Saint-Louis Forum du Livre 2018

Forum du Livre Saint-Louis 2018

Le Prix du Lys 2018 a été remis à  Martial Debriffe (Terres d’histoire) pour Le pinceau du roi

Prix du Lys 2018 à Martial Debriffe devant les locaux d’Arte Strasbourg

 

La ville de Bâle est l’invitée d’honneur du 35 ème Forum du Livre de Saint-Louis le 13, 14 et 15 avril 2018

Quelques mois après le retour du tramway bâlois à Saint-Louis, symbole d’une volonté de transcender les barrières, il était tout naturel que la 35e édition du Forum du livre de Saint- Louis se penche sur la question qui palpite et passionne l’actualité de chaque jour : les frontières, une chance ou un obstacle ? Le thème de cette édition, « Sans frontières », laisse paraître de façon évidente le parti pris adopté. Oui à l’ouverture. Oui au partage. Oui aux échanges.

Pierre Assouline, le président 2018, l’une des figures les plus importantes de la vie intellectuelle française, nous parlera de la puissance de la littérature pour appréhender le chaos. Nos invités d’honneur sont tous des hérauts du métissage par la culture : Robert Kopp parlera du rôle central de Bâle, la ville invitée, dans la naissance d’une identité européenne ; le romancier et cinéaste Philippe Claudel consacre son œuvre à ce que nous apporte « l’autre » ; Didier Van Cauwelaert invite à dialoguer avec des civilisations et des scientifiques disparus. Mathieu Vidard, l’animateur de La tête au carré sur France Inter, évoquera avec ses invités, experts dans leurs domaines respectifs, les espoirs et les craintes que fait naître la science.

Quelques exemples parmi tant de propositions pour un week-end riche en émotions et en surprises. Débats, spectacles, dialogues privilégiés avec les écrivains (la nouveauté « Secrets d’auteurs ») : de multiples façons de fêter les livres et de dialoguer avec les auteurs seront proposées.

INFORMATIONS PRATIQUES

Horaires

•  Vendredi 13 avril : 14 h – 20 h

•  Samedi 14 avril : 10 h – 19 h

•  Dimanche 15 avril : 10 h

PRÉSIDENT Pierre Assouline, président

ASSOULINE Pierre © 2017 Francesca Mantovani – éditions gallimard 7675

Né en 1953, à Casablanca au Maroc alors sous protectorat français, Pierre Assouline est un journaliste iconoclaste et d’une rare indépendance. Il a collaboré à L’Histoire et au Magazine littéraire. Il a travaillé aussi à la radio, sur France Inter (1986-1990), RTL (1990-1999), ponctuellement sur France culture, est chroniqueur au Monde 2, critique pour Le Nouvel observateur, et membre du comité de rédaction du mensuel L’Histoire, au Figaro littéraire, etc.C’est un commentateur attendu de la vie culturelle. Son blog La république des livres est l’un des plus suivis de la toile. Écrivain, il est notamment l’auteur de biographies (Gaston Gallimard, Hergé, Cartier-Bresson) et de romans (Lutetia, Le portrait, Vies de Job, Une question d’orgueil), ainsi que de deux autodictionnaires consacrés à Georges Simenon et à Marcel Proust. Il a été élu à l’Académie Goncourt le 11 janvier 2012. Son dernier roman, Retour à Séfarad, paru aux éditions Gallimard, est un palpitant roman d’aventures à travers l’Espagne. Il donne lieu à une réflexion sur l’identité de la part de celui qui se décrit ainsi : « Je suis français, né au Maroc avec une double filiation séfarade et judéo-berbère, et très européen. »

 

 

INVITÉS D’HONNEUR

Didier Van Cauwelaert, invité d’honneur

Didier Van Cauwelaert  se  qualifie  depuis  toujours  de « romancier de la reconstruction ». Cet auteur prodige (il a publié son premier livre à l’âge de 22 ans !) évoque dans la plupart de ses ouvrages des êtres en souffrance, en difficulté, qui reprennent pied. Aziz Kemal, le personnage principal d’Un aller simple, son prix Goncourt de 1994, était ainsi le fils de parents décédés lors d’un accident de voiture. Ou Jules, le héros canin de ses derniers best-sellers, est un chien d’aveugle. Didier Van Cauwelaert dirige, aux éditions Plon, la collection « Témoins de l’extraordinaire » qui revient sur des expériences vécues qui, a priori, nous dépassent. Il sera présent à Saint- Louis avec certains de ses auteurs pour témoigner ensemble sur ce « monde de l’impossible ». Il a été lauréat du prix des Romancières en 2017

Philippe Claudel, invité d’honneur

Philippe Claudel, écrivain traduit dans le monde entier, est aussi cinéaste (Il y a longtemps que je t’aime, Tous les soleils, Avant l’hiver, Une enfance) et dramaturge. Il a notamment publié Les âmes grises, La petite fille de monsieur Linh, Le rapport de Brodeck et L’arbre du pays Toraja. Il a publié en janvier Le lieu essentiel,  sur  sa  passion pour  le milieu  d’altitude  et,  en mars,  son nouveau livre, L’Archipel du chien, qu’il annonce comme l’un des plus importants de son œuvre.Maître de conférences et membre de l’académie Goncourt, il est né en 1962 en Lorraine où il réside et enseigne encore aujourd’hui.

Robert Kopp, invité d’honneur

Robert Kopp est l’une des figures les plus importantes de la littérature en Suisse et en France. Professeur de littérature (à Bâle, à la Sorbonne, à Nanterre), il est notamment spécialiste de la littérature française des XIXe et XXe siècles, en particulier de Balzac, de Baudelaire, des frères Goncourt, de Huysmans, d’André Gide, de Pierre Jean Jouve, d’André Breton.Éditeur, il a dirigé la célèbre collection Bouquins aux éditions Robert Laffont. Il est président de la Société d’études françaises de Bâle, qui fête son centenaire en ce mois d’avril 2018. Il est également Commandeur de la Légion d’honneur et Chevalier dans l’ordre des Arts et Lettres.Cette année, le thème du Forum du Livre « Sans frontières » nous invite à réserver une place particulière à nos voisins suisses, dont le bâlois Robert Kopp est l’une des figures remarquables dans le domaine de la littérature.

Le président et les invités d’honneur auront le plaisir d’intervenir lors de grands entretiens.

Marie-Hélène Delval, invitée d’honneur jeunesse

Marie-Hélène Delval a été rédactrice en chef de plusieurs magazines pour les tout-petits (Les belles histoires, Pomme d’Api et Popi), puis directrice littéraire aux éditions Bayard jeunesse. Elle a publié des romans pour tous les âges et dans tous les genres. Son roman Les chats figure sur la liste de l’Éducation nationale, et sa série Les dragons de Nalsara connaît un franc succès. Elle est également l’auteure de nombreux livres d’éveil religieux (Les plus belles histoires de la Bible et Jésus pour les tout-petits) et traductrice de l’anglais (les séries L’épouvanteur et Chair de poule). À l’occasion de sa nouvelle série publiée aux éditions Bayard Les traqueurs de cauchemars qui s’adresse aux 9-12 ans, le Forum du Livre organise un concours de dessin et d’écriture. Quatre copains décident d’entrer dans le cauchemar terrifiant de Théo pour l’en délivrer. Mystères et frayeurs au rendez-vous !

NOUVEAUTÉS 2018

Secrets d’auteurs

Le Forum du Livre de Saint-Louis a décidé de proposer un nouveau mode de communication entre les auteurs et leurs lecteurs. À mi-chemin entre la rencontre (au déroulement un brin solennel) et la dédicace (si furtive), « Secrets d’auteurs » se veut un moment de dialogue privilégié entre un visiteur et un écrivain. Un speed dating littéraire. Le(s) lecteur(s), (maximum trois) vont s’installer en face de leur auteur de prédilection, dans un espace spécialement dédié, et auront un (petit) quart d’heure pour échanger autour des mystères de la création littéraire. Au terme de ce quart d’heure, une nouvelle rotation amène de nouveaux passionnés en face de l’auteur. Pour, au total, 1 h 30 d’échanges. Les inscriptions se feront par l’intermédiaire d’une boîte mail spécialement consacrée à l’événement. Cette adresse et les auteurs ayant accepté de participer à cet animation inédite seront publiés dans le programme du Forum du livre et dans les quotidiens régionaux.

Samedi – 16 h à 17 h 30 – Forum espace restauration

Quiz de la langue française

Daniel Lacotte a publié une cinquantaine d’ouvrages consacrés aux aspects jubilatoires de la langue française. Si vous aimez la langue française, Daniel Lacotte vous attendra à la salle de restauration du FORUM pour une animation aussi ludique qu’érudite : un quiz pour les adultes autour de la grammaire, de l’orthographe, des éponymes. Il se conclura par l’auto correction du questionnaire et les explications de Daniel Lacotte. Les meilleurs gagneront un lot !

Dimanche – 16 h – Espace restauration

Apéro littéraire avec Caroline Noël

Thème : Présentation des ouvrages sélectionnés pour le prix des Romancières

Vendredi – 18 h – Rendez-vous des écrivains

Stand de la ville invitée Bâle

Animé par l’Office de tourisme des Trois frontières et par l’Office du tourisme de Bâle, au centre du FORUM.

Escape game

Thème : Les petits Mythos

Durant les trois jours – Espace jeunesse

VILLE INVITÉE : BÂLE

Jardin ancienne université Bâle PhotoVB
Jardin ancienne université Bâle ©VB

Une quinzaine d’auteurs suisses seront présents pour cette édition mettant à l’honneur nos voisins.Focus

Pascale Kramer Une famille (Flammarion)

Pascale Kramer, née en 1961, est une écrivaine suisse originaire du canton de Vaud. Elle a publié ses premiers livres en Suisse, aux éditions de l’Aire. Elle écrit des romans aux images fortes, pleins de malaises, de non-dits, de trouble. Son dernier roman raconte l’histoire d’une famille ébranlée par le parcours de vie du fils aîné qui a, par le passé, vécu un temps dans la rue. En 2017, elle reçoit le Grand prix suisse de littérature pour l’ensemble de son œuvre.

Marc Voltenauer Qui a tué Heidi ? (Slatkine et Cie)

Il se destinait à être pasteur. Après des études de théologie protestante, il s’engage dans la vie professionnelle. Il écrit son premier roman, Le dragon du Muveran, best-seller qui remportera le prix littéraire SPG au Salon du Livre de Genève. Il vient de publier la suite des aventures de l’inspecteur Andreas Auer, un nouveau polar glaçant avec une intrigue sophistiquée, toujours situé au cœur des Alpes vaudoises, dans lequel un chassé-croisé infernal se profile.

Noëlle Revaz Hermine blanche (Gallimard)

Née en Suisse en 1968, elle écrit des fictions, souvent des histoires et des contes pour adultes. Ce recueil réunit 29 nouvelles brèves, discours ou monologues d’une extrême variété de tons, qui réaffirment la singularité de la voix et de la vision de l’auteur. Autant de miroirs pour nous renvoyer des images saisissantes de la vie.

Hansjörg Schneider Hunkeler et l’affaire Livius

Sélectionné pour le prix du Lys, il est l’un des grands dramaturges suisses, le plus joué en langue allemande, et ses romans figurent régulièrement dans les best-sellers Outre-Rhin.

Bruno Pellegrino Là-bas, août est un mois d’automne (Zoé)

Né en 1988, Bruno Pellegrino vit et travaille à Lausanne. Lauréat du Prix du jeune écrivain (L’idiot du village, Buchet/Chastel, 2011), il a publié de nombreux textes dans des revues et ouvrages collectifs. Ce premier roman s’inspire librement de la vie du poète Gustave Roud et de sa sœur Madeleine. Il raconte la vie d’un frère et d’une sœur qui vivent depuis toujours sous le même toit. Le cocon qu’ils ont tissé au creux de leur environnement nous projette dans l’univers rural des années 1960, si proche car revisité avec les mots du XXIe siècle.

Conférences et spectacle

Le regard d’une Suisse sur la France Rencontre avec Anne Richard, écrivain jeunesse, actrice et scénariste suisse.

Écrire, est-ce que ça s’apprend ? avec Noëlle Revaz, romancière et enseignante à l’Institut littéraire suisse de Bienne, un établissement unique dans son genre en Europe, et Thomas Flahaut qui fut l’un de ses élèves et qui vient de publier Ostwald, son premier roman, aux éditions de L’Olivier.

La littérature suisse existe-t-elle ? avec Caroline Coutau, directrice des éditions Zoé, la principale maison d’édition romande, Bruno Pellegrino, la nouvelle pépite de la jeune littérature romande (lauréat du Prix du jeune écrivain, il codirige Stand-by, une version contemporaine des feuilletons littéraires, premier numéro en janvier 2018), Amélie Plume, une « ancienne » de la littérature romande (Prix Schiller ; nouveau roman Un voile de coton en avril 2018) et Matthias Zschokke, écrivain de suisse alémanique, dramaturge et cinéaste encensé par la critique, (dernier roman paru, Trois saisons à Venise en novembre 2016).

Nomi Nomi, duo Noëlle Revaz et Michael Stauffer, est un spectacle de lectures joyeuses et animées, qui dépasse les limites des langues et des genres littéraires. Les auteurs lisent en français, en allemand, en dialecte, ou dans des langues qui n’ont jamais été entendues. Ils manient les différences sonores et sémantiques dans leurs textes avec doigté et humour. Durant la lecture, les spectateurs découvriront l’histoire de « li Piti sapiron rouge », recevront des conseils dans toutes les langues sur la manière de tenir les moustiques à distances et seront même initiés au langage animal.

LE POMMIER, MAISON D’ÉDITION INVITÉE

Les éditions du Pommier fêtent leurs 20 ans en avant-première à Saint-Louis. Créées par Sophie Bancquart (aujourd’hui présidente du groupe sciences pour tous du Syndicat national de l’édition) et dirigées actuellement par Juliette Thomas, leur ligne éditoriale consiste à : « aider toute personne qui en a le désir, à comprendre le monde, le critiquer et réfléchir à  ses enjeux. » Le savoir doit, grâce à leurs livres, devenir accessible à tous. Parmi leurs succès en termes de ventes, ce sont évidemment les immenses best-sellers de Michel Serres qui se dégagent, notamment Petite poucette (clin d’œil à l’être humain du XXIe siècle) et le tout récent C’était mieux avant, un court manifeste écrit par un Michel Serres en colère contre tous les ronchons qui empêchent de regarder devant nous avec espoir.

À cette occasion, il y aura une matinée spéciale pour présenter cette  maison  d’édition : Rencontre avec les éditions Le Pommier – 20 ans de sciences pour tous !

Vendredi – 9 h à 12 h – Rendez-vous des écrivains

LES 90 ANS DU MASQUE

C’était il y a 90 ans. L’éditeur Albert Pigasse décide de lancer sa propre collection qu’il intitule Le Masque, symbole d’après lui du mystère car « le masque peut cacher un très joli visage ou une horreur, et tout le monde a envie de le soulever. » Grâce à lui, on va découvrir en France Agatha Christie (Le meurtre de Roger Ackroyd sera le premier titre publié dans la collection), puis Conan Doyle (en 1933), puis, après-guerre, Charles Exbrayat. Plus tard, d’autres poids-lourds du roman policiers y feront leurs débuts : Ruth Rendell (en 1978), Fred Vargas (1986), Val McDermid (1989), Patricia Cornwell (1992), Maxime Chattam (2003), Pierre Lemaître (2006). En 2012, les légendaires petits formats jaunes s’arrêtent, après 2 540 parutions ! Depuis, Le Masque privilégie les parutions en grand format, d’auteurs français comme étrangers.

Deux auteurs phares seront présents à Saint-Louis en compagnie de l’une des éditrices de la collection : Vivianne Perret pour sa série consacrée à Houdini, le cultissime magicien, et l’Allemand (qui vit en Provence) Cay Rademacher.

LES AUTEURS PRÉSENTS

Focus : auteurs

  • Axel Kahn
Axel Kahn ©ville de Saint-Louis

 

Jean. Un homme hors du temps (Stock)

Axel Kahn est médecin généticien et essayiste, ancien directeur de recherche à l’Inserm et de l’Institut Cochin. Il a été également le président de l’université Paris-Descartes. Axel Kahn est surtout connu du grand public pour ses actions de vulgarisation et ses prises de positions sur des questions éthiques ou philosophiques ayant trait à la médecine, ainsi qu’aux biotechnologies, notamment le clonage et les OGM.

Jean Kahn-Dessertenne, son père, se donne la mort à 54 ans en se jetant d’un train. Il laisse une lettre à son fils Axel qui se termine par “sois raisonnable et humain”. Aujourd’hui Axel lui répond à travers un récit bouleversant d’amour et de gratitude. Il rend un bel hommage à ce père singulier et fantasque dans Jean, un homme hors du temps publié aux éditions Stock.

 

 

 

 

  • Xavier Mauduit et Laure de Chantal

Crapoussin et Niguedouille. La belle histoire des mots endormis (Stock)

Docteur en histoire, Xavier Mauduit a notamment publié

L’homme qui voulait tout : Napoléon, le faste et la propagande (Autrement, 2015). Sa thèse de doctorat dont est issu ce livre a reçu le prix Mérimée en 2013.

À partir de 2012, il collabore avec Philippe Collin avec qui il anime des émissions sur Arte en tant que co-auteur et également des chroniques sur France Inter. En 2015, il rejoint l’équipe de 28 minutes sur Arte pour une chronique sur l’histoire en lien avec l’actualité.Avec Laure de Chantal, normalienne et agrégée de lettres classiques, il nous emmène dans un voyage à travers des mots endormis aux sonorités saisissantes, exhumés du passé et porteurs de belles histoires. C’est aussi une mine de mots et d’expressions oubliés qui paraissent un peu désuets et démontrent la richesse de notre langage.

  • Hasni Abidi

Moyen-Orient, le temps des incertitudes (Érick Bonnier)

Politologue, Hasni Abidi dirige le Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen (CERMAM) à Genève et enseigne au Global Studies Institute de l’université de Genève. Il travaille sur l’évolution politique du monde arabe et musulman. Il est l’un des cinq meilleurs experts en France, ce qui l’amène à être couramment invité sur les plateaux télé de 28 minutes d’Arte, C dans l’Air et 24 heures LCI.

Dans son dernier essai, il nous explique les causes et conséquences de l’instabilité chroniques du Moyen-Orient. La présence et l’intervention contestées des puissances occidentales seraient-elles plus préjudiciables que leur absence ? Une région remplie de paradoxes qui compliquent l’analyse.

  • Jean-Paul Didierlaurent

La fissure (Diable Vauvert)

Nouvelliste, deux fois lauréat du Prix Hemingway, il publie son premier roman, Le Liseur du 6 h 27 au Diable Vauvert, un immenses succès (370  000  exemplaires  vendus).  Il  est  traduit dans 31 pays et est en cours d’adaptation pour le cinéma. Dans son troisième opus, il livre une histoire faussement légère, un problème de fissure sur le mur de la maison de son héros et l’équilibre familial est bouleversé. Des situations cocasses et tendres rendent ce roman drôle et émouvant.

  • Pierre Pelot
PELOT Pierre ©David Ignaszewski-koboy FDL2018

Debout dans le tonnerre (Héloïse d’Ormesson)

Écrivain prolifique, Pierre Pelot a signé plus de 200 livres, du polar à la science-fiction en passant par la BD. Dans une langue ciselée à la manière d’un orfèvre, son dernier roman nous entraîne dans une épopée au cœur des bayous, décrivant une Louisiane luxuriante où une adolescente flamboyante en quête de mémoire sur ses origines vivra un amour ardent, mais aussi la vengeance et le poids des secrets ensevelis.

  • Romain Puertolas

Tout un été sans Facebook (Le dilettante)

Il est l’auteur de sept romans dont le best-seller L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea (Le dilettante), qui s’est vendu à plus de 500 000 exemplaires et a été traduit dans le monde entier. Son dernier livre, un thriller déjanté, met en scène Agatha Crispies, une enquêtrice hors norme. Il présente également Un détective très, très spécial (La joie de lire), une fable loufoque destinée aux adolescents.

  • Azouz Begag

Mémoires au soleil (Seuil)

Né à Lyon de parents agriculteurs d’origine algérienne, Azouz Begag est écrivain, scénariste et chercheur en sociologie urbaine. Il a été ministre de la Promotion de l’Égalité des chances et a occupé un poste de diplomate à Lisbonne, en tant que conseilleur culturel de l’Ambassade de France et directeur de l’Institut français. Dans son dernier livre, en hommage à un père déclinant (il a contracté la maladie « d’Ali Zaïmmer », disent ses copains du Café du soleil), Azouz Begag a composé le plus vibrant et le plus mélancolique des chants d’amour, dévoilant avec émotion un nouveau pan de cette vérité intime qu’il avait commencé à nous révéler dans Le gone du Chaâba.

  • Catherine Ceylac

À la vie à la mort (Flammarion)

Elle est l’une des animatrices star de France 2. Elle présente Thé ou café tous les week-ends depuis plus de vingt ans. Dans son livre-témoignage qui vient de paraître, à la fois profond et bouleversant, elle montre une fois de plus son grand talent d’intervieweuse. De nombreuses personnalités qui ont été confrontées à la mort d’un être cher se sont confiées sur la disparition, l’absence, le vide, la douleur, l’énigme, le réconfort de leurs croyances, ce qu’ils ont appris de ces moments-là où tout bascule, tout s’efface et cependant donne une force nouvelle.

  • Cécile Ladjali

Bénédict (Actes sud)

À l’Université de Lausanne, comme à Téhéran, l’enseignement singulier et la mystérieuse Bénédict Laudes, professeur de littérature comparée, inspirent troubles, passions et sentiments contradictoires aux étudiants, filles et garçons confondus. La densité du noir et blanc, entre Orient et Occident, donne ses couleur au nouveau roman de Cécile Ladjali, romancière d’origine iranienne qui renoue ici avec les motifs fondamentaux qui jalonnent son œuvre : la terre des origines, la fusion des contraires et la transmission.

  • Gérard de Cortanze

Laisse tomber les filles (Albin Michel)

Auteur de romans, de biographies, d’essais sur l’art et la littérature, il  a obtenu le prix Renaudot 2002 pour Assam. Il vient de publier la  saga douce-amère d’une génération qui, avec ses contradictions, sa fougue, avec sa rage parfois, ses moments de découragement et de doute, a essayé de rendre le monde un peu meilleur. C’est le grand roman de la génération yéyé, un livre virevoltant, joyeux, qui raconte 50 ans de l’histoire de France.

  • Michel Jourdan

Mes refrains font chanter le monde (La boîte à Pandore)

Il est un artisan des mots et met sa plume au service de grands interprètes tels que Charles Aznavour, Nana Mouskouri, Mike Brant, Julio Iglésias ou Céline Dion. Il a notamment écrit Si seulement je pouvais lui manquer pour Calogero qui a obtenu la Victoire de la musique de la meilleure chanson. Certaines de ses chansons sont devenues des standards planétaires aux États-Unis.

  • Pierre Pouchairet

Tuez-les tous… mais pas ici (Plon –Sang neuf)

Pierre Pouchairet est avant tout passionné par son métier de flic ! Il est passé par les services de police judiciaire de Versailles, Nice, Lyon et Grenoble. Il a également baroudé dans des pays comme l’Afghanistan, la Turquie, le Liban, etc. En 2017, il a obtenu le prestigieux prix du Quai des Orfèvres. Son dernier polar relate l’enquête menée par les parents d’une jeune-fille disparue, de Quimper à Istanbul, en passant par la Syrie. Entre drame familial et manipulation des services de renseignements, il va se retrouver au cœur d’un secret d’État, sur fond de guerre contre le terrorisme.

Je suis né à 17 ans… (Plon)

  • Thierry Beccaro
BECCARO Thierry FDL2018©DR

Comédien et animateur de télévision parmi les plus populaires, Thierry Beccaro témoigne pour la première fois à propos de son passé d’enfant battu. L’animateur de Motus, dont le grand public apprécie la constante bonne humeur, se livre aujourd’hui afin de libérer la parole sur ce fléau dontsouffrent des milliers d’enfants et pour leur montrer qu’il est possible, un jour, d’y échapper. « Ce que j’ai vécu me motive pour apporter du bonheur aux gens », confie-t-il.

  • Sebastian Fitzek

Passager 23 (L’archipel)

Écrivain et journaliste allemand, il publie son premier roman Thérapie en 2006, le premier d’une série de grands succès qui en font l’auteur prodige le plus lu en Allemagne. Fin 2017, neuf de ses romans ont déjà été traduits en français et le dernier titre, une fois de plus, surprendra le lecteur par son intrigue machiavélique et son art du suspense.Jamais à court de rebondissements, l’enquête du personnage, psychologue de son état, est centrée sur la tragique disparition en mer de sa femme et de son fils cinq années auparavant.

  • Sophian Fanen

Boulevard du stream. Du mp3 à Deezer, la musique libérée (Le castor astral)

Journaliste et spécialiste de l’industrie musicale, il s’est lancé dans une enquête passionnante sur la montée en puissance des thématiques liées à la musique et à son exploitation.Son ouvrage évoque les deux décennies qui ont obligé le monde musical à se transformer, le surgissement brutal de la musique en ligne, la panique des maisons de disques et la lente naissance de l’écoute en streaming. Il constitue le premier document français questionnant toutes les facettes des mutations de l’industrie de la musique.

Focus : bandes dessinées

  • Stefano Tamiazzo

Cynocéphales T. 1 La bande des Dogues (EP)

En 1994, il reçoit le prix du meilleur auteur au Festival du fantastique de Prato. Depuis 2008, il est directeur artistique de la Scuola internazionale di Comics de Padoue. Avec le début de cette nouvelle série, Stefano offre de magnifiques planches ; des fonds subtils, diaphanes et sophistiqués sur lesquels se détachent des êtres hybrides.

  • Philippe Larbier

Les petits Mythos (Bamboo)

Scénariste, illustrateur et dessinateur de bandes dessinées, il travaille notamment pour Disney Hachette Presse, Delcourt et Bamboo édition. Il est également dessinateur de presse (sous le nom de Péhel) pour le quotidien La nouvelle république du Centre-Ouest. Sa dernière série revisite avec humour la mythologie grecque. Zeus, Atlas, Aphrodite, Ulysse, etc. tout le monde connaît leur nom, mais qui étaient réellement ces super-héros de la mythologie grecque ? Une manière ludique de découvrir l’Antiquité.

  • Vincent Dugomier

Les enfants de la résistance (Le Lombard)

Il a suivi les cours d’Eddy Paape, à Saint-Gilles. Éclectique, il aborde le thriller avec Hell school, le surnaturel avec Les démons d’Alexia, l’humour avec la série Les campeurs. Dans la collection de prestige dédiée à Franquin chez Marsu productions, il se découvre une nouvelle passion pour le travail d’archives. Il nous parle aussi de son amour des vieilles mécaniques avec Garage de Paris, la naissance de la 4CV ou encore avec une bio de Jacky Ickx. Des récits nostalgiques mais historiquement rigoureux.Sa nouvelle série Les enfants de la résistance remporte un grand succès. Dans un petit village de France occupé par l’armée allemande, trois enfants refusent de se soumettre à l’ennemi. Mais comment s’opposer à un si puissant adversaire quand on n’a seulement treize ans ?

  • Éric Buche

Franky Snow T. 13 Digital detox (Glénat)

Le bédéiste suisse Éric Buche nous entraîne vers les technologies de l’avenir dans ce 13e album des aventures drolatiques de Franky Snow. Entre connectivité à tout crin et aspiration à une certaine pureté, l’album aborde les contradictions avec lesquelles nous faisons quotidiennement le grand écart. Parfois un petit séjour de digital détox dans un coin et sans réseau, mais tellement authentique, est salutaire !

  • Daniel Ceppi

Lady of Shalott (Le Lombard)

Le dessinateur genevois réunit les personnages de ses deux séries pour une enquête particulièrement sordide. Stéphane Clément, son héros de toujours, son alter ego de papier est associé, dans cet album, aux policiers de la Brigade des enquêtes réservées. Lady of Shalott est le titre d’un poème et d’un tableau anglais du XIXe siècle Cette bande dessinée constitue aussi une histoire à clés qui est directement inspirée de sa vie d’étudiant dans le quartier de Plainpalais à Genève.

Liste des auteurs de bandes dessinées

Cyril BONIN Amorostasia T. 3 … Et à jamais (Futuropolis) Éric BUCHE Francky Snow T. 13 Digital détox (Glénat) Christophe CARMONA Nino l’aventurier (I.D l’édition) Daniel CEPPI Lady of Shalott (Le Lombard)

CLAPAT L’extraordinaire aventure d’Alcibiade Didascaux (Athéna)

Vincent DUGOMIER Les enfants de la Rrésistance T. 4 L’Escalade (Le Lombard) Christian DURIEUX Geisha ou le jeu du shamisen – T. 2 (Futuropolis)

ESPÉ Château Bordeaux à table ! T. 1 – Le chef (Glénat)

Georges GRARD Le Grand livre des handicaps (Grrr…art éditions) Boris GUILLOTEAU Un grand Bourgogne oublié T.02 (Grand Angle)

Michel KOENIGUER Misty mission T. 3 “Des ténèbres au puragatoire” (Paquet) Philippe LARBIER Les Petits Mythos (Bamboo)

Jean-Marie LENTZ J’avais un camarade (Auto-édition) Nicolas OTERO 24 heures de la vie d’une femme (Glénat) Robinson QUINTUS La légende d’Œdipe (Athéna)

Stefano TAMIAZZO Cynocéphales, T. 1 – La bande des Dogues (Paquet)

LES PRIX LITTÉRAIRES DÉCERNÉS À SAINT-LOUIS

Prix des Romancières

Le prix des Romancières, a été créé en 1999 par Jacqueline Monsigny. Il fête, en 2018, son 20e anniversaire. Le jury de ce Prix est présidé par Michèle Kahn. Les membres sont : François Cérésa (Prix des Romancières 2017), Frédérique Deghelt, Carole Duplessy- Rousée, Cécilia Dutter, Corinne Javelaud, Cécile Ladjali, Martine Martine et Marie-Joséphine Strich.

Lauréat 2017 : François Cérésa, Poupe (Le rocher)

Le Prix est doté d’un montant de 3 000 €.

Prix Printemps du roman

Le jury : Jacques Lindecker (président), Michèle Gazier, Christine Ferniot, Annick Le Ny, Xavier Houssin, Jean-Noël Pancrazi, Bertrand de Saint-Vincent, Laurence Tardieu et Philippe Hosotte.

Lauréats 2017 :

Stéphanie Hochet, L’animal et son biographe (Rivages)

Nicolas Idier, Une nouvelle jeunesse (Gallimard)

Le Prix Printemps du Roman est doté d’un montant de 3 000 € attribué par la Ville de Saint- Louis.

Prix du Lys

Le Prix du lys, créé par le Club 41-12e région, est doté d’un montant de 1 241 €. Il couronne un livre de qualité, écrit en français ou traduit de l’allemand, mettant en valeur le patrimoine culturel et historique de l’Alsace.

Le jury : Claude Studer (Président), Jean Ueberschlag, Pascal Schultz, François Brugger, René Wintz, Jean Luc Wackermann et Bernard Huber.

Lauréats 2017 : Laura Weissbecker, Comment je suis devenue chinoise (La Nuée bleue)

Prix Jeunesse de la BD

Le jury du prix Jeunesse de la BD est composé d’adolescents des clubs lecture de cinq collèges et du lycée de Saint-Louis. Le président remet le prix lors de l’inauguration et participe ensuite à une rencontre entre les enfants et le lauréat.

Le prix jeunesse de la BD est présidé par Vincent Dugomier.

Lauréats 2017 : Lylian (scénario), Paul Drouin (dessin) et Lorien (coloriste) La famille fantastique T.1 – Le prince Devil (Glénat)

Le Prix est doté d’un montant de 1 500 €.

AU PROGRAMME DES ANIMATIONS

Projection / Rencontre Revoir Pari Claire Garate est photographe.

Et promeneuse. Où qu’elle aille, elle laisse traîner son œil aiguisé pour s’intéresser à des détails, mettre en lumière des bribes, des parcelles, des fragments, et qui sont à chaque fois évocateurs d’un ensemble. Elle a sillonné Paris, fuyant la Tour Eiffel ou le Sacré Cœur, pour nous offrir, arrondissement après arrondissement, sa vision à elle, si personnelle.

Patrice Leconte est cinéaste.

Et donc inventeur d’histoires. Sur les images de la photographe, il a imaginé ce qu’il y avait derrière les visages, derrière les vitrines, les ombres et les objets, écrivant les petits textes que les photos lui inspiraient, une manière comme une autre de voir plus loin que le bout de son nez, comme autant de fantaisies légères. Il fallait que ces deux-là se rencontrent, qu’ils associent leurs rêveries. Revoir Paris, parce que Paris est une ville que l’on a toujours plaisir à revoir. Et aussi parce que c’est une manière originale de voir Paris autrement.

Spectacles

Hommage à Jean d’Ormesson

La comédienne Marie-Christine Barrault, qui aimait tant Jean d’Ormesson, a choisi de rendre hommage à l’auteur préféré des Français, qui fut le président du Forum du livre de Saint-Louis  en 2008 et qui nous a quittés le 5 décembre dernier.

Elle lira un florilège de ses textes, notamment sur les thèmes qui le passionnaient, le hantaient, la joie, la beauté, et surtout le temps, éternel sujet de sa réflexion. « Tout change. Tout reste semblable. C’est le mystère du monde. Ce mystère a un nom. Il s’appelle le temps » écrivait-il dans Un jour je m’en irai sans avoir tout dit. Marie-Christine Barrault sera accompagnée par son fidèle partenaire de scène, l’accordéoniste de renommée mondiale Pascal Contet, incontournable dans la création contemporaine  depuis  plus  de  vingt  ans   avec   près   de  300 œuvres à son actif.

En ouverture de cette lecture, Marie-Christine Barrault lira un extrait inédit de Un Hosanna sans fin, le livre auquel Jean d’Ormesson venait de mettre un point final au moment de son décès.

Samedi – 14 h 30 – Théâtre La Coupole

Quitter Pompéi

Quitter Pompéi est une lecture musicale, par Thomas Flahaut d’extraits de son roman Ostwald (paru à l’automne dernier aux éditions de L’Olivier) qui traite d’un incident à la centrale nucléaire de Fessenheim et de l’évacuation des habitants de la ville de Belfort vers un camp sur les rives d’un étang, à quelques kilomètres au sud.

La guitare électrique d’Antoine Flahaut, le frère du romancier, installe les différentes ambiances sonores et accompagne le rythme du texte. « Si comme le Vésuve à Pompéi, Fessenheim avait été un volcan, c’est dans cette frénésie immobile que la nuée ardente nous aurait tous saisis. » (Ostwald, p. 62).

Nomi Nomi

Duo Noëlle Revaz et Michael Stauffer, est un spectacle de lectures joyeuses et animées, qui dépasse les limites des langues et des genres littéraires. Les auteurs lisent en français, en allemand, en dialecte, ou dans des langues qui n’ont jamais été entendues. Ils manient les différences  sonores  et  sémantiques  dans  leurs  textes  avec   doigté   et   humour.   Durant la lecture, les spectateurs découvriront l’histoire de « li Piti sapiron rouge », recevront des conseils dans toutes les langues sur la manière de tenir les moustiques à distances et seront même initiés au langage animal.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :