Hotel Feydeau se jouait au Théâtre de Bâle

Saison Française du Théâtre de Bâle 23 Janvier 2018

On révise Feydeau avec Georges Lavaudant : Hôtel Feydeau concentré de loufoquerie 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour ceux qui avaient loupé la représentation d’Hôtel Feydeau au Théâtre La Coupole de Saint-Louis , une deuxième chance leur a été donnée puisque la pièce a été montrée la semaine dernière à Bâle -une incongruité qui nous a bien servi somme toute – .

Feydeau , tout le monde connaît , ou presque  ; nous sommes tous capables de citer  a moins ” on purge bébé “, ou ” Hôtel du Libre-échange” , ou encore “La Puce à l’oreille” , “La Dame de chez Maxim” , enfin bref , on connait tout ou presque mais pas tout ensemble . Cinq comédies de Feydeau écrites entre 1908 et 1911 en accéléré, voilà la belle prouesse stylistique drôlatique orchestrée par le metteur en scène Georges Lavaudant qui nous promène joyeusement de pièce en pièce : on y retrouvera avec délectation On purge bébé ,  Mais n’te promène donc pas toute nue, Feu la mère de Madame , Léonie est en avance et enfin , l’inachevée  Cent millions qui tombent. Un tourbillon férocement comique qui a pour vocation de mettre à mal la bonne bourgeoisie et ses certitudes bétasses , mené  à train d’enfer par des comédiens hors pair – palme d’or à Toto / Manuel Lelievre  et André Marcon travesti en Louis XIV – interprétant toutes les figures de la famille version bouffons ridicules comme la mère à bigoudis et robe de chambre douteuse- Grace Seri hilarante –  préoccupée exclusivement par les problèmes de constipation de Toto ou encore Astrid Bas , complètement piquée à la recherche éperdue de celui qui voudra bien lui sucer le derrière pour en extraire le venin de …mouche égarée en ce lieu intime – la belle Clarisse en déshabillé jaune evanescent ira jusqu’à chercher son sauveur dans le public, fesses en avant – . A l’Hôtel Feydeau ( réminiscence peu glorieuse du passage de Feydeau lui-même , mari trompeur et trompé , en disgrâce à l’hôtel Terminus Gare St Lazare ), les pots de chambre volent à défaut de la vaisselle cassée et on rit de bon coeur à ce joyeux et féroce hommage au Vaudeville qui se termine en dansant dans un grand éclat de rire.

THEATRE DE BALE

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :