Ulli Lust au Cartoonmuseum de Bâle

Ulli Lust Cartoonmuseum Bâle©VB

Ulli Lust Trop n’est pas assez 30 juin au 28 octobre 2018 au Cartoonmuseum de Bâle

VERNISSAGE en présence ce l’artiste le vendredi 29 juin à 18h30

Visites guidées en français : dimanche 19 Aout et dimanche 14 octobre 2018 à 14h

Ulli Lust Cartoonmuseum Bâle
Ulli Lust Cartoonmuseum Bâle

L’exposition «Ulli Lust. Trop n’est pas assez» au Cartoonmuseum de Bâle est la première rétrospective consacrée à l’une des dessinatrices de BD les plus remar­ quées actuellement. L’artiste née en 1967 à Vienne et résidant à présent à Berlin s’est fait connaitre par son roman graphiques à traits autobiographiques «Au­ jourd’hui est le dernier jour du reste de ta vie», acclamé et maintes fois récompen­ sé. Son œuvre comprend des livres pour enfants et l’observation ironique des milieux citadins, l’adaptation BD du roman de Marcel Beyer «Chiens volants» (titre français: «Voix de la nuit»), en passant par des histoires fantaisistes érotiques. Son formidable nouvel ouvrage «Alors que j’essayais d’être quelqu’un de bien» raconte son amour pour un réfugié du Nigéria.

Ulli Lust. Trop n’est pas assez

Après presque cinq années de travail intense, l’album autobiographique «Au­ jourd’hui est le dernier jour du reste de ta vie» parait en 2009 aux éditions avant. Sur 460 pages enflammées par un trait de crayon énergique, la jeune punk Ulli et son amie Edith fuguent vers l’Italie, où les deux aventureuses font l’expérience de la violence et de la drogue et s’empêtrent dans des situa­ tions impossibles. L’interaction émouvante entre un récit virtuose et concen­tré et des dessins succincts, particulièrement vifs, suscita et enthousiasma un grand public. L’ouvrage lui a valu le prix du public Max & Moritz, le prix ICOM, le Prix Révélation au Festival de la BD d’Angoulême ainsi que d’autres distinctions et la traduction en onze langues.

En dehors de ses travaux autobiographiques, l’œuvre d’Ulli Lust, qui parti­cipe à divers groupes artistiques et enseigne également, s’illustre par des BD documentaires et fictives. Ses observations du quotidien et ses tribunes en images berlinoises paraissent sous le titre «Fashion-victims, détracteurs de mode» aux éditions avant à Berlin. Dans les «Spring Poems», récits érotico­ mythologiques et «Airpussy», histoires fantaisistes et hautes en couleurs, Ulli Lust parle de rituels de fécondité et de demi-déesses qui poursuivent leurs désirs sexuels de manière conséquente et revendicatrice. Elle a fondé le groupe monogatari avec l’artiste Kai Pfeiffer et publié de nombreux repor­tages BD. En 2005, elle inaugure electrocomics, ses propres éditions en ligne qui publient encore actuellement des e-books et des strips en ligne réalisés par des dessinateurs de BD et des artistes visuels internationaux, et qui ont obtenu le prix spécial ICOM du jury.

En 2013 parait l’adaptation en BD par Ulli Lust du roman de Marcel Beyer

«Chiens volants» (titre français: «Voix de la nuit») aux éditions Suhrkamp qui entremêle, dans le cadre du Troisième Reich finissant, les chemins d’un acousticien fanatique et d’une des filles du ministre de la propagande Joseph Goebbels. Dans son ouvrage «Alors que j’essayais d’être quelqu’un de bien» publié en 2017 également aux éditions Suhrkamp et de nouveau à traits autobiographiques, Ulli Lust raconte avec force nuances en noir, blanc et rose son amour pour deux hommes très différents et le déroulement tra­gique de l’une des relations. En usant d’un langage différencié et de dessins virtuoses, Ulli Lust raconte un ménage à trois et le développement tragique de sa relation nourrie par le désir physique avec le réfugié nigérian Kimata.

En 2017, elle surprit son public par un nouveau roman graphique de plusieurs cen­ taines de pages et un genre de suite de sa propre biographie, intitulé «Alors que j’essayais d’être quelqu’un de bien». À présent elle est en outre professeure à l’université d’Hanovre. Elle y enseigne le dessin et la BD dans le cursus Communication Visuelle.

Biographie

Ulli Lust Cartoonmuseum Bâle©VB
Ulli Lust Cartoonmuseum Bâle©VB

Ulli Lust débuta sa carrière en tant que dessinatrice par l’illustration de livres pour enfants. À partir de 1998, elle publia régulièrement ses ouvrages sous le nom de Lust, le nom de jeune fille de sa mère, dans sa propre maison d’édition. De 1999 à 2004, Ulli Lust suivit des études de graphisme à la Kuns­thochschule de Berlin-Weissensee. Pendant ses études, elle dessinait déjà régulièrement des reportages qui se fondaient sur des recherches journalis­tiques approfondies, notamment un rapport sur Halle-Neustadt, une cité de préfabriqués de la RDA en train de mourir et une tribune mensuelle en images dans le journal municipal berlinois «scheinschlag». Actuellement Ulli Lust vit à Berlin où elle crée ses bandes dessinées, et enseigne à l’université d’Hanovre.

L’exposition au Cartoonmuseum de Bâle présentera pour la première fois la grande variété de l’œuvre d’une des dessinatrices de BD con­temporaines les plus remarquées sur le plan international.

Publications

  • Ein Stück Himmelblau, livre pour enfants, 36 pages, 1995
  • Fee Fledermaus, livre pour enfants, Texte: Kathe Recheis et Friedl Hofbauer, 1993 Marco und der Drache, livre pour enfants, Kathe Recheis et Friedl Hofbauer, 1993 Spring Poem I, BD, LustPress, 2003
  • Operation Lackerli Comicreportagen aus Basel, avec Monogatari, Karikatur & Car­ toonmuseum Basel, 2004
  • Pocket Pets, kokette Tiere im Miniformat, 16 pages, Monogatari, 2004 Heute ist der letzte Tag vom Rest deines Lebens, 2008
  • Fashionvictims, Trendverachter, Bildkolumnen und Minireportagen aus Berlin (Fas­ hion-victims, détracteurs de mode), 2008
  • Pomme d’amour, avec 7 dessinatrices, Die Biblyothek, Leipzig, 2008, version française aux éditions Delcourt, Paris
  • Airpussy, 2009

Heute ist der letzte Tag vom Rest deines Lebens, Trop n’est pas assez, (version française de la BD «Aujourd’hui est le dernier jour du reste de ma vie»), 2011

Flughunde (Voix de la nuit), adaptation BD du roman éponyme de Marcel Beyer, édi­tions Suhrkamp, 2013

Wie ich versuchte, ein besserer Mensch zu sein (Alors que j’essayais d’être quelqu’un de bien), éditions Suhrkamp, 2017

Informations pratiques

 Horaires d’ouverture

Mardi à dimanche : 11 – 17 heures

Conservateurs Anette Gehrig, Bâle , Kai Pfeiffer, Berlin

Médiation / Relations publiques

Silvia E. Cannilla

Cartoonmuseum Basel Historique de la maison

Organisation: Le Cartoonmuseum Basel est une fondation dépendante adminis­trée par la Fondation Christoph Merian de Bâle.

Année de fondation: 1979 comme «Stiftung Karikatur & Cartoon Museum Basel» (Fondation Musée de la caricature et du cartoon Bâle). Le lieu de présentation du fonds était d’abord au 9, St. Alban-Vorstadt.

Donateur: Le mécène bâlois Dieter Burckhardt (1914-1991)

1991: Acquisition de l’immeuble St. Alban-Vorstadt 28 par la «Stiftung Karikatur & Cartoon Museum Basel»

1996: Inauguration du musée dans les locaux actuels

Collection : 10 000 œuvres originales 2000 œuvres confiées en prêt

env. 700 artistes des XXe et XXIe siècles en provenance d’env. 40 pays

Bâtiment ancien: Immeuble de style gothique tardif (première mention en 1483) Nouveau bâtiment: Conçu par le bureau d’architecture bâlois Herzog & de Meu­ ron

La liaison entre l’ancien et le nouveau bâtiment, à savoir entre les maisons avant et arrière est une passerelle traversant une cour intérieure.

Automne 2005: Transformation du foyer et de la boutique par les architectes Herzog & de Meuron

Conseil de fondation du Cartoonmuseum Basel

Lilli Strassmann (présidente) Dr. Gabriela Christen (Directrice Hochschule Luzern Design & Kunst) Roland Wetzel (Directeur Musée Tinguely) Nathalie Unternahrer (responsable du département culturel de la fondation Christoph Merian) Angela Heimberg (Co-Propriétaire Cornix Shop)

Cartoonmuseum Basel

St. Alban-Vorstadt 28

CH-4052 Basel

Fon +41(0)6122633 60

Fax +41 (0)612263361

info@cartoonmuseum.ch www.cartoonmuseum.ch

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :