Fabien Duquesnes directeur école bilingue Les Coquelicots Bâle

Journées portes ouvertes le 14 Janvier 2016 de 13:30 à 16:30 et le 22 Janvier 2016 de 8:30 à 11:30

Peter Merian-Strasse 22A, 4052 Basel
Téléphone 061 535 10 61 – info@ecolecoquelicots.chwww.ecolecoquelicots.ch

L’Ecole ” les Coquelicots ” a pour vocation de fournir un enseignement bilingue aux enfants d’origines culturelles et sociales les plus variées, à partir de l’âge de 21/2 ans et jusqu’en fin d’école primaire.L école accueille actuellement des enfants venant de plus de 19 pays et parlant plus de 10 langues maternelles différentes L’ enseignement  y est basé à 50% sur le programme scolaire français et à 50% sur le programme scolaire de Bâle-Ville. Fabien Duquesnes a été nommé directeur des Coquelicots  en 2010  après y avoir été enseignant dès 2008 ;

 Entretien avec Fabien Duquesnes , directeur de l’Ecole maternelle et primaire  bilingue  de Bâle ” Les Coquelicots “

VB : bonjour Fabien Duquesnes , comment êtes-vous arrivé à Bâle ?

FD : j’étais instituteur  dans la région parisienne durant  5 années après l’obtention de mon diplôme de l’IUFM en 2003 .Mon objectif était  clairement de quitter la région parisienne pour retrouver une vie plus sereine.” A Bâle , j’ai trouvé cette forme de sereinité , d’apaisement, je trouve que l’aspect citoyen est visible , on respecte l’environnement ,ça donne l’impression d’appartenir réellement à une communauté . Ici , le quotidien est simple , on est proche de la nature , on circule facilement , je viens  d’ailleurs en velo chaque jour d’Hésingue ( NDLR : Fabien Duquesnes vit à Hésingue avec son épouse également enseignante aux Coquelicots et leur garçon Malo ), ça ne me pose pas de problème , c’est juste un plaisir comme je suis assez sportif , j’ai enseigné le sport- course , natation , foot – et fait du triathlon. Par contre , au début , j’ai eu un peu de souci avec la langue allemande , mais comme je parle deja Anglais et espagnol , j’ai pu ajouter cette troisième langue un peu plus facilement , avec l’aide de mes beaux-parents je dois dire qui sont alsaciens, j’ai même demandé à la grand-mère de mon épouse de ne me parler qu’alsacien pour que je me familiarise avec l’idiôme germanique !

VB : alors , parlons des Coquelicots , quels sont les niveaux scolaires qu’offre l’école bilingue” Les Coquelicots ” aux familles ?

FD : à l’origine , en 2006 , l’Association Les Coquelicots  était le fait de l’initiative de  parents binationaux  souhaitant offrir aux enfants de 2, 5 ans jusqu’à l’entrée à l’école élémentaire  , une structure maternelle bilingue  franco-allemande, alternative à l’éducation unilangue ou anglophone jusqu’alors présente à Bâle.  Nous avons ensuite  ouvert 3 classes de primaires : CP , CE1 et CE2,  une classe de CM1  sera en place pour la  rentrée 2015/2016 , et nous prévoyons également pour la rentrée 2016/2017 une classe de CM2. Notre motivation est de permettre aux parents , après le cursus primaire , de donner la possibilité  aux enfants d’intégrer les écoles bâloises ou d’opter pour la poursuite du cursus dans le système français indifféremment  puisque notre proposition repose sur l’utilisation d’éléments éducatifs à la fois suisses et français car chacun des modèles comporte des avantages et des inconvénients

VB : par exemple ?

FD : par exemple , les débuts de l’apprentissage sont bien différents : en France , les petits sont très vite plongés dans les chiffres et les lettres puis la lecture , alors que les petits suisses n’apprennent pas à lire avant l’entrée au primaire, ce qui peut nous paraître un peu tard ; par contre , on enseigne  très tôt aux  jeunes suisses l’autonomie -ils prennent le tram seuls sans problème – ,l’apprentissage précoce aussi  est une affaire de jeux , de mises en situation pratique , de realisations faites au cours d’ateliers. Nous cherchons à instruire les enfants dans les deux langues mais aussi dans le respect des 2 cultures , ainsi , pour participer à l’effort d’autonomie , nous imposons à tous les  parents de déposer les enfants au bout de la rue et non devant la porte , la bibliothèque est l’affaire des enfants , ils en gèrent eux-mêmes le contenu  et l’utilisation et font une mise au point une fois par mois.

VB : donc , les points de vue éducatifs suisses et français ont fini par cohabiter?

FD : au départ , la cohabitation de nos cultures n’a pas été évidente car nous étions  jugés par nos collègues suisses comme trop rigides ; finalement  ils se sont faits à cette structuration des habitudes qui leur a permis en définitive de gagner du temps. Chaque trimestre , les enseignants des 2 nationalités se réunissent pour suggérer des activités ludiques ou éducatives , ainsi  les 2 philosophies suisses et françaises coexistent harmonieusement et apprennent l’une de l’autre pour transmettre le principe de biculture aux enfants et éviter de ne s’en remettre qu’aux clichés. L’école s’est de toute façon  très vite internationalisée  car  les familles pratiquent 14 langues maternelles dont le suisse-allemand , l’anglais , l’espagnol, l’italien , l’arabe et le chinois , dans l’ordre.Voici le meilleur moyen d’ouvrir l’esprit des enfants aux autres cultures, c’est une richesse indéniable.

VB : comment est constituée l’équipe enseignante?

FD : nous avons 3 enseignantes à temps plein pour chacun des départements , maternelle et primaire , auxquelles il faut ajouter des temps partiels pour les disciplines annexes : musique , sport , théâtre, anglais. D’ailleurs , nous continuons à chercher des enseignants en ce moment , notamment en allemand.C’est assez difficile car , en Suisse , il y a pénurie de professeurs , notamment à cause du nombre important de départs  la retraite mal anticipés après le vote de la réforme scolaire HarmoS; d’autre part ,  comme notre système français imposait trop d’heure de travail hebdomadaire , nous nous sommes calés  depuis 2006 sur les 4jours et demi par semaine .

VB : précisément , comment organisez-vous la structure bilingue au sein des Coquelicots ?

FD: d’abord , physiquement , il y a ici des salles ou l’on ne parle qu’allemand et d’autres que le français; les deux langues sont instruites alternativement sur la semaine par tranches de 2 jours consécutifs afin de mener à bien les projets éducatifs proposés  en évitant les confusions linguistiques . Comme nous sommes sous la tutelle du département d’Education de Bâle-Ville ( qui nous rend visite 2 fois par an )  et non celle de l’Académie de Strasbourg, tous nos enseignants d’allemand sont titulaires d’un diplôme de la PrimarSchule suisse dans un souci d’adhésion au concordat HarmoS- synchronisation des systèmes scolaires dans les cantons suisses-

VB : combien d’enfants recevez-vous dans chaque section ?

FD: afin de préserver une bonne qualité d’enseignement et un apprentissage des langues satisfaisant , nous limitons à 16  le nombre d’élèves par classe; le critère est aussi financier , nous disposons d’un  budget  de  10 à 16 enfants par classe  , au-delà , le personnel supplémentaire  nous obligerait à engager de nouvelles  dépenses. Par ailleurs , comme nous sommes une association , nous impliquons beaucoup les parents dans la vie de l’école  en les faisant participer aux petits évènements  afin de renforcer l’idée d’une communauté soudée au service des enfants ; nous nous attachons à communiquer dans les 3 langues Français Allemand Anglais pour promouvoir les Coquelicots et inciter les familles à choisir notre établissement bilingue tout en restant vigilants sur les limites que nous nous sommes imposées en terme de nombre.Du coup , il y a des listes d’attente : 48 places sont disponibles pour la maternelle et 5 sont en attente, en revanche , nous avons encore un peu de marge pour les primaires .

VB :quelles sont les activités péri-scolaires proposées par l’équipe des Coquelicots aux élèves ?

FD: le sport d’abord : nous louons une salle à la Engelgasse -tout près à pied- et nous disposons d’ une salle multiactivité pour les petits ; nous réservons aussi une piscine que nous louons au trimestre car la natation est une discipline enseignée obligatoirement par les éducateurs suisses. Cette année , pour illustrer notre thème , “la frise historique” , nous organisons pour chaque classe une fois par mois des sorties  dans la région du Dreiländer, par exemple, à la rentrée nous étions au musée des antiquités pour les Pharaons, nous irons au second trimestre à Augusta Raurica, nous aborderons le Moyen-âge à Lörrach ou Ferrette ; une fois par trimestre ,nous proposons aux enfants une sortie pédagogique , nous  les avons emmené   dans une ferme  à Bouxwiller  ou visiter  le grand incinérateur de Bâle par exemple.

VB : l’école des Coquelicots présente-t-elle d’autres avantages que la proposition d’enseignement bilingue qui est  déja unique à Bâle ?

FD : oui , nous cherchons à faciliter la vie des familles le plus possible en tenant compte de l’activité  professionnelle des parents et il nous a fallu nous adapter à cette situation où père et mère travaillent .Nous avons donc abandonné les congés calqués sur  l’Académie de Strasbourg au début au profit de dates de congés composées d’un compromis entre congés suisses et français, par exemple , la rentrée scolaire démarre entre le 20 et le 25 août. Notre jardin de vacances  est toujours ouvert pour peu qu’au moins 3 enfants se présentent , pour la pèriode de Noël, il sera ouvert du 22 décembre 2014 au 2 janvier 2015.

VB : comment sont évalués les compétences linguistiques des enfants ?

FD : nous remettons des livrets d’évaluation franco-suisses  , titrés par discipline notées de 1 à 4  en allemand et en français .Les compétences sont évaluées entre autres  en  langage oral, en calcul ,en  art visuel , en socialisation et acquisition de l’autonomie .Ce livret nous permet de déterminer exactement les possibilités d’intégration à la sortie de notre école dans les systèmes français ou suisses .

VB : comment le niveau d’acquisition linguistique est-il avalisé ?

FD : en 2011 , le niveau  en allemand des enfants à la sortie des Coquuelicots avait été jugé insuffisant ; nous avons donc participé à l’élaboration d’un label de bilinguisme avec la ville de Bienne , et il faut dire que les contraintes pour parvenir à obtenir ce label ont été assez lourdes , tant en français qu’en allemand , mais nous sommes très fiers d’avoir décroché  en août 2013 le premier certificat du bilinguisme attribué à une entreprise en dehors du canton de Berne pour une durée de 5 années.

VB: votre bilan est plutôt très positif . Que souhaiteriez-vous encore apporter à l’Ecole des Coquelicots ?

FD : je suis très attaché à l’idée de développer un réseau multi-culti  tri-national ; j’aimerais multiplier les rencontres entre les Coquelicots et d’autres écoles tant en France qu’en Suisse ou en Allemagne ; nous avons commencé avec l’Ecole maternelle / primaire d’Hésingue  que nous avons reçue pour le Fasnacht et que nous avions visitée lors de la coupe d’Europe ; l’idée est de sortir les enfants du confort de l’école qui est un peu comme un cocon et les confronter  à d’autres structures , d’autres cultures aussi; nous avons pris contact avec une ecole à Solothurn ou un prof  proposerait 3 journées de ski contre un séjour pédagogique centré sur le  Rhin .Nous avons imaginé d’appeler notre  projet ” Melting Potes “. Bien sur , l’autre projet serait de déménager pour pouvoir héberger  les classes de CM1 et CM2 prévues pour les prochaines rentrées ainsi que l’augmentation des équipes scolaires et peri-scolaires nécessaires ; nous espérons pouvoir bénéficier des locaux  libérés grâce à la construction de la Tour Roche à Bâle.

VB : je vous remercie et vous souhaite de belles fêtes de fin d’année

Les Coquelicots – Ecole maternelle et primaire bilingue de Bâle

Peter Merian Strasse 22A

4052 Basel

Tel: +41 (0)61 535 10 61

 info@maternelle.ch

Les Coquelicots -Ecole maternelle et primaire bilingue de Bâle

Peter Merian Strasse 54

4052 Basel

Tel: +41 (0)61 271 37 66

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :