Zoo de Bâle automne 2017

jeudi 12 octobre 2017 par

Guepardeaux Zoo de Bâle octobre 2017©VB

Les guépard sortent en famille :  Novi , Opuwo et Onysha investissent l’espace Etosha

Zoo de Bâle Opuwo Onysha PhotoVBZoo de Bâle Opuwo Onysha ©VB

Première sortie pour Opuwo et Onysha , les guepardeaux de Novi ( 5 ans ) nés le 18 juillet au Zoo de Bâle.Le public peut admirer les premiers bébés de Novi en balade dans l’espace Etosha, à l’air libre . Ils vivaient jusque-là dans l’espace dédié à l’élevage, en coulisses. Les mamans guépards se sentent vite mal à l’aise et mettent sans cesse leur progéniture à l’abri dans de nouvelles cachettes.

Le choix du partenaire, une étape délicate

Zoo de Bâle Novi Photo VBZoo de Bâle Novi ©VB

Leur père Gazembe (11 ans) vit actuellement dans un enclos, caché de la vue des visiteurs. Les guépards sont des animaux solitaires: ils ne tolèrent la proximité d’un partenaire qu’au moment de l’accouplement. Apparemment , Novi a bien plu à Gazembe , ce qui n’est jamais gagné d’avance , il faut que la connexion se fasse entre le mâle et la femelle , une affaire de pheromones . Les soigneurs doivent être attentifs aux attitudes des guepards et de leur potentielle partenaire ,pour  immédiatement réunir les deux animaux, en espérant que le déclic se fasse. Une stratégie payante qui a permis au zoo de Bâle d’accueillir 29 jeunes guépards entre 1993 et 2017.  L’élevage de guépards reste un véritable défi pour les jardins zoologiques.

Le Zoo de Bâle soutient le projet de protection

Les guépards figurent sur la liste rouge mondiale des espèces menacées de l’IUCN. Aujourd’hui, selon une estimation de l’IUCN, on ne compterait plus que  5000 guépards en Afrique. . Depuis 2013, le Zoo de Bâle soutient la Big Life Foundation au Kenya, un projet de protection des prédateurs concentré sur la région d’Amboseli, une vraie réussite. Depuis le début du projet, la population de guépards a recommencé à augmenter et les programmes de reproduction dans les zoos sont également couronnés de succès. Néanmoins, la reproduction de guépards sous garde humaine reste un phénomène rare. Sur les plus de 100 éleveurs de guépards du programme européen d’élevage (PPE), une dizaine de zoos seulement ont assisté à des naissances cette année.

Désormais , les rhinoceros indiens cohabitent avec les  muntjacs de Chine , les loutres et  les sangliers des Visayas, 

Rhinoceros indien Photo VBRhinoceros indien ©VB

Le Zoo de Bâle accueille pour la première fois des sangliers des Visayas. Au départ, les deux femelles ont témoigné un grand respect envers les puissants rhinocéros indiens, dont elles partagent l’enclos. Vivant exclusivement aux Philippines, les sangliers des Visayas sont menacés d’extinction. Les deux nouvelles laies des Visayas (toutes deux âgées de deux ans), sont arrivées au Zoo de Bâle le 14 septembre. Avec une longueur tête-corps comprise entre 80 et 100 cm et une hauteur d’épaule de près de 60 cm, les sangliers des Visayas sont en fait plutôt une espèce de petits cochons. Ils se nourrissent de racines, de bourgeons, de fruits, de champignons, d’œufs, d’insectes, de petits vertébrés et de charogne.

Le rhinocéros Quetta a dans un premier temps ignoré les deux sœurs Visayas, contrairement à son homologue Saar qui, contrarié par l’arrivée des deux étrangères, a d’abord tenté de les chasser. Finalement , les deux laies se promènent à présent tranquillement et ont d’ailleurs déjà fait la connaissance des autres locataires, les loutres et les muntjacs de Chine, qui vivent également dans l’espace des rhinocéros.

Rares et menacés : les sangliers des Visayas sont une espèce endémique des îles Visayas, à l’ouest des Philippines. Leur population a diminué de 80 % au cours des 20 dernières années et ils sont menacés d’extinction. Ces porcs sont chassés d’une part parce qu’ils dévastent les champs, et d’autre part parce que leur viande atteint sur le marché deux fois le prix de la viande de porc domestique.

Le Visayan Warty Pig Conservation Programme (VWPCP) a été créé en 1992 sous l’égide du Zoo de San Diego et du Département de l’Environnement et des Ressources naturelles du gouvernement philippin. En 2004, les zoos européens ont pu importer quatre couples de sangliers des Visayas, sous forme de prêt de la part du gouvernement philippin. L’EAZA (European Association of Zoos and Aquaria) gère également un programme d’élevage européen (PEE). 147 animaux de cette espèce vivent dans 36 zoos en Europe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

ZOO DE BALE

Laisser un commentaire

Remonter
%d blogueurs aiment cette page :