Matteo Gonet artisan verrier à Münchenstein

Matteo Gonet maître es bulles depuis 20 ans

Matteo Gonet , né en 1979, a grandi entre Lugano et Lausanne.

Atelier Matteo Gonet ©VB

Après  un apprentissage de chalumiste en Allemagne à 14 ans  , dépt verre céramique bijoux  , Matteo Gonet devient  compagnon, ce qui l’amène à sillonner la France, l’Allemagne, l’Italie, la Hollande et la République Tchèque pendant cinq ans. Puis il étudie le design à la  Gerrit Rietveld Academie d’ Amsterdam , travaille ensuite au Centre International de Recherche sur le Verre et les Arts plastiques (Cirva) à Marseille , où il  a rencontre plusieurs des artistes qui  lui passent des commandes régulières comme Jean-Michel Othoniel.

A la fin de  son cursus en 2001 , il  obtient une résidence d’artiste à Sidney. Matteo  pose  finalement ses valises à Bâle , plus exactement à Münchenstein  sur un site industriel  anciennement dédié au laminage de l’aluminium , transformé aujourd’hui en “Cité d’artisans”. Il y a crée en 2008 son propre atelier de verrier et designer dans lequel il dirige une équipe de 7 artisans  et où  il met son savoir-faire unique au service des  clients  privés , artistes , designers ,ou architectes de renom.

La passion du métier , le désir de se parfaire , le respect de la tradition

Thibault à l’Atelier Matteo Gonet ©VB

VB : Bonjour Matteo, maître verrier , ça ne s’improvise pas !

MG : non , bien sur ! J’ai commencé à apprendre le métier à l’âge de 14 ans et rien n’est du au hasard ; pour pouvoir apprendre puis travailler , il faut un atelier , un maître et une tradition ; j’ai fait ce qui s’apparente à un   compagnonnage en voyageant pendant 10 ans un peu partout,   et je n’ai plus jamais quitté le métier.

VB : Justement , qu’est ce qui maintient la passion du métier  de verrier  ?

MG : Je trouve tout le plaisir de mon métier dans la fabrication d’objets ou de sculptures , que ce soient des prototypes , des  petites séries  ou des installations plus volumineuses car tout y est manuel , artisanal , méticuleux . Cependant , l’idée de découvrir toujours de nouvelles méthodes de fabrication ou au contraire apprendre à utiliser des techniques ancestrales, par exemple un travail que nous avons fait en Inde avec Othoniel , c’est  ça pour moi le  vrai bonheur  , ce qui  m’intéresse, bien  plus  que l’exposition finale de l’objet elle-même:

VB : le plaisir de voir une création terminée  est tout de même important , non ?

MG : oui , naturellement puisque c’est le résultat de notre travail même si les machines sont là et peuvent à peu près tout faire , tout dépend de l’importance de volume de la commande ;  finalement ,  c’est quand même l’homme qui façonne l’objet , la main donne la forme , le souffle donne le volume , ce sont mes outils  sans oublier le four bien sur qui tourne à 1200°. Et il faut dire que contrairement à ce qu’on croit , ce sont les pièces les plus simples qui demandent le plus de précision  car simplicité  implique souvent perfection, la difficulté venant aussi du fait que  l’objet doit être conçu et terminé  en une traite. Il y a plus de marge de manœuvre avec des choses plus fantaisistes.

Matteo Gonet ©Andreas Zimmermann

Matteo Gonet jette un pont entre  l’art la technique

VB : trouvez-vous le temps pour des  créations personnelles   ?

MG : oui , j’ai crée depuis quelques années un département de creation de lampes et j’ essaie de construire une collection en collaboration avec des designers comme Moritz Schmid ou  Frédéric Dedelley .

j’aime par-dessus tout associer le verre et la lumière  et je  travaille  pour cela avec des ingenieurs specialisés  ou des experts mandatés sur des projets  dont les compétences complètent mon intuition .

VB : A.Scott de Martinville , prof à l’ECAL ( Ecole  Cantonale d’Art de Lausanne )  vous décrit comme un expérimentateur de génie . Qu’en dites-vous ?

MG : oui , ce qu’il veut dire c’est que je ne suis pas exactement comme l’artisan qui ne veut pas s’écarter du savoir-faire qu’il maîtrise , je cherche , j’expérimente en permanence.Les artistes qui me font confiance me confient leurs idées , leurs fantasmes et je vois la faisabilité des projets , c’est ce qui est le plus réjouissant et le plus excitant . Par exemple ,en 2009 , lors de l’exposition ” Post-mortem ” au Mudac à Lausanne , j’ai présenté des urnes funéraires imaginées par  10 designers ( Othoniel , Elisabeth Garouste, Pierre Charpin…)   c’était vraiment très intéressant de comprendre leur interprétation de la mort à travers la création de ces urnes. Les commandes d’artistes  sont toujours l’occasion de mettre à l’épreuve mon ouverture d’esprit , je dois être flexible pour comprendre et concevoir l’objet dans l’esprit de celui qui l’imagine.

VB : vous avez sillonné les villes et les pays pour parfaire votre formation , pourquoi cette halte à Bâle ?

MG : j’ai rencontré mon épouse Franca  , qui est médecin , nous avons 2 enfants et ce qui me rend le plus heureux aujourd’hui , c’ est de voyager avec ma femme et jouer avec mes enfants et … travailler. C’est difficile de tout combiner  car nos carnets de commande sont pleins et nous travaillons tout le temps , du coup c’est pour ça que j’accorde une importance relative aux interviews ! Je devrais peut-être l’être un peu moins si j’avais de la concurrence mais je n’en ai aucune pour le moment en Suisse.

VB : Matteo , ne seriez-vous pas  le  Seppi  Imhof de  Tinguely ou le Djian de  Stefan Eicher?

MG : moi  j’aime cette position , je reste dans l’ombre , je suis celui qui interprète les désirs de l’artiste et soumets la faisabilité technique de la chose au souffleur ; cette discrétion correspond à mon caractère.ce  qui ne m’empêche  pas élaborer moi-même des projets , en particulier des lampes ( ” Lampe saturne ” ou ” Les Ballons “24 ou 16 ballons en verre soufflé opaline  présentés à la galerie Triode en 2007 )

VB : vous avez nommé votre site WEB ” Fragile ” , normal pour un atelier de verrier mais quelle est la proportion de casse in situ et au cours du transport ?

MG : très faible ,ce qui est cassé ou non satisfaisant est recyclé et réutilisé pour un objet suivant ; pour le transport , il n’y a pas de soucis , nous fonctionnons habituellement  avec les  Transporteurs Möbeltransports ; donc peu de chute et pas de gaspillage ! C’est indispensable car nos creations voyagent souvent loin ,  Los Angeles , Paris, Hong Kong New-York…

VB : vos commandes proviennent de façon majoritaire d’artistes , designers ou architectes ? Des noms peut-être ?

MG : oui , ce sont mes clients et leurs commandes viennent de personnes privées que je ne rencontre pas donc ; je travaille beaucoup avec des bureaux d’architectes comme ” Buchner et Bründler ” ou ” Miller et Marenta ”  à Bâle; aussi avec les designers Mathieu Lehanneur ( designer français ) ou Alexis Georgopoulos ( compositeur et artiste  américain   ) Ronan et Erwan Bouroulec font aussi appel à nous parfois , de même , Nicolas LeMoigne ( designer suisse ) ou   Vanessa Hordies( Belgique ) et ces dernières années , une grosse partie de notre production est liée au plasticien  Jean-Michel Othoniel  mais en ce moment , plus de 30 projets  d’autres artistes sont en cours.

Des commandes prestigieuses pour des artistes de renommée mondiale

VB: vos realisations sont aussi bien le résultat des commandes de grandes maisons de luxe comme Channel ou Remi Martin Henessy( Carafe Cognac Style Louis XIII), le Groupe Swatch ou Versailles .Vous avez un travail en cours pour Jean-Michel Othoniel ?

MG : oui , nous serons peut-être un peu en retard mais pour l’été 2014 , une creation commandée par Othoniel sera exposée dans les jardins de Versailles . C’est d’autant prestigieux que ce sera la première fois qu’une oeuvre restera en place depuis l’époque Louis XIV. Nous fabriquons des séries de boules qui s’enchaîneront en une sorte de volute , transparentes mais contenant une feuille d’or.

VB : comment avez-rencontré Jean-Michel Othoniel ?

MG: il y a 15 ans à Marseille au CIRVA (Centre international de recherche sur le verre et les arts plastiques), j’ai  fait pour lui de nombreuses pièces lors de l’exposition qui lui était consacrée à Pompidou en 2011, le fameux Kiosque des Noctambules à la station Palais Royal mais je realise  aussi  pour lui des  petites séries  comme les noeuds contenant 50 à 70 perles qui ont beaucoup de succès. Je ne suis tout de même pas le seul artisan lié à  Jean-Michel Othoniel   , il travaille à 80%  avec les ateliers de Murano à  Venise.

VB :  quelle est la genèse de ce projet grandiose le jardin contemporain pour le Bosquet du Théâtre d’eau à Versailles auquel vous participez ?

MG: en mai , le château de Versailles  a lancé les travaux du bosquet du Théâtre d’Eau ; le paysagiste Louis Benech et Jean-Michel Othoniel ont remporté le concours ; ils sont chargés de la realisation  de ce jardin contemporain en hommage à LeNôtre ;Jean-Michel  Othoniel nous a commandé les  3 sculptures-fontaines du bosquet , 50 boules chacune ; elles seront posées à fleur d’eau et composées d’entrelacs et d’arabesques dorées en perles de Murano .ce sont de grosses boules miroirs inversés dorées à la feuille d’or ; la sculpture est le résultat d’une association de compétences , notamment , celle des ingénieurs  et  techniciens pour faire la realisation en 3D; à l’atelier, chez  4 stagiaires sont sur le pont  Ce sera la 1ère oeuvre persistante depuis les rois !

VB : merci Matteo d’avoir délaissé provisoirement votre atelier pour nous ; est- il possible de le  visiter  ?

MG : oui , j’organise régulièrement des visites guidées ; il faut seulement ne pas être trop nombreux et respecter le travail des souffleurs , et ne pas prendre en photo les objets en commande ou exposés car ils sont la propriété de nos clients

VB : alors , à très bientôt , peut-être ce Printemps pour une viste avec l’Union Française et Francophone de Bâle.

A propos de Jean-Michel Othoniel Video de Arte.TV
Que ceux qui  voudraient  percer les secrets de  transformation de la silice ( et quelques autres trucs …) en oeuvre d’art regardent la video de l’ECAl : workshop organisé par Ronan  Bouroulec le 6 /9/ 2012 avec les etudiants  de Master of Design , sous la houlettte de Matteo Gonet  dans son atelier de Münchenstein: extraordinaire !!

Matteo Gonet et son atelier

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :