirche Christi, Picassoplatz 2 ; présenté en collaboration avec Marian Goodman. Galerie

ART UNLIMITED Gianni Jetzer commissaire :   72 œuvres de premier plan dans un cadre unique.

Organisé pour la septième année consécutive par Gianni Jetzer, conservateur itinérant au Hirshhorn Museum and Sculpture Garden à Washington D.C . Des artistes de renom et des artistes émergents participeront, notamment : Matthew Barney, Yto Barrada, Daniel Buren, Horia Damian, Camille Henrot, Jenny Holzer, Mark Leckey, Lee Ufan, Inge Mahn, Lygia Pape, Jon Rafman, Michael Rakowitz, Nedko Solakov, Martine Syms, Barthélémy Toguo et Yu Hong.

Unlimited, la plate-forme unique d’Art Basel pour les projets d’envergure, offre aux galeries la possibilité de présenter des installations, des sculptures monumentales, des projections vidéo, des peintures murales, des séries photographiques et des performances artistiques qui transcendent le stand traditionnel des foires d’art. Pour Unlimited en 2007, Daniel Buren a transformé les escaliers mécaniques menant à l’étage supérieur de la Halle 1 en une sculpture cinétique intitulée ” Passage de la Couleur, 26 secondes et 14 centièmes “. L’œuvre a été achetée par Messe Schweiz et fait aujourd’hui partie intégrante du hall d’exposition. Avec Unlimited cette année qui se déroule à l’étage supérieur de la Halle 1, le travail de Buren de 2007 fera partie de l’entrée de l’édition de cette année.
En réponse à ce travail antérieur, Unlimited ouvrira avec’Una cosa tira l’altra’ de Buren, une passerelle aérienne décorée de rayures similaires à celles qui ont été utilisées sur l’escalier roulant en 2007. La vaste plate-forme constituée d’échafaudages créera de nouvelles façons de naviguer dans l’espace, permettant aux visiteurs de voir les œuvres environnantes d’un point de vue unique et inattendu.

Parmi les autres points forts, on peut citer les bandes de textile de Polly Apfelbaum qui sont combinées pour former une peinture tissée colorée ; l’enclave tropicale de Rashid Johnson contenant divers éléments inattendus allant des sculptures faites avec du beurre de karité aux portraits vidéo ; la peinture monumentale de Katherine Bernhardt avec des oiseaux tropicaux, des robots câlins et des mégots de cigarettes, qui à la fois édite et résume la culture moderne et l’artiste elle-même ; une installation multimédia interactive de Nedko Solakov comprenant neuf canapés aux formes des neuf caractères chinois constituant l’expression ” Le socialisme me manque, peut-être ” ; et la peinture à grande échelle de Yu Hong représentant une célèbre fable chinoise largement citée dans l’histoire de l’art chinois moderne et dans les récits communistes chinois. Le travail se concentre sur la façon dont le récit socialiste persévère encore dans la société chinoise et explore la façon dont son idéologie correspond à l’héritage visuel de l’héritage socialiste réaliste soviétique.

FILMS Commissariat Maxa Zoller

Maxa Zoller est commissaire de la programmation d’Art Basel d’une semaine de films réalisés par et à propos d’artistes. Connue pour sa série itinérante de projections de films expérimentaux, Zoller planifie un programme de travaux divers et stimulant qui reflète le rôle complexe des médias dans le monde global d’aujourd’hui.

La création cinématographique des artistes est entrée dans une nouvelle ère, propulsée par l’innovation numérique et la théorie contemporaine. C’est ce que pense Maxa Zoller, commissaire de cinéma d’Art Basel, qui présentera les derniers développements en matière d’image dans un programme réunissant des poids lourds comme  Ai Weiwei  et  William Kentridge  , ainsi que d’autres noms émergents comme  Hiwa K et le Turner Prize 2018 Charlotte Prodger. Le programme, qui débutera le 11 juin 2018, présentera également une projection spéciale de Kusama – Infinity (2018) de Heather Lenz, un documentaire sur la vie de  Yayoi Kusama , sélectionné par Marian Masone.

«Un nouveau genre de cinéma d’avant-garde a évolué ces dernières années», explique Zoller, qui organise pour la quatrième année consécutive le secteur cinématographique d’Art Basel à Bâle. “Dans sa qualité et son innovation, elle pourrait ressembler au cinéma d’avant-garde du début de la Nouvelle Vague”, ajoute-t-elle. «Grâce aux technologies numériques, une nouvelle« espèce »de cinéastes a pu éclore et nous assistons aux premiers pas de cette nouvelle génération».

Pour réserver un billet, veuillez contacter  film@artbasel.com . Visitez le  calendrier des événements pour plus d’informations.

CONVERSATIONS organisation Marie Spirito

Art Basel organise une série de conversations sur des sujets concernant la scène mondiale de l’art contemporain. Conversations offre une plate-forme pour des dialogues dynamiques entre des membres éminents de l’art international, chacun offrant sa perspective unique sur la production, la collecte et l’exposition d’art. La série comprend des conférences d’artistes, des tables rondes et des discussions avec divers conférenciers, notamment des artistes, des galeristes, des conservateurs, des collectionneurs, des architectes, des juristes d’art, des critiques et de nombreux autres acteurs culturels. Conversations est programmée par Mari Spirito, directrice fondatrice de Protocinema, Istanbul / New York. Les conversations auront lieu du mercredi 13 juin au dimanche 17 juin àpartir de 10h dans l’auditorium du Hall 1.1. Accès public gratuit

STATEMENTS commissaire Kathy Noble 

Statements présente de nouveaux projets solo passionnants par des artistes émergents, qui sont éligibles pour recevoir le Baloise Art Prize. Les galeries participantes en 2018 incluent:  The Box(Naotaka Hiro),  Sandy Brown (Aude Pariset), Carlos / Ishikawa ( Stuart Middleton ),  Croy Nielsen(Géorgie Gardner Gray),  Essex Street  ( Sara Deraedt ),  Expérimentateur ( Rathin Barman ), Freedman Fitzpatrick  ( Mathis Altmann ),  JTT ( Doreen Garner),  Jan Kaps ( Daniel Dewar, Grégory Gicquel ),  Antoine Levi (Alina Chaiderov),  Madragoa (Rodrigo Hernández),  Mary Mary  (Ektor Garcia),  mor charpentier (Lawrence Abu Hamdan ),  Morán Morán (Jacolby Satterwhite),  One et J. Gallery (Suki Seokyeong Kang),  Deborah Schamoni  ( Flaka Haliti ),  Stigter Van Doesburg (Helen Verhoeven) et  White Space Beijing ( Christine Sun Kim ).

LES SATELLITES D’ART BASEL

SCOPE / LISTE / VOLTA / RHY ART FAIR

PROGRAMME DES MUSEES PENDANT ART BASEL

Fondation Beyeler

Pendant Art Basel, la Fondation Beyeler présente la grande exposition d’été “Bacon – Giacometti”,  une concentration impressionnante de chefs-d’œuvre de ces deux artistes extraordinaires. La nouvelle présentation de la collection “Nature + Abstraction” est complétée par un important ensemble d’œuvres de l’artiste américain Brice Marden de la collection Daros. Les nouvelles acquisitions de jeunes artistes, comme un grand tableau noir de Tacita Dean ou une série d’œuvres de l’artiste brésilien Lucas Arruda, seront exposées pour la première fois au musée. Dans le parc de la Fondation Beyeler, l’œuvre de collection This You de Tino Sehgal sera également exposée.

Le vendredi 15 juin, Hans Ulrich Obrist parlera à Ernesto Neto de son installation monumentale GaiaMotherTree, qui sera exposée à la gare centrale de Zurich du 30 juin au 29 juillet 2018. Le projet d’art public de la Fondation Beyeler est accompagné d’un programme varié d’événements pour adultes et enfants avec musique, ateliers, visites guidées et conférences. Dans le musée, l’artiste expose un ensemble d’œuvres anciennes des années 1980 et 1990, ainsi que la sculpture Autel pour une plante, conçue spécialement pour le pavillon de la Fondation Beyeler, 2017.

Samedi 16 juin, de 13 h à 14 h, l’auteure et psychanalyste Jeannette Fischer s’entretiendra avec l’artiste Marina Abramović dans le cadre du lancement du livre “Psychanalyst meets Marina Abramović”. L’événement est déjà complet.

Le Young Art Club de la Fondation Beyeler propose un programme varié “Art Basel Special” avec des visites guidées exclusives à travers les différentes foires d’Art Basel et l’accès à de nombreuses manifestations d’accompagnement. Rencontrez des artistes, visitez des foires commerciales, découvrez l’art et le design : Le Young Art Club de la Fondation Beyeler offre tout ce qui fait une semaine Art Basel parfaite.

Fondation Fernet-Branca

Dans le cadre de l’édition 2018 d’Art Basel, nous avons le plaisir de vous convier à un petit-déjeuner le jeudi 14 juin à partir de 09h ainsi qu’à un cocktail le samedi 16 juin à partir de 19h à la Fondation Fernet-Branca en l’honneur des expositions :

Collection David H. Brolliet, Genève, 40 ans de passion !
Nature to Nature David Nash
L’impermanence Léa Barbazanges, Céline Cléron, Marie Denis, Stéphane Guiran, Philippe Lepeut

Kunstmuseum Basel

Horaires : lundi au dimanche  10-20 sauf jeudi 11-20, Samedi 10-24 h

Gegenwart: lundi au dimanche  10-20
Rooftop Bar Kunstmuseum Basel | Gegenwart Lundi au samedi 15-21.30

Expositions visibles de 10-20 h

Kulktkino

Projection  gratuite du film Manifesto de Julian Rosefeldt | avec Cate Blanchett dans 13 rôles

Dès le lundi 11 juin 2018 : projection en boucle

Lundi 13 bis 20  | de mardi à vendredi 10 bis 20  | samedi 10 bis 24  |  dimanche 10 bis 19

Schaulager 

Performance de 30 minutes lundi à samedi 14 à 17h et dimanche 12h à 17h : reproduction d’une performance de Bruce Nauman de 1965 realisée en 1968 pour la video Wall-Floor Positions

Kunsthalle Basel 

Concert- perfformance du musicien britanique Klein 22h30 avec projection du nouveau film de Luke Willis Thompson Human. Le 13 de 19 à 22h et le 16 de 22h30  à 23h30

Kunsthaus Baselland

Ines Goldbach, Director, and Marina Meijer, President of the Kunsthaus Baselland proposent le  brunch annuel  en l’honneur des artistes  Rossella Biscotti, Rochelle Feinstein, Naama Tsabar le 13, 8:30  – 12

Performance by Naama Tsabar à 12

Kunsthaus Baselland

St. Jakob-Strasse 170

There will be a shuttle bus from Art Basel, corner Bleichestrasse/lsteinerstraase between 8:30 AM – 12 PM

Art Parcours Travail de  Stanley Brouwn, Kunstmuseum Basel | Hauptbau, 1. OG

Lundi à vendredi  12-20 , Sa 12-24 , dim 12-19

Art Parcours Night

Sa, 16.6., Hauptbau & Neubau  jusqu’à minuit

BASILEA : INSTALLATION PARTICIPATIVE SUR MESSEPLATZ 

Isabel Lewis, Lara Almarcegui et Recetas Urbanas eoccupent l’espace urbain sur la Messeplatz de Bâle .Pour le projet Messeplatz de cette année, Creative Time a organisé une installation participative qui utilise des ateliers de tambours, des monticules de gravats et un bâtiment temporaire construit par les visiteurs pour questionner la signification de l’espace public.

Il y a deux appels ouverts pour participer à ‘Basilea’, un avec Recetas Urbanas et un avec Isabel Lewis. Découvrez comment vous impliquer  ici .

«Mon principal intérêt est de toucher le plus grand nombre possible de communautés», explique Elvira Dyangani Ose, conservatrice en chef de Creative Time, l’initiative d’art public basée à New York et chargée de créer l’œuvre construite à partir de matériaux recyclés. L’installation principale comprendra des projets immersifs imbriqués par les artistes  Lara Almarcegui et Isabel Lewis, et le collectif d’architectes Recetas Urbanas, dirigé par Santiago Cirugeda. Ces trois créateurs se sont réunis pour réfléchir sur les possibilités de la ville et l’importance du partage de l’espace urbain.
Le collectif d’architectes Recetas Urbanas («Urban Recipes») utilisera l’aide de volontaires locaux pour marteler, forer, scier et construire une structure civique à usages multiples. Les sections locales et les visiteurs peuvent apporter des idées qui seront directement intégrées dans le travail. Les décisions concernant la structure, si souvent prises lors de réunions à huis clos avec très peu de participation des personnes qui vivent à proximité, seront plutôt une affaire de communauté, un mélange de matériaux recyclés rassemblés avec enthousiasme et esprit . Un précédent projet Recetas Urbanas avait mis en place un conteneur d’expédition rouge vif sur de longues pattes d’araignée industrielles et angulaires.

Pour le public, par le public – tel est le message des œuvres de Recetas Urbanas, dont les bâtiments participatifs et subversifs présentés à la Biennale d’architecture de Venise 2016 et la Biennale internationale d’art contemporain de Göteborg. Le collectif de design et de plaidoyer est connu pour travailler avec un large éventail de personnes, à tous les niveaux, pour fournir des espaces polyvalents qui peuvent être légalement provocateurs – et Basilea n’est pas différente. Le collectif ne s’intéresse pas seulement aux processus de création d’un bâtiment, mais aussi à la façon dont le bâtiment fonctionne comme une construction pratique et sociale pour une communauté. À cette fin, une fois la structure construite, ceux qui y ont travaillé seront en mesure de décider quoi en faire, où doivent-ils être déplacés et quels sont leurs objectifs. Cela donne aux résidents une chance de déterminer comment ils voient Bâle comme un environnement urbain. “Réutiliser l’installation donnera aux citoyens le droit de réfléchir et de décider comment structurer un fragment de leur ville”, explique Cirugeda. L’espace public nous appartient à tous, mais il est souvent difficile de susciter un sentiment d’investissement réel dans cette propriété. «Les citoyens ont perdu leur capacité à réagir à l’injustice spatiale», dit-il. Recetas Urbanas réagit contre cela en offrant une opportunité pour l’architecture civile, nous rappelant que la ville appartient aux gens qui y vivent.

Tandis que certaines personnes impliquées dans cette extravagance immersive et participative martèlent en créant un édifice physique dans l’espace civique, d’autres feront un bruit différent à travers des ateliers interactifs organisés par l’artiste berlinoise Isabel Lewis. Le tambourinage, le chant  feront partie des Masterclass animées par l’interprète, animateur de club-house et critique culturelle, évoquant une foire d’art ou même une atmosphère de squat-rave. Les participants pourraient être jetés dans un atelier de tai-chi; d’autres pourraient apporter leur propre tambour pour ajouter au chœur d’instruments, dirigé par le percussionniste Colin Hacklander, faisant écho autour de la place tout au long de la semaine. La pratique de Lewis s’exprime dans les fêtes qu’ elle organise , les sessions de musique et les installations, Elle s’appuie souvent sur le comportement des gens dans un groupe et sur la façon dont cela crée un sentiment d’espace public – ce qu’elle appelle «un environnement construit spécifiquement pour partager expériences et pratiques corporelles». Avec Basilea, l’artiste américano-dominicain s’offre un moment pour créer un espace public à la fois ouvert et intime pour les habitants et les visiteurs de Bâle : «Je m’intéresse à rendre les structures disponibles pour exprimer soin et sociabilité. Ce sera certainement amusant, nouveau et inattendu.

La contribution de Lara Almarcegui à Basilea est une installation à grande échelle de pierre excavée qui sera installée à côté de la structure mobile de Recetas Urbanas. Gravel est une installation basée sur le temps qui verra Messeplatz dominé par des piles de matériaux de construction prises à partir d’une carrière active à proximité. Ces piles augmenteront progressivement pendant la semaine de la foire, reflétant le volume moyen extrait des carrières de Bâle. C’est une approche typique de sa pratique: à la 55e Biennale de Venise en 2013, elle a rempli l’intérieur du pavillon espagnol d’une quantité de gravats équivalant à la quantité de matériaux utilisée pour créer le bâtiment lui-même. Almarcegui crée également un guide d’accompagnement pour les gravières vides de la ville, pour encourager son public à «réfléchir sur les nouvelles utilisations de ces terrains abandonnés et sur les conséquences de l’extraction».

La ville coexiste avec la nature, mais c’est souvent une relation difficile: quelles sont les conséquences du développement urbain, du progrès humain? Le travail d’Almarcegui oblige le spectateur à considérer comment nous sommes arrivés ici – à Messeplatz, au bâtiment Herzog & de Meuron qui l’entoure, voire même à Art Basel.

Cette attitude envers l’environnement social urbain est ce qui unifie le projet Basilea: étudier le potentiel de Bâle comme un espace de dialogue sur la façon dont nous coexistons – avec les autres personnes, les bâtiments et la nature, également. «Le projet est formulé comme une interrogation sur l’espace public et ses usages, non seulement à Bâle mais aussi ailleurs. Que signifie “public”? Qu’est-ce que cela signifie d’être “en public”? demande Dyangani Ose. La vérité est qu’à l’ère des fausses nouvelles et des bulles filtrantes, réunir le public à travers des expériences esthétiques collectives est unique. Elvira Dyangani Ose estime que cela est crucial pour montrer l’art aujourd’hui: «Fournir des expériences devient de plus en plus important – saisir l’opportunité d’être ensemble dans un contexte dans lequel nous nous engageons avec ce que signifie être humain.

En fin de compte, ce sera à ceux qui s’impliqueront de décider quoi faire de l’occasion. Comme le dit Dyangani Ose : «Les façons dont vous pouvez participer seront dévoilées une fois que vous serez là …»

Texte Josie Thaddeus-Johns  écrivain basé à Berlin.

Les représentations de Messeplatz auront lieu du lundi 11 juin au dimanche 17 juin. Pour plus de détails sur l’appel ouvert, cliquez  ici

Le samedi 16 juin de 15h à 16h, Isabel Lewis, Enrique Fontanilles, Senam Okudzeto et Elvira Dyangani Ose discuteront du rôle des citoyens, des communautés et des artistes dans l’activation des espaces publics dans le cadre du programme Conversations d’Art Basel et de la Messeplatz projet. Lieu: Auditorium, Hall 1.1

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :