Ladysmith Black Mambazo au JazzFestival de Bâle

Ladysmith Black Mambazo Jazz Festival Basel 2018©VB

Ladysmith Black Mambazo chantent à Capella et dansent pour la paix à la Martinskirche

Il faut le dire , depuis Johnny Clegg et Savuka , on connaît la danse des zoulous d’Afrique du Sud; nous avons eu la chance de  voir  le Zoulou blanc au Casino de Bâle lorsque ‘on y  venait encore écouter des concerts ( Nina Haggen , UB40 , The Commitments , Charlie Winston , Cindy Lauper, Kim Wilde… ). Les 9 membres du groupe Ladysmith Black Mambazo ne sont pas des chanteuses contrairement à ce que leur nom de scène suggère. Ce groupe vocal sud-africain, a été fondé en 1960 par Joseph Shabalala qui créa un premier groupe sous le nom de Ezimnyama Ngenkani (Les Noirs), qu’il recruta au sein de la famille Shalabala, les frères et cousins de Joseph. Leur réputation ne dépassait alors pas les limites de la ville de Ladysmith, d’où ils étaient originaires.

Thamsanga Shabalala Ladysmith Black Mambazo Jazzfestival Basel  2018 ©VB
Thamsanga Shabalala Ladysmith Black Mambazo Jazzfestival Basel 2018 ©VB

En 1964, Joseph forma Ladysmith Black Mambazo. C’est lui-même qui trouva le nom en greffant à Ladysmith l’adjectif « noir », symbolisant le bœuf noir, considéré comme le plus puissant des animaux de la ferme, et le nom Mambazo, qui signifie « hache » en zoulou, pour symboliser la capacité du groupe à « tailler en pièces » ses adversaires lors des concours. En 1967, le groupe commença à enregistrer pour Radio Zoulou.En 1985, ce fut la rencontre avec Paul Simon qui allait donner une dimension vraiment internationale à leur talent. En 1988, sort le film “MoonWalker” de Michael Jackson où ils apparaissent durant le générique de fin pour chanter “Moon is Walking”. En décembre 1991, Headman Shabalala, frère de Joseph et basse dans le groupe, fut abattu par un blanc, Sean Nicholas, un assassinat considéré comme raciste. Joseph Shabalala arrêta de chanter. Soutenu par sa foi chrétienne, il finit par se remettre au chant.

La fin de l’apartheid dans la première moitié des années 1990 changea beaucoup de choses pour le groupe. La libération de Nelson Mandela après 27 années de prison en 1990 fut suivie du premier album d’hommes libres du groupe, Liph’ Iqiniso (1993), sur lequel la dernière chanson, “Isikifil’ Inkululeko” (“La liberté est enfin là”), célèbre la fin de la servitude.

Pour Nelson Mandela, Ladysmith Black Mambazo était une institution culturelle. Il les a invités à Oslo pour le prix Nobel de la paix et sa prestation de serment en tant que président de l’Afrique du Sud en 1994, et avec “The Best of Ladysmith Black Mambazo : The Star and the Wiseman”, ils ont obtenu trois fois le platine et se sont vendus à plus d’un million d’exemplaires rien qu’au Royaume-Uni.

4 Grammys gagnés et 19 autres nominations aux Grammy pour Ladysmith Black Mambazo, qui divertissent leur public depuis des décennies avec des harmonies vocales merveilleuses et des danses impressionnantes au plus haut niveau. Dans les années 70, Ladysmith Black Mambazo s’est établi comme la formation a cappella la plus réussie en Afrique du Sud. Sa percée internationale a eu lieu à la fin des années 1980 avec ses enregistrements sur le célèbre album de Paul Simon Graceland (le titre le plus célèbre “Homeless”), qui s’est vendu à plus de 16 millions d’exemplaires dans le monde entier. Ces enregistrements étaient révolutionnaires, car “Graceland” était le début de ce que nous entendons aujourd’hui par musique du monde.

En 2004, le groupe a reçu son deuxième Grammy et a vendu son album actuel à plus de six millions d’exemplaires aux Etats-Unis. D’autres succès sont “Long Walk to Freedom” (2006), ainsi que les albums “Ilembe” (2009) et “Singing For Peace Around The World” (2013). En 2016, Mambazo a été nominé pour un autre Grammy pour l’album “Walking In the Footsteps of Our Fathers”. Outre Paul Simon et des artistes sud-africains tels que Lucky Dube, Vusi Mahlasela et Hugh Masekela, Mambazo a travaillé avec Ben Harper ,Peter Gabriel, Stevie Wonder, Dolly Parton, Zap Mama, Taj Mahal et Michael Jackson, entre autres, et s’est produit pour Nelson Mandela, le pape Jean-Paul II et la reine d’Angleterre.

L’année prochaine, Nelson Mandela aurait eu 100 ans – un événement que Ladysmith Black Mambazo aimerait célébrer avec son public.

Le dernier album en date est Long Walk to Freedom, qui célèbre les 45 années d’existence du groupe.

 Ladysmith Black Mambazo 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :