Strasbourg : Demolition Man à la Galerie Radial

Pierre-Alain Münger Galerie Radial ©VB

Pamcrash : la Galerie Radial reçoit Pierre-Alain Münger alias Demolition Man jusqu’au 16 juin 2018

Frederic Croizer Pierre-Alain Münger Galerie Radial Strasbourg©VB
Frederic Croizer Pierre-Alain Münger Galerie Radial Strasbourg©VB

En économie , nous avions un prof qui nous répétait à l’envi  que ” rien ne se créé , tout se transforme ” , adage que pourrait sans nul doute s’attribuer l’artiste suisse Pierre-Alain Münger qui adore redonner vie …ou mort à des objets qui ne lui avaient pourtant rien fait , avec une préférence marquée pour l’automobile , chose chic  s’il en est , signe extèrieur de richesse trimbalant sa morgue depuis son invention jusque maintenant et surement  pour des siècles et des siècles , amen !  Le jeune suisse , qui ne manque pas d’humour , a décidé d’imprimer à cet objet de convoitise  l’injonction ,” fais pas ton frimeux ! , mais tout cela est affectueux , même si les carcasses achetées en état de marche , refusent obstinément de faire un pas de plus une fois passées entre les mains du facétieux ferrailleur – relookeur. N’imaginez surtout pas que ce travail ait quelque chose à faire avec l’improvisation , Pierre-Alain Münger , diplômé d’une école de design et graphiste de métier,  a été assistant du sculpteur suisse Carlo Borer et a passé plus de 15 ans à étudier les collisions et la déformation des formes.

Destruction sauvage  et re-composition méticuleuse

Demolition Man, le mal nommé qui n’a rien à faire avec Stallone – je l’aurais plutôt volontiers nommé Reconstruction Man –  chouchoute ses modèles , comme cette Chevrolet Blazer 88 , payée CHF 1000- et oui , elle roulait !- vouée à une seconde vie après passage dans un centre de crash test loué pour l’occasion et jetée à 85km /h contre un mur lui laissant tout de même quelques éléments de sa splendeur passée. Une précision interessante : a l’instar d’un Pavel Schmidt occupé à redorer le blason des sempiternelles David ou Venus reproduites à l’infini par explosions interposées , Münger met un point d’honneur à travailler sur d’authentiques autos valides dans l’esprit d’une renaissance remarquable . Ces deux-là ont bien en commun la volonté de faire voler en éclat , au sens propre donc,  la symbolique  sociétale  , passée ou présente liée à l’oeuvre artistique .

Les traces de l’enfance

 Münger  enfant  était déja l’artiste qu’il est devenu adulte , il a juste troqué le  marteau  et les voiturettes contre de la grosse artillerie capable d’exploser la calandre d’une Cadillac pour n’en laisser que la discrète signature . L’idée , c’est ce que donnera ou ce que laissera le choc , l’effet d’une déformation violente fascinante , un objet  éclaté crée de toute pièce , une sculpture métallique extraite d’une Jaguar ou d’une Bentley, ( série Faces ) , qui peut être seulement  l’empreinte laissée par les mêmes sur une plaque de métal faisant office de toile . Comme le note le galériste Frederic Croizer , Münger utilise la voiture comme outil au même titre qu’un pinceau et c’est ce qui est novateur . Que l’on se rassure , Demolition Man a tout de même conservé un de ses trésors en état de marche : son bus Ford Transit qui trouve à se garer dans l’atelier personnel de l’artiste , le purgatoire des autos en attente de transformation  , 6 véhicule en tout .

La maxime « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » attribuée à Lavoisier, est simplement la paraphrase du philosophe grec présocratique Anaxagore : «Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau ».  Lorsque Pierre-Alain Münger reproduit sur toile un groupe de pompiers ou de travailleurs de la route vêtus de leurs uniformes fluos , ce qui l’interesse n’est pas non plus directement la peinture elle-même mais l’effet résultant de la position du regardeur : de près, le produit est clairement abstrait ; de loin , le même est tout aussi clairement figuratif , on y reconnaît parfaitement les soldats de la sécurité. Pourtant , l’objet représenté préexiste , il est seulement remodelé réagencé ou réinventé , comme la foultitude des musiques dont le socle originel ne comporte que  7 petites notes et puis voilà ! Les artistes , réinventent , renouvellent , recyclent , à leur façon , pour nous permettre d’entrevoir la poesie  qui se cache derrière le monde visible .

Pierre-Alain Münger vit et travaille à Soleure, en Suisse.

 

Pierre-Alain Münger Galerie Radial Strasbourg©VB
Pierre-Alain Münger Galerie Radial Strasbourg©VB

GALERIE RADIAL ART CONTEMPORAIN

STRASBOURG , FRANCE

  • Adresse :11B QUAI TURCKHEIM, 67000 STRASBOURG, FRANCE
  • Téléphone :06 61 14 53 26
  • Directeur :FREDERIC CROIZER
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :